, ,

Tout va très bien, Madame Yellen ! Tout va très bien !

 

 

Il y a des coïncidences qui méritent d’être relevées. En faisant ma promenade digestive sur le web comme tous les jours, je suis tombé sur un article qui corrobore le sentiment des marchés, celui de la FED et probablement celui de la plupart des journalistes financiers lambda ; ce sentiment est celui d’avoir réussi à redresser l’économie et à la faire marcher droit, celui d’avoir atomiser la crise de 2007-2008, preuve en est la performance stratosphérique des marchés depuis cette époque…
Cet article annonce la bonne nouvelle sans détour :

« De moins en moins d’américains sont dépendant des « Bons Alimentaires » (Food Stamps) »
Vous me direz : « Ben évidemment, puisque tout va bien, même Yellen et Draghi le disent !!! »
Et vous auriez bien raison de me remettre en place, moi qui ai tendance à voir tout en noir en ce moment !
Là où tout cela devient assez drôle, c’est quand on regarde les chiffres en détail.
1) Tout d’abord, il faut effectivement noter qu’aujourd’hui, « seulement » 46.1 millions d’Américains sont dépendant des bons alimentaires. Le pic de la demande était en Décembre 2012, puisqu’en ce temps-là, c’est carrément 47.8 millions de personnes qui faisaient la queue pour se faire nourrir par le gouvernement. Après tout, sachant qu’il y a grosso modo 350 millions d’Américains, moins ceux qui sont encore en Afghanistan, 46.1 millions de personnes, ça ne fait – après tout – « que » 13.17% de la population qui ne peut pas subvenir seule à ses besoins alimentaires. 46 millions de personnes, ça fait à peu près la population de l’Espagne.
2) Oui, en effet, tout à l’air d’aller pour le mieux aux USA
3) Autre petit point qui n’est que très peu relevant ; en 2007, on va dire, avant la crise, il y avait 26.3 millions de personnes qui dépendaient de ça….
4) En résumé, en 7 ans, le nombre de personnes qui sont dépendantes des bons alimentaires a pratiquement doublé et le marché… aussi.
Tout ça étant dit, je me pose donc la question suivante :
« Sachant que les marchés sont « censés » être le miroir de l’économie, n’est-il pas un peu déformant, le dit miroir ? »
Une chose est certaine, cela fait bien longtemps que l’économie n’est plus représentée par les performances boursières et ceux qui le croient encore feraient bien d’aller plus de temps à EuroDisney, là où les rêves deviennent réalité.
Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi j’ai tout de même un peu de peine à m’entendre dire : « tout va bien, le pire est derrière nous et l’économie a pris son virage » alors que près de 13% des Américains peinent à se nourrir.
Afin de mettre les choses en perspective, je vous suggère de jeter un œil avisé aux infographies ci-dessous… Elles datent d’il y a quelques mois, mais l’idée reste la même et de toute manière à l’époque où elles ont été réalisées, il n’y avait que 44 millions de demandeurs, donc aujourd’hui, même si tout va bien, c’est pire…
Tout d’abord, il faut savoir que les « bons alimentaires » ne sont plus des bons.. Ce sont des cartes, comme des cartes de crédit sur lequel chaque Américain qui est susceptible d’en bénéficier se voit chargé en moyenne 1’600$. Dans le caddy ci-dessous on peut rentrer 14’588 cartes SNAP EBT (Supplemental Nutrition Assistance Program – Electronic Benefit Transfer), soit la bagatelle de 23.4 millions de dollars.

 

Ce chiffre de 14’588 cartes n’est pas innocent, cela représente le nombre de personnes par supermarché Wal-Mart (3051 centres aux USA) qui feraient la queue chaque mois pour obtenir de la nourriture avec leur carte. Pour visualiser la chose, cela donnerait ça, à 3051 endroits aux USA :

 

 

Source des Infographies : www.demonocracy.info

 

Il faut savoir que 47% des bénéficiaires sont des enfants. La file de droite représente les enfants. Une file d’environ 5.9 kilomètres de long et à gauche les adultes pour 6.6 kilomètres de long.

 

 

America: The Food Stamp Nation

Source des Infographies : www.demonocracy.info

En 2011, le programme des bons alimentaires a coûté à l’état américain, près de 75 milliards de dollars.
Voici un milliard de dollars en billets de 100$ :

 

one billion

Source des Infographies : www.demonocracy.info

Et voici le budget américain pour nourrir ceux qui n’ont plus les moyens de le faire…

 

America: The Food Stamp Nation

Source des Infographies : www.demonocracy.info

Il y a deux milliards par camion. En billets de 100$.
L’état américain qui dépend le plus de ce programme est le Mississippi avec plus de 20% de la population, suivit Washington D.C, l’Oregon et le Tennessee.
Chacun se fait sa propre opinion, mais c’est étrange, de mon côté ce n’est pas comme ça que j’imagine un pays où tout va bien et où l’économie rebondit. Mais bon, je dis ça comme ça.

 

Thomas Veillet
Investir.ch / pour les éconoclastes.fr

 

Source des Infographies : www.demonocracy.info

9 réponses
  1. Nicolas
    Nicolas says:

    Tout a fait d’accord il n’y a qu’à regarder détroit qui résume très bien l’Amérique de demain cependant j’aimerai savoir comment obtient-on une croissance us de -1% sur le premier trimestre avec des embauche qui augmente?? Quel chiffre est faussé?

  2. Lilian LAURENT
    Lilian LAURENT says:

    billet intéressant! l’idée d’utiliser des images est bonne, elle aide à illustrer l’ampleur du fléau.
    (suggestion: si on avait sur chaque image quelque chose à quoi comparer celà aiderai à mieux apprécier les ordres de grandeurs relatifs -ce serait top. du style « budget banque alimentaire » vs « budget X » )

  3. scal
    scal says:

    Dans l’absolu 47.8 c’est plus 46.1 Donc !!!
    Ce qui est fou dans ce flot d’information c’est que tout ce contredit …
    Tout doit s’effondrer et ça imprime à tout va …et là… ben ça s’effondre plus ,ça peut durer ..durer
    ça ment du sous-sol au sommet du Burj Khalifa
    C’est une belle démonstration …et alors !! quelle est l’info ??

    Je sais je sais ..je suis un peu dure , MAIS VOUS ETES LES ECONOCLASTES …ENFIN !!!

  4. Mansouri Hakim
    Mansouri Hakim says:

    L’illustration graphique permet de prendre conscience de la réalité de la situation. Le fait que le nombre de personnes dépendant de l’aide alimentaire aux Etats-Unis baisse ne veut pas dire que cela soit synonyme d’embellie économique. En effet, les trajectoires en économies ne sont pas rectilignes et tout semble indiquer que nous nous dirigeons vers un épisode encore plus de cette crise. Nous verrons bien comment l’été se passera.

  5. Perret
    Perret says:

    Visiblement il y a un problem de définition : La bourse represente l’etat de l’economie futur de ceux qui y sont (en bourse ) et pas l’economie du pays… c’est a dire au USA : les 1%, Tant que ca va bien (ou mieux) pour les 1% la bourse monte, la bourse n’a absolument rien a cirer des 99%. Si la creation de Monnaie Fraiche ( FED + Deficit budgétaire ) dépasse les Interets dues + l’extinction des prets => il y a enrichissement. la richesse nouvelle est place la ou ca rapporte le plus ( Immobilier, Bourse… ) ou est le probleme ?

  6. lennon
    lennon says:

    Attention n’oubliez pas le plus drôle: que c’est la JPMorgan la grande bénéficiaire de ces programmes.
    Et oui, à chaque fois qu’un américain s’en remet aux food stamps, cette banque (et la Goldman aussi, accomplissant « le travail de Dieu ») se cale un petit extra!
    Merveilleux.

  7. marc
    marc says:

    Merci pour les nouveaux « Messi » de l’économie. Je ne pouvais pas la louper celle-là !,!
    On pourrait ajouter en image la dette des USA. Je crois quelle se trouve sur le même site democracy.com
    Incontournable donc et longue vie avec celui du « lesurvivaliste »
    Survivre c’est tout le problème aujourd’hui.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *