2 réponses
  1. BA
    BA says:

    Vendredi 12 septembre 2014 :

    Nouveau record pour la dette publique de l’Espagne et pour la dette publique de l’Italie.

    Dette record en Espagne

    Le spectre de la dette publique continue d’hanter les pays de la zone euro. La Banque d’Espagne a annoncé ce vendredi que la dette publique espagnole avait dépassé les 1.000 milliards d’euros, soit 98,9% du PIB.  Ainsi, la quatrième économie de la zone euro établit un nouveau record, en hausse de 2% entre mars et juin 2014, d’après le quotidien espagnol El País. L’institut monétaire indique que le montant d’environ 1.013 milliards d’euros, a été relevé de 6 milliards d’euros par rapport à ce qui était prévu initialement. La Banque d’Espagne explique cette augmentation par l’adoption, au 1er septembre 2014, de nouvelles normes comptables, ordonnées par Eurostat.

    Dette record en Italie

    Un autre voisin de la France montre des signes d’inquiétude sur sa dette publique, c’est l’Italie. D’après la Banque d’Italie, la dette publique se rapprochait désormais des 2.170 milliards d’euros au 31 juillet 2014, soit une progression de 3,8% depuis le mois de janvier. Il s’agit d’un nouveau record pour la troisième économie de la zone euro, qui avait atteint un ratio dette publique/PIB de 135% en mai dernier.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140912trib000848653/1000-milliards-d-euros-nouveau-record-pour-la-dette-publique-espagnole.html

  2. BA
    BA says:

    Lundi 15 septembre 2014 :

    Les grandes économies mondiales ralentissent, la zone euro décroche (OCDE).

    L’OCDE a constaté lundi un ralentissement des grandes économies mondiales, en épinglant en particulier la croissance anémique et le risque de déflation en zone euro, le tout sur fond de risques géopolitiques et financiers importants.

    L’Organisation pour la coopération et le développement économiques a baissé de 0,4 point par rapport à sa dernière estimation de mai sa prévision de croissance 2014 du Produit intérieur brut pour la zone euro à 0,8% et de 0,6 point sa prévision pour 2015 à 1,1%.

    Cette croissance anémique est « l’aspect le plus préoccupant » constaté par l’OCDE dans son communiqué de presse.

    En France en particulier, l’OCDE s’est alignée sur les prévisions récemment annoncées par le gouvernement, et prévoit 0,4% cette année puis 1,0% l’an prochain. En mai, elle espérait encore 0,9% puis 1,5%.

    L’Allemagne, moteur économique de la zone, n’est pas épargnée et subit une correction du même ordre: sa croissance est attendue à 1,5% cette année, et surtout aucune accélération ne serait en vue pour 2015.

    La révision la plus nette en zone euro est pour l’Italie: l’OCDE annonce une récession (-0,4%) pour cette année et seulement 0,1% de croissance l’an prochain.

    Face à cette zone euro au ralenti, les autres grandes économies s’en sortent mieux, selon l’OCDE, même si elles n’échappent pas à un ralentissement.

    « Il y a un degré croissant de divergence. La reprise aux Etats-Unis est solide, la croissance est sur les rails au Japon et en Chine, tandis qu’elle se renforce en Inde après un récent accès de faiblesse. Par contraste, la croissance en zone euro semble condamnée à rester faible à court terme, et le Brésil ne devrait sortir que lentement de la récession », juge l’OCDE.

    http://www.romandie.com/news/Les-grandes-economies-mondiales-ralentissent-la-zone-euro-decroche/517571.rom

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *