,

Pourquoi je quitte la fête 20 minutes avant la fin ? [Réflexion, vues sur les marchés]

jumelle

 

De retour de plusieurs voyages d’affaires et ayant rencontré beaucoup d’investisseurs ces dernières semaines, je pensais utile de partager quelques informations, réflexions et vues …

  1. FED, ECB, BOJ, BNS

    La première chose qui me frappe c’est qu’il y a deux camps bien distincts : ceux qui surfent sur la vague des banques centrales et les sceptiques. Du coup, certains investisseurs sont très, très très investi (avec même du levier) et les autres sont majoritairement en cash et attendent de voir les résultats de la politique monétaire de Draghi, Yellen & Cie. Pour l’instant, à part d’avoir enrichi les 1% des plus riches, ils ont appauvri les autres 99% …

  2. Le levier est de retour

    Beaucoup d’investisseurs profitent des taux ultra-bas pour faire du levier sur leurs investissements. J’entends ceci sur l’obligataire mais aussi sur les actions … A-t-on déjà oublié l’éclatement de la bulle du Nasdaq et le crash de 2008 ? Rappel : le levier amplifie la hausse mais il amplifie la baisse aussi et parfois on peut se retrouver en négatif. A bon entendeur.

  3. Les institutionnels sont forcés d’investir

    Caisses de pension, fonds souverain, comité d’investissement des banques ne sont pas payés pour rester en cash … qui ne paie rien, voire qui coute !! Moralité : le mot d’ordre global des comités d’investissement est « ACHAT » ou « BUY » 🙂

  4. Les hedge funds souffrent

    Oui mais pas tous. Ceux qui sont orientés bottom-up c’est-à-dire ceux qui font de l’analyse fondamentale et qui suivent une tendance s’en sortent plutôt bien, ceux qui sont top-down et un peu contrariant souffrent des flux de liquidités sans précédents.

  5. Les sceptiques sont nombreux

    Nombreux sont les investisseurs expérimentés (ayant déjà perdu de l’argent) ne sachant actuellement que faire dans cet environnement. D’une part, ils ne touchent pas aux actions par peur d’un crash imminent ou à cause des niveaux de valorisation élevés, d’autre part ils se mordent les doigts d’avoir raté la bulle 2.0 sur le Nasdaq dont certaines valeurs ont doublées voir sextuplés … Pour les IPOs, exceptés les chanceux membres du « Cartel » 😉 – vous n’avez certainement pas pu profiter d’un enrichissement rapide et facile. (GOPRO, Alibaba, etc etc)

  6. Incertitudes sur l’obligataire

    Certains institutionnels sont en train de se repositionner sur le marché obligataire. Ils sortent des fonds long-only pour rentrer dans des fonds relative-value. Plus simplement : ils allouent leur argent à des gérants capables également de gagner de l’argent dans un environnement de taux et de spreads haussiers… A noter le départ de Monsieur Bonds (Bill Gross) de Pimco. Signal ?

  7. La gestion par Excel ou gestion 2.0 est partout

    Aujourd’hui pratiquement tous les fonds sont gérés par des « mathématiciens ». Fini le gérant avec son flair et son intuition. Aujourd’hui, ce sont les modèles mathématiques qui gèrent votre argent. Smart Beta, Minimum Variance, Risk Parity sont le nouveau normal. Le point intéressant c’est que comme se sont souvent des jeunes qui viennent de terminer leurs études, ils utilisent tous les mêmes modèles. CQFD. Une gestion basée essentiellement sur le risque /volatilité. Pour faire simple : plus la volatilité baisse plus on met du risque, plus la volatilité monte plus on enlève du risque. A quand le crash de corrélation ou de positionnement (liquidité). Pour les plus anciens, souvenez-vous de LTCM ??

  8. Pourquoi les marchés ne baissent-ils pas ?

    a. Les entreprises ont globalement des bilans solides (beaucoup de cash) et des très bons résultats liés à une croissance mondiale modérée, un contrôle des coûts parfait (on n’augmente pas les salaires et on vire à tout vas) ainsi qu’un environnement de taux bas est évidemment favorable pour emprunter !
    b. Rachats d’actions : évidemment que plus les sociétés rachètent leur propres actions, plus c’est bénéfique pour les actionnaires …
    c. Institutionnels : Fonds de pension, fonds souverains et banques centrales ont augmenté leurs investissement dans les marchés du coup, ils achètent à coup de milliards de USD …

  9. Or / gold

    Pourquoi la seule monnaie qui n’est pas imprimable par les banques centrales ne mont-elle pas alors que la guerre des dévaluations des devises fait rage ? Selon moi, la seule raison pour que l’or ne monte pas, c’est que les banques centrales et notamment la FED ne veulent pas – surtout en ce moment – que les investisseurs achètent la monnaie jaune. Avec leurs politiques monétaires accommodantes (par pour tous …), elles poussent donc les investisseurs à acheter de l’immobilier ou d’investir dans des entreprises. Conclusion : l’or peut encore souffrir à court terme de cette problématique par contre, à long terme l’or est un investissement qui devrait payer. Les américains devront un jour ou l’autre se débarrasser de leur dette abyssale. Hyperinflation ou dévaluation du USD est une piste …

  10. 1.20 ou pas ?

    C’est amusant car tout le monde pense que la BNS sera en mesure de tenir son taux plancher à 1.20. D’ailleurs ces derniers jours, les types de la BNS sont en tournées électorales pour rassurer les suisses… De mon côté, je suis plus sceptique. Je ne veux pas être pessimiste, mais premièrement, je pense que l’EURO reste survalorisé. Imaginez-vous une seconde combien vaudrait le Pesetas ou Lire contre le CHF ? allô ?? Heureusement qu’il y a l’Allemagne … Deuxièmement, je ne suis pas certain que notre chère « petite » BNS pourrait faire face à une attaque en règle de très gros méchants hedge funds … Troisièmement, la BNS montera certainement ses taux avant la BCE … Conclusion : la parité EUR/CHF me parait plus juste et j’ai d’ores et déjà commencé à racheter des boucheries à Divonne, Annemasse et Thoiry …

Mon positionnement actuel :

  • Actions

    D’une manière générale, je favorise essentiellement les stratégies relatives (Long/short) et les sociétés complètement snobées par les investisseurs (Transocean, Vale, …). Pour le directionnel (long) j’aime beaucoup l’Asie et plus particulièrement la Chine (rebond), le Japon (ABE) et la Corée du Sud (technologie). J’aime aussi les marchés émergents et notamment le bloc MINT (Méxique, Indonésie, Nigéria, Turquie). Je ne touche plus aux sociétés dites de croissances comme les valeurs du Nasdaq. Pour le SMI, je sors complètement de Nestlé, Novartis et Roche que je juge correctement valorisé. Je continue de croire en Transocean et UBS même si ces dossiers sont décevants/frustrants à court terme. J’observe aussi de près les small caps qui envoient des signaux négatifs …

  • Obligations

    Terminé et complètement saturé selon moi. A part quelques nouvelles émissions et quelques histoires spécifiques, je ne veux plus être investi dans du directionnel (long) sur le crédit (High yield et investment grade) … En effet, les spreads ainsi que les taux sont aux plus bas. Moralité, le risque est devenu totalement asymétrique. J’investirai seulement dans des stratégies relatives ou dans des situation spéciales … Je préfère quitter la fête 20 minutes avant la fin …

  • Hedge funds

    Etant plus près de la fin que du début du bull market (surtout aux US), je trouve intéressant de mettre son argent dans des gérants capables de gagner de l’argent peu importe l’environnement boursier (haussier ou baissier). Il est clair qu’avec un retrait du stimulus de la FED, la volatilité va revenir et sera profitable à beaucoup de stratégies de trading et autres … J’aime les CTA, les fonds Macro et les stratégies long/short Credit et Actions.

  • Matières premières

    La classe d’actif oubliée. Plus personne n’en veut. D’un point de vue contrariant, quand un actif est oublié il devient intéressant à mes yeux. Du coup je fais du shopping. Je regarde de près les opportunités dans l’agriculture, les métaux de bases ainsi que les métaux précieux dont évidemment l’or. Le timing reste compliqué et nécessite une analyse au cas par cas … par contre, si l’économie chinoise nous surprend positivement >>> accrochez votre ceinture car le décollage sera extrêmement violent (couvertures de shorts et arrivées des long) !!

  • Devises

    Je reste long USD pour l’instant, même si je pense les niveaux actuels sont des niveaux de prises de profits. Le YEN devrait continuer de se déprécier (bullish Nikkei) et l’EURO devrait continuer de baisser. J’ai également des options put sur l’EUR/CHF 🙂

Pour info, ce sont mes vues et cela n’engage que moi ! Mes excuses p0ur les quelques anglicismes et jargon financier … étant d’origine écossaise, vous me pardonnerez 😉

A suivre,

Loïc Schmid
Co-fondateur d’investir.ch
Responsable de la gestion c/o Sequoia Asset Managmenent
Membre fondateur des Econoclastes

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *