,

Les Suisses peuvent-ils changer le destin de l’or ?

(DailyFX.fr) – Les traders de l’or ont leurs yeux rivés sur la Suisse avec le vote populaire sur les réserves d’or de la Banque nationale suisse (BNS) prévu ce dimanche 30 novembre.

L’approche de cet événement important sur l’once d’or, le premier réflexe des investisseurs particuliers est de penser que le métal jaune s’envolera avec un vote en faveur d’une augmentation des réserves d’or de la BNS. En effet, malgré la baisse du prix de l’or ces trois dernières années, la majorité des particuliers reste très optimiste sur le marché et achète le physique alors que les grandes banques maintiennent des prévisions baissières compte tenu des faibles perspectives d’inflation dans l’économie mondiale.

Personnellement, j’ai tendance à croire que l’initiative « Sauver l’or de la Suisse » aura le même effet sur l’or que celui sur la livre sterling à l’issue du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse en septembre. Cet événement peut effectivement entraîner une augmentation de la volatilité sur le court terme, mais il n’est pas certain que cela change durablement la tendance du marché de l’or.

Initiative « Sauvez l’or de la Suisse »

Les objectifs de cette initiative sont les suivants :

  1. Obliger la BNS de cesser de vendre son or
  2. Rapatrier toutes les réserves d’or détenues à l’étranger
  3. Etablir un ratio minimum de 20 % des réserves d’or au sein de l’actif total de la BNS

Les chiffres clé à savoir

La BNS détient approximativement 1.040 tonnes d’or valorisées à 39,38 millions de francs suisses (CHF) d’après les derniers chiffres de son bilan publiées en août. Ceci représente 7,5 % de ses actifs totaux en comparaison avec 90 % pour les réserves de devises.

Réserves de la Banque nationale suisse

Si les Suisses obligent la BNS à apporter la part de ses actifs détenus en or à 20 %, on arrive à établir que la banque centrale aurait à acheter à peu près 1.650 tonnes d’or sur les cinq prochaines années. Ceci représente une augmentation d’environ 60 %. D’autres estimations établissent une demande potentielle moins élevée à 1.500 tonnes d’or.

Tous ces chiffres sont résumés dans le tableau ci-dessous :

Initiative sur l'or Banque nationale suisse

Source : BNS, calculs par DailyFX

Demande & production mondiale de l’or

D’après le Conseil mondial de l’or (CMO), le montant d’or extrait des mines s’élève à 3.115 tonnes entre septembre 2013 et la fin du troisième trimestre de cette année. Comme le montre le graphique ci-dessous, la part de l’offre globale expliquée par la production des mines est en progression depuis la fin de 2011 alors que le prix de l’or est de 36 % en dessous de ses sommets historiques.

Production or

On pourrait passer du temps à revoir toutes les tendances dans le secteur minier, mais ce qui importe ici, c’est de constater que la demande potentielle de la BNS avec un vote « oui » pour l’augmentation de ses réserves d’or représenterait à peu près 53 % de la production annuelle des mines.

Compte tenu de la rigidité de l’offre sur le marché, une telle augmentation du besoin de provisionnement en or à la BNS représenterait effectivement un choc externe sur la demande mondiale qui serait capable de soutenir le cours de l’or.

Mais attention tout de même, on parle d’environ 1.650 tonnes d’or sur 5 ans. Si l’on fait l’hypothèse que la BNS achète à peu près le même montant d’or chaque année pour mener une politique de renforcement de ses réserves d’or, cela donne plutôt 10 % de la production annuelle des mines et 7 % de l’offre globale.

La demande globale pour l’or s’est élevée à 3.756,1 tonnes en 2013 en comparaison avec 4.415,8 tonnes en 2012 et 4.582,3 tonnes en 2011. C’est surtout la demande des investisseurs pour des barres et pièces d’or ainsi que des placements via les Exchange-Traded Funds (ETFs) qui s’est effondrée ces dernières années. Quant aux banques centrales, elles sont nettes acheteuses de l’or depuis 2010.

1.650 tonnes sur 5 ans, c’est environ 8 % de la demande totale sur les vingt derniers trimestres. Un vote en faveur d’une augmentation des réserves d’or à la BNS aiderait donc à pallier une partie la baisse de la demande des investisseurs. Quant à un arrêt de la baisse du prix de l’or, il faudrait justement que les marchés financiers renouent leur appétit pour le métal jaune. Ceci est pour le moment difficile d’envisager sachant que la demande est impactée négativement par la baisse des anticipations en matière d’inflation depuis 2013.

 Demande et offre de l'or

Perspectives pour l’once d’or

Si l’on oublie l’initiative sur l’or de la BNS une seconde, les perspectives pour l’once d’or dépendent énormément de l’évolution du dollar américain avec qui le métal jaune reste très corrélé négativement (-0,86 sur les 200 derniers jours). Les anticipations d’un relèvement des taux d’intérêt de la Réserve fédérale (FED) en 2015 soutiennent le billet vert ce qui pénalise évidemment tous les métaux précieux. Une comparaison du prix de l’once d’or avec l’évolution du point mort de l’inflation aux USA permet d’apprécier ce fait.

Point mort de l'inflation

On vient de dire qu’un vote favorable à l’augmentation des réserves d’or de la BNS aiderait à soutenir la demande mondiale. Il n’est toutefois pas certain que cela entraîne une inversion de la baisse de la demande. Comme soulignent certaines banques comme la Deutsche Bank, la BNS pourrait procéder à des opérations qui permettent de renforcer ses réserves d’or sans que cela n’ait un impact visible sur le cours. De telles opérations incluent des transactions hors marché (de gré à gré) ou des opérations sur des dérivés afin de limiter l’impact sur le cours spot.

Admettons maintenant que les Suisses votent pour l’augmentation des réserves d’or. Au cours actuel, cela pourrait avoir un effet positif sur le court terme avec un rebond alimenté par les spéculateurs sur le marché. Techniquement parlant, un tel mouvement permettrait d’anticiper une reprise au-dessus des 1.200 USD l’once en décembre avec un creux important établi sur une ligne de tendance de long terme apparente sur le graphique ci-dessous. Notez la ligne baissière qui s’établit vers les 1.240 USD.

Encore une fois, je reste sceptique quant à la possibilité que l’initiative sur l’or de la Suisse change radicalement le marché de l’or, d’autant plus que la probabilité d’un « oui » ne semble pas bonne. Faites donc attention à un effet de court terme comme celui sur la livre sterling avec le référendum écossais, et focalisez-vous plutôt sur les perspectives du dollar US pour établir un réel biais sur l’or.

Analyse technique XAUUSD

Par Adrian Raymond, Analyste de Marché pour DailyFX.fr

Suivez-moi sur Twitter : @AdrianRaymondFX

Analyse technique métaux précieux

source originale

3 réponses
  1. Bompa
    Bompa says:

    Qui vivra, verra ! Ce sera le début de la fin du dollar, mais attention : les Amerlocs pourraient nous réserver une belle surprise. Ne les sous-estimez pas !
    Lisez :
    Le pouvoir d’achat des US$ circulant hors des frontières des USA sont comme une bombe placée sous le système monétaire US. Rien que le rapatriement de ces US$ par l’achat de biens immobiliers ferait exploser le US$.
    Pour déminer cette bombe sous le système monétaire US, seul reste la solution d’une dévaluation mondiale et brutale du US$ : Simplement : la création du NEW-US$. De quelle façon ? : En rendant les anciens US$, circulant hors des frontières USA, caducs et sans valeur. Durant un W-E, les citoyens US pourront échanger leurs anciens US$ par des NEW-US$, probablement à 1 contre 10, ainsi que ceux sur leurs compte en banque. Reste à savoir : QUAND ?
    Sachez que : BASIC : L’argent, c’est une promesse sur papier imprimé, crée du néant, mais garanti par l’or. Le rôle de l’or est de s’en porter garant. Mais si l’or n’est pas là, l’argent papier n’a pas de valeur.
    Le problème des banques centrales : Sur l’or détenu par les particuliers, les autorités n’ont pas de prise et les oblige à une discipline monétaire, ce que le peuple Suisse a compris. De ce fait les autorités font tout pour ne pas perdre le pouvoir de la planche à billets.
    Aussi simple comme bonjour. Bompa

    Egalement bon à savoir : la FED est une institution privée, crée en 1910 par les banquiers Rockefeller, Morgan, Warburg et Rothschild. President Woodrow Wilson était une marionette de ces banquiers et à la base de la loi vôtée 2 jours avant la noël, alors que la majorité des membres du congrés étaient absents. Plus tard il en exprimerait son remord.

    Le saviez-vous ? Bompa si !

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *