Débat BFM du 28 janvier 2015 – Impasse

Philippe Béchade

Les tendances sur les marchés européens quelques jours après l’annonce du QE et face à la victoire de Syriza ont été décryptées par Philippe Béchade, président des Econoclastes, et Jean-François Arnaud, gérant Associé chez Talence gestion. – Intégrale Placements, du 28 janvier, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.

Avec quel argent ces Banques Centrales rachèteront tous ces actifs au plus haut ? C’est de l’argent qui sort de nul part, mais qui est quand même quelque part garanti par chaque contribuable. Chaque contribuable qui aujourd’hui n’a plus de rendement et dont l’épargne sert à garantir que la BCE va pouvoir racheter au plus haut des lignes d’emprunts à des institutionnels qui ne gagnent pas d’argent avec le rendement mais en faisant de la spéculation.

Pour moi, on est vraiment dans une impasse.

Retrouvez les vidéos sur le site de BFM : Vidéo 1 et Vidéo 2

Rédigé par Raphaël Becanne

2 réponses
  1. Ul76
    Ul76 says:

    Superbe punchline économique de Philippe Béchade à partir de ‘6’00, qui fait clouer le bec de l’insupportable Guillaume Sommerer et son optimisme bisounours. Peut être que M Delamarche devrais en prendre exemple pour éviter de se faire sans cesse interrompre, mais je reconnais que garder son calme face aux remarques débiles est difficile.

  2. Bouddha Vert
    Bouddha Vert says:

    Bonsoir,

    Il est effectivement accablant de constater que c’est de nouveau sans conditions que de l’argent va être prêté pour essentiellement nourrir le capital.

    Je pense que verser 60 milliards par mois aux 500 millions d’européens pendant 12 mois ferait du bien à nos banques en plus de leurs clients.
    Les 360 milliards qui restent pour expliquer aux européens que l’Europe est sans ressources énergétiques (tout du moins fossiles) dans un monde qui, en volume, ne peut et le pourra de moins en moins, répondre aux demandes croissantes des Hommes du monde.

    S’il existe un PIB total estimé du monde, quel est l’intérêt de l’atteindre au plus vite?
    L’économie a oublié de mettre un prix aux ressources, combien pour le patrimoine génétiques de la faune et de la flore des espaces que l’on éradique? Est ce important?

    Bref se poser des questions imbéciles qui nous autorisent à penser autrement, pour sortir de cette transition qui s’ignore, avec ces solutions d’hier, rabâchées, l’espoir de la croissance pendant que les ressources elles s’épuisent à des volumes jamais atteints.

    Nous sommes le seul bloc économique a être sans ressources énergétiques, c’est notre présent et le futur de tous, alors en avant pour le nouveau modèle sociétal, il va falloir de la vision et de belles histoires pour supporter tout ça!

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *