BFM du 25 février 2015 – Surplus d’argent

Philippe_bechade

Au sommaire de ce débat entre Philippe Béchade et Marc Riez : le surplus d’argent ! Les Banques Centrales n’ont cessé depuis des années d’injecter de l’argent. Quelles en sont les conséquences ?

La hausse du CAC40 s’appuie-t-elle sur quelque chose de sérieux ou non ?

« C’est de la mécanique des fluides tout simplement : la marée monte !

Ce n’est pas un marché [financier] puisqu’il n’y a qu’un acheteur : c’est la Banque Centrale.

On est dans un marché complètement mécaniste, il n’y a pas l’ombre d’un raisonnement. […] Il faut mettre l’argent quelque part alors on paye, on paye, on paye. »

« Il y a de très gros biais dans CAC40, si l’on regarde les 14 valeurs qui ont renoué avec leurs plus hauts historiques on s’aperçoit que plus de la moitié ont des PER très très supérieurs à ce qu’ils furent durant l’été 2007 : on est sur des PER astronomiques. […] Il y a de l’argent, il faut investir. »

« Il faut faire quelque chose de tout ce fric ! Sauf l’investir dans l’économie réelle, car là c’est trop incertain. »

Que faut-il penser des taux d’intérêt aux vues de ce surplus d’argent ?

« Ils sont faux ! Ces taux sont totalement faux ! »

Le raisonnement de Marc Riez est le suivant : les taux d’intérêt à long terme ayant fortement baissé cela devrait justifier dans une certaine mesure que mécaniquement les PER soient un peu plus élevés.

La réponse du président des Econoclastes : « Ca fait 5 ans qu’on tient ce raisonnement bidon. Ca fait 5 ans qu’on nous dit que les Banques Centrales vont écraser la courbe de taux pour reflater les actifs. Le risque n’est absolument pas rémunéré car on a instauré un régime de taux totalement artificiel. Et ça ne marche que d’un sens parce que vous si vous êtes une entreprise et que vous n’avez pas de croissance et des fins de mois difficiles, des charges salariales élevées, on ne va pour vous faire 0,60 de taux d’intérêt. »

Si les taux n’étaient pas manipulés par les Banques Centrales et leur injection d’un surplus d’argent ils seraient à 5% en Europe.

« Les Banques Centrales se transforment en Bad Bank. » L’argent qu’elles impriment ne va que dans les actions et notamment les plus risqués (les MBS de Mme. Yellen)

Où en sommes-nous sur la Grèce ?

Le Portugal et l’Espagne n’ont pas accepté l’Union sacrée des pays du Sud proposée par la Grèce suite aux pressions de messieurs Schaüble et Dijsselbloem. Si ces pays ne « [rament] pas dans le même sens que l’Eurogroupe c’est la faillite en cascade ».

« On ne peut pas admettre aujourd’hui comme ça que la Grèce bénéficie de largesses. »

Y a-t-il des investissements en Europe grâce à ce surplus d’argent ? Non, alors que les taux d’intérêts sont proches de 0. Quant aux Etats-Unis, ces investissements sont ceux du Pentagone pour l’armement ou pour Obamacare.

L’argent promis par la Banque Centrale au travers des multiples plans de relance n’arrive jamais dans l’économie réelle. La Zone Euro n’est pas viable car « elle est mal foutue ».

« Avez-vous déjà vu une seule crise où on se dit au bout de 6 ans : « on est en train de recréer les conditions ». Mais ce n’est pas possible au bout de 6 ans s’il n’y a pas de reprise c’est qu’il y a un truc qui ne fonctionne pas. »

Au Etats-Unis cette reprise n’est permise que par les surplus de dépenses d’armement et l’Obamacare.

« En Europe tant qu’on aura 10% d’impôts en Irlande et 30% en France et que tout sera à l’avenant on ne marchera jamais.

Je vous dis que l’euro ne marche pas, qu’on peut injecter autant d’argent qu’on veut, tant que cet argent ne va que dans les marchés financiers et qu’en plus de ça les marchés financiers sont l’espèce de machine qui permet l’évasion fiscale, de mettre les profits au Luxembourg, en Irlande, etc. ça ne marche pas.

Ca fait 20 ans que la classe moyenne se paupérise. Donc qu’est-ce qui compense cette paupérisation : c’est l’endettement des ménages. Ils n’en peuvent plus aux Etats-Unis et un tiers des ménages ne peuvent plus rembourser leurs emprunts. C’est un super modèle : Wahouuu…« 

Retrouvez les vidéos sur le site de BFM : Vidéo 1 et Vidéo 2

Rédigé par Raphaël Becanne

3 réponses
  1. jfj
    jfj says:

    Bonjour,
    Les taux d’intérêts sont faux !!! Mais bien réels…et donc vrai…
    La véritable question est : où est le problème, comment et à quelle échéance va-t-il se matérialiser dans l’économie et donc sur les marchés.

  2. persanfoi
    persanfoi says:

    Bonjour,
    J’ai particulièrement aimé ce débat.
    Je trouve -malheureusement- les arguments, de part et d’autre, parfaitement recevable. Ca dépend du point de vue. J’imagine qu’on peut considérer Marc Riez comme courtermiste et pragmatique (et c’est son métier), et Philippe Béchade comme idéaliste et exalté (et c’est son métier). Cela fait trois ans que je pense que Philippe Béchade a raison mais ça n’empèche pas des professionnels comme Marc Riez de faire des profits. La question qui n’est pas posée à Marc Riez, c’est comment on fait pour s’en sortir?! On attend sagement que l’inflation cure les dettes? Et à Philippe Béchade, que faut-il faire pour stimuler l’investissement?! Ou sont les produits de l’économie réelle dans lesquels il croit? J’aimerai, quelques fois, un peu plus de chiffres pour mieux cerner la portée, et la limite des arguments.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *