Débat BFM du 18 février 2015 – Ca monte

Philippe_bechade

Ca monte : Débat entre Philippe Béchade et Serge Négrier

« Les marchés veulent monter »

La Grèce dit non à l’Europe : ça monte. La Grèce dit oui à l’Eurogroupe : ça monte. Elle redit non aux conditions de la Troïka : ça monte. […] Les combats continuent en Ukraine : le marché monte. Ils vont cessez : le marché monte. Ils reprennent : le marché monte. Ca castagne : ça monte. Les résultats des entreprises, ils étaient mauvais : le marché montait. On allait avoir un Quantitative Easing, maintenant on a un Quantitative Easing : donc ça monte.

On a déjà intégré de multiples fois [les bons] résultats: le marché continue de monter. […] Il faut être un pur génie aujourd’hui pour gagner de l’argent en bourse !

Les résultats des entreprises s’ils n’étaient pas bons en 2014, ce n’est pas parce que les chefs d’entreprise n’étaient pas compétents. C’est parce que la conjoncture ne s’y prêtait pas, parce que l’euro n’était pas au niveau adéquat.

Puisqu’il n’y a que le QE qu’est-ce qu’on sait de ce que valent véritablement les actifs aujourd’hui ?

Il suffit de tirer dans le journal avec des fléchettes et vous avez la solution gagnante. Quand on gagne de l’argent aussi facilement en bourse, pourquoi voulez-vous qu’on aille investir dans l’économie réelle ?

Mouvements tectoniques sur les taux

[La hausse des taux américains] est une menace qui probablement intrinsèquement est totalement ignorée.

Le 5 février [2015] le 10 ans américain il fait 1.64, hier soir (le 17 février 2015 ndl) il fait 2.14 : si mes comptes sont bons ça fait 50 points de base. Est-ce que ça a eu le moindre impact, la moindre influence sur l’évolution de Wall Street ou en Europe ? Rien ! […] Aujourd’hui rien n’a d’impact sur les marchés.

Il est en train de se passer des mouvements tectoniques sur les taux qui passent totalement sous le radar […] on risque d’avoir un réveil très rude.

Vu que tout le monde fait la même chose, tout le monde voudra sortir des marchés actions pour se ruer sur l’obligataire au même moment : « on verra ce que ça donne, sauf que par rapport à 2007 ou 2008, aujourd’hui les leviers sont considérablement plus importants donc la porte de sortie est beaucoup plus étroite. »

La mécanique déflationniste on ne sait pas comment l’arrêter. […] Plus le mensonge est gros, mieux ça passe : merci Monsieur Noyer.

Retrouvez les vidéos sur le site de BFM : vidéo 1, vidéo 2.

Rédigé par Raphaël Becanne

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *