,

Les marchés actions doivent impérativement baisser : il y va de la santé de l’économie mondiale.

Les marchés actions comme les marchés de taux se portent très bien, donc le monde va bien. Ce raisonnement absurde sous- tend toute le politique  monétaire des banques centrales depuis la crise financière de 2008/09. L’analyse serait valable si les marchés étaient libres de fonctionner sans artifice. Or c’est exactement le contraire qui se produit.

Imaginons un réseau électrique (l’économie mondiale) en panne. Le réparateur (les banques centrales)  ne cherchent pas à améliorer le fonctionnement du réseau mais s’occupent uniquement du coupe circuit qu’ils empêchent de fonctionner de façon à éviter un arrêt impromptu.

Résultat c’est le circuit délabré qui finit par s’arrêter définitivement.

S’ils sont libres de fonctionner les marchés ont un rôle déterminant d’alerte sur le fonctionnement de l’économie. S’ils avaient eu un marché pour les alerter les pays de l’ex union soviétique auraient peut-être évité la faillite. Si l’ex premier ministre de F. Mitterand,  madame Cresson avait été suivie lorsqu’elle disait qu’elle n’avait « rien à cirer» des marchés financiers, l’économie française serait, très probablement, dans une situation encore plus difficile. De même M. V. Auriol sous la quatrième république, alors qu’il faisait fonctionner sans arrêt la planche à billets, avait raté l’occasion de se taire lorsqu’il disait « la Bourse je la ferme et les boursiers je les enferme ».

Aujourd’hui, les marchés financiers  font l’objet de toutes les attentions, de sorte qu’ils anticipent des taux de croissance record (cf. les PE pratiqués sur les marchés d’actions) alors que les taux de rendement obligataires  proches de 0 traduisent un excès de demande d’emprunts sans précédent, né de la planche à billets. Donc, tout va bien dans le meilleur des mondes. Pourtant, la plus ancienne banque centrale au monde, la Banque de Suède, se permet de généraliser la pratique des taux  de refinancement négatifs, comme l’ont fait la BCE, la BNS et d’autres banques centrales nationales.  Ce qui veut dire qu’elles ne savent plus quoi faire en matière de politique monétaire.

Pendant ce temps, en l’absence de crédits nouveaux abondants, l’économie américaine se détériore. Les ventes au détail de début d’année ont reculé alors que, pourtant, les prix du pétrole ont baissé,  les commandes à l’industrie sont en recul, les résultats des sociétés sont mitigés etc…  En fait l’économie américaine arrive en fin de cycle, raison pour laquelle les chiffres de l’emploi (créations d’emplois et taux de chômage)  s’améliorent, même s’ils sont gravement biaisés.

Pourtant, même en fin de cycle, les marchés restent au plus haut parce que les flux venant de la planche à billets se dirigent essentiellement vers eux.  Plus aucune anticipation.

Donc, plus  de coupe circuit.

Il est urgent de les rétablir car les incendies, type 2008, peuvent se réactiver à tout moment. En effet,  dans l’atmosphère douce heureuse entretenue par les banques centrales rien n’a été fait pour éviter leur retour.

Jean Borjeix

4 réponses
  1. michel lassus
    michel lassus says:

    Le marché fait ce qu’il veut. On est dans l’Euphorie absolue depuis plusieurs mois et les indices continuent à monter sans même corriger.
    Tant que les Banques Centrales sont à la manœuvre les actions vont monter. Je ne vois pas comment elles vont baisser.
    merci

  2. 3janvier1973
    3janvier1973 says:

    Elles baisseront quand ils pourront plus avoir leur drogue pas chère. J emprunte a 0,05 je mise tous sur le rouge et je prends 10 points sur le CAC. Ça fait 7 ans que ça dure aux USA. Après le Japon les USA et l Europe les prochains a faire jouer c est qui? Les russes? Normalement dans un cycle économique il y a toujours quelque chose qui redresse celle ci ( charbon, petrole, le microprocesseur ….) mais la c est quoi le bidule magique qui va redresser l économie? Est ce la planche a billet ? Heureusement que l occident a de quoi exterminer la moitié de la planète sinon l euro/dollar ne vaudraient pas grand chose!!!

  3. emmanuel
    emmanuel says:

    le problème majeure pour les élites dominantes, est que les pauvres ne sont pas assez pauvres et sont de plus en plus instruit. Un vrai pauvre n’a pas le temps de s’instruire. Du coup, comment reprendre le pouvoir sur des classes sociales autrefois uniquement préocupées par chercher de quoi manger qui aujourd’hui ont une conscience politique et comprennent de mieux en mieux le petit ménage? Je pense qu’il y a plusieurs solutions:
    – la guerre, mais les peuples ont compris sont fonctionnement et à l’heure d’internet plus personne ( en comparaison avec les 2 GM) n’a vraiment envie de s’entretuer
    – la création d’une monnaie unique, ou l’unification derriere une meme monnaie et de faire redescendre dans l’économie tout l’argent virtuel généré par les QE et finalement créer une hyperinflation.
    Cette dernière solution n’est réalisable que si les differents acteurs du monde sont unifiés. Hors de question de faire chuter le dollar sans l’euro ou sans une autre monnaie car il faut absolument que tout chute. Les pauvres verraient donc leur économie et leur patrimoines fondre comme neige au soleil et seraient donc obligés de se dépolitiser et de faire de la lutte pour la survie leur priorité. On se dirige donc vers une hyperinflation mondiale programmée depuis longtemps.

  4. 3janvier1973
    3janvier1973 says:

    Désole mais pas d hyper inflation si tout le monde fait la même chose. On constate qu une chose le dollar monte l euro descend et vis versa. Et puis l inflation on peut lui faire ce que l on veut il y a qu’à voire le petrole. En théorie il y en a moins que dans les années 2000 et il se vend 2 fois moins chère bizarre non. Regardons le prix d un réfrigérateur qui est composé a 50% de petrole. Le prix de la matière 1er a été divise par 2 pourquoi le prix de mon réfrigérateur ne baisse t il pas? Pour une voiture c est pire alors qui prend le bénéfice dans tous ça? Rien n explique une baisse pareille!!! les accords ça existe depuis toujours. les moutons ce sont nous et la tonseuse c est eux qui l on!!!! (dernier scandale sur les yaourts pas mal celui la) La résistance c est d arrêter de consommer a outrance car ce n est pas les 1% les plus riches qui font tourner la planète. Besoin de nous ils ont.
    Une petite histoire pour finir : j étais chef de rayon électroménager lors du passage a l euro et mes meilleures ventes augmentent de 10% dans la nuit du 31 au 1 er. Je reçois le commercial et lui demande pourquoi? Il me réponds c est a cause du prix du petrole!!! Et oui dans la nuit. Juste pas crédible.
    Un lecteur qui a compris qu on ne joue pas au poker avec des gens qui ont les manches remplient d as……

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *