BFM du 25 mars 2015 – Appétit pour le risque

Philippe_bechade

Appétit pour le risque : Philippe Béchade VS Julien Nebenzahl

Quel est l’impact du QE de la BCE ?

« Appétit pour le risque, appétit pour le risque, il n’y a plus de stratégie » depuis que les Banques Centrales sont à la manœuvre.

« Je n’ai jamais vu un marché aussi crétin en 40 ans ! Ca n’existe pas un marché de non choix, un marché de choix unique. »

« Aujourd’hui il y a un décideur, s’il est fou, on ira jusqu’au bout. »

Néanmoins, il faut quand même souligner qu’en ce moment le marché est rationnel : « on leur donne des jetons pour jouer, ils jouent« . Il est normal que s’il y a un apport de liquidités ces dernières soient employées et que le CAC grimpe.

Qu’est-ce qui pourrait enrayer la hausse des marchés européens ?

L’étincelle qui pourrait stopper la hausse des marchés européens pourrait venir de plusieurs points :

  • Un ralentissement sur les marchés américains
  • Une crise du shadow banking en Chine
  • Le Japon, avec sa monnaie au plus bas, une population de plus en plus vieille, une chute de la consommation, etc.

Cependant il est impossible de dire « quelle forme prendra la correction ». Ce qu’il est possible de savoir c’est « qu’on est sur des encours et des leviers qui sont phénoménaux ».

« On est d’ailleurs au plus haut historique en terme d’achat à crédit de titres »

Dans ce cadre, c’est un comportement des gérants en phase de bulle qui est décrit pour notre Econoclastes : « s’il faut acheter des cochons volants, on achètera des cochons volants. » Aujourd’hui il y a obligation d’acheter des titres qu’on ne veut pas. Même si les graphiques des prix ou autres indicateurs n’indiquent pas de bulle, le comportement des gérants est lui typique d’une bulle.

Rédigé par Raphaël Becanne

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *