BFM du 4 mars 2015 – Lévitation

Philippe_bechade

Lévitation : Philippe Béchade VS Sébastien Korchia

La lévitation artificielle des marchés

Retour sur le CAC40 Global Return (donc sur les dividendes réinvestis) et sur la corrélation des chiffres avec le DAX30 qui est lui calculé en dividendes réinvestis. Ces deux indices sont nés le même jour : ils ont tous deux une base 1000 le 31 décembre 1987.

Vendredi 27 février,  « nous avions un DAX30 à 11402 et un CAC40 Global Return à 11416. » Ce mercredi 4 mars 2015, « on retrouvait ces deux indices à parité à 11390. »

« L’investissement en France et en Allemagne  procure donc sur 28 ans des retours identiques« 

« Aujourd’hui les Banques centrales sont le driver, cela a même été calculé. Aujourd’hui pour maintenir le marché, pour éviter toute correction, il faut que les Banques Centrales investissent, globalement sur la planète, 200 milliards de dollars par mois. […] C’est un afflux de liquidités qui sort de nul part. […] Ce n’est pas de la richesse créée, on ne peut pas créer 200 milliards de liquidités par mois sur la planète. »

« Donc voilà on a des marchés qui sont tenus en lévitation.« 

Investissements et fuite en avant

Pour Sébastien Korchia, la hausse des marchés se fait au frein à main : les investissements sur les cycliques devraient repartir du fait de la politique de la BCE si les investisseurs y croyaient.

Si certains peuvent ne pas y croire c’est surement à cause des doutes qui planent autour du QE et la façon dont les banques centrales nationales vont le mettre en oeuvre. Par exemple avec ces 20% nécessaires à acheter en Allemagne alors que le pays ne sera a priori quasiment plus émetteur de dettes.

Le marché obligataire sera complètement asséché.

Autre cause du phénomène de scepticisme ambiant sur le QE : quand on regarde aux Etats-Unis, on voit que les entreprises américaines n’investissent pas. En février 2015 (qui compte donc avec ses 28 jours deux séances de moins), le record de rachats de titres sur les marchés américains a été battu. Pourquoi investir quand « le retour sur investissement est plus qu’hypothétique » sachant que les classes moyennes ne s’enrichissent pas ? Donc il faut faire quelque chose de la trésorerie de l’entreprise.

« Racheter ses propres titres c’est le serpent qui se mord la queue. »

« Là on est clairement dans une fuite en avant éperdue ! On gagne chaque mois du temps en maintenant les marchés en lévitation. »

Vers un basculement actions/obligations ?

Il ne faut pas non plus oublier les assureurs qui en France vont peut-être s’engouffrer sur les marchés actions, et qui même avec un petit pourcentage de leur fonds propres investis en actions risques de provoquer des fortes hausses. Au final, pour ceux qui veulent acheter des assurances vies « c’est magnifique » : les assureurs ont vendu au plus bas en 2009-2010, pour venir racheter au plus haut.

Cependant même si les assureurs pensent qu’il n’y a plus de rendement sur les obligations : le rendement du 10 ans américain est à 2.13, le rendement du NASDAQ à 0.96 et celui du S&P est à 1.95 donc le basculement est à prévoir.

Le petit mot de fin : « En Europe je ne sais pas comment on sortirait indemne d’une correction de Wall Street. » En lévitant peut-être ?

Retrouvez ces vidéos directement sur BFM dans les chroniques de Philippe Béchade.

La page de Philippe Béchade sur les Econoclastes.

Rédigé par Raphaël Becanne

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *