BFM du 1 avril 2015 – Rythmes paraboliques

Philippe_bechade

Rythmes paraboliques – Philippe Béchade VS Bruno Fine

Les taux longs allemands ont été divisés par 3 au premier trimestre. Les taux longs italiens sont eux passés de 1.95 à 1.2 (ce qui représente une pente moyenne de 7%) : « ce n’est pas tenable. » Si on continue ainsi en Allemagne, Philippe Béchade a calculé que les rendements seraient négatifs sur le 10 ans le 20 mai.

« Avec les banques centrales plus rien n’est impossible. »

Aux Etats-Unis, 85% des boites du s&p500 ont revu à la baisse leurs perspectives. Les raisons de ce phénomène est simple et existe depuis 2014 : « les boites [ont] une trouille bleue de décevoir parce qu’on sait qu’on est dans une bulle et que le moindre résultat peu satisfaisant est immédiatement sanctionné par des chutes abyssales. Donc on veut à tout pris prévenir un effet de déception. » Au final « 78% ont fait mieux que prévu » en 2014 donc il y a une « sorte de psychologie de bulle » : on sait que les cours sont trop chers, donc on ne veut pas qu’il y ait un accident.

Pour Bruno Fine en revanche, on est sur des « sous-jacents plus forts » pour les entreprises. A l’aube de 2008 : 30% de valeurs étaient considérées comme attractives sur les 2000 disponibles et elles ont monté à 40%. Néanmoins il faut faire attention car il peut y avoir une « illusion […] d’une prime de risque sympathique » : « les taux ayant baissés, on a l’impression que la rémunération des actions est bien meilleure donc que le marché n’est pas si cher que ça. »

Les performances des entreprises sont-elles alignées sur les performances des marchés ?

Pour Philippe Béchade le non est catégorique. « On pensait être en début d’année sur une pente d’amélioration de +10% des bénéfices. On a révisé ça à +15%, corrigé de l’effet euro, ce qui est purement mécanique, ça ne veut pas dire que les boites vendent plus […] Les actions sont parties sur une pente annuelle de croissance de 80% [par an]. »

« On est sur des rythmes paraboliques. »

« Cela fait 4 ans que le CAC40 progresse sur l’anticipation que ça ira mieux que l’année dernière et depuis 4 ans si on prend le CAC40 Global Return, à niveau de distribution de bénéfices égal, puisqu’on distribue à peu près autant de bénéfices en 2014 qu’en 2010, le CAC 40 Global Return a doublé ! Les bénéfices n’ont pas progressé. Je dirais même mieux, ce n’est pas la masse des bénéfices qui a augmenté c’est le taux de distribution, la générosité des entreprises, qui a augmenté  on gagne moins mais on donne plus. »

« Donc autrement dit on a un marché qui a doublé pour un niveau de bénéfices égal qui heureusement remonte un peu. Donc ça veut bien dire qu’il n’y a aucune corrélation entre la progression des bénéfices et la progression des cours. C’est le pur effet de flux. »

Pour Bruno Fine, il y a sur longue période pourtant une adéquation, malgré qu’elle ne soit permise que par « 30 à 40% » des entreprises : « Je m’explique, la création de valeur se fait sur une duration qui est de 5-7 ans. Ce n’est pas un slogan AMF, c’est un slogan réel. »

 Quels sont les risques qui demeurent et qui pourraient impacter le cycle haussier des actions européennes ?

Pour Bruno Fine il y a deux choses : une correction des marchés américains des suites de l’impact de la hausse du dollar et un facteur géopolitique lié à la Russie.

Pour notre Econoclaste, les risques sont multiples et il est donc très difficile de répondre à la question. Si l’on prend l’exemple du Japon qui a bénéficié il y a déjà longtemps d’un QE : donc a eu une monnaie faible avant les autres et a vu le prix des matières premières et le prix du pétrole baisser : « exactement tout ce qu’on voit arriver en Europe, notre alignement des planètes »; et bien on a une baisse de la production industrielle, on n’a pas de croissance de la consommation et on n’a pas d’inflation. »

Pour les Etats-Unis, qui ont aussi bénéficié d’un alignement des planètes, la croissance a été de 2.5-3% mais que la moitié a été réalisé par les dépenses (santé et armement).

« Les Quantitative Easing ont fait exploser les valorisations boursières mais les effets réels sur l’économie sont très faibles »

Ainsi, les QE japonais et américains n’ont pas relancé la croissance… Donc pourquoi cela serait-il différent en Europe ?

Que se passe-t-il alors dans ces cas là ?

Et bien on assiste à ce qu’il s’est passé aux Etats-Unis avec 815 milliards de fusion-acquisitions au premier trimestre 2015, ce qui est un record absolu puisque l’année record était 2007 et qu’on en est déjà presque à la moitié.

« Ca veut dire qu’il y a une fuite en avant des entreprises américaines puisque le marché ne croit pas plus que le pouvoir d’achat global »

Rédigé par Raphaël Becanne

1 réponse
  1. H.Gallo
    H.Gallo says:

    D’une pertinence à toute épreuve! Philippe nous à encore offert sa vision sans langue de bois.
    Mr. Fine à été mis au tapis, contraint de nuancer son propos en faveur de l’analyse de Philippe. Remarquable!

    Il est très dur de contredire les faits sans être de mauvaise foi.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *