BFM du 13 mai 2015 – Krach obligataire

Philippe_bechade

Krach obligataire : Philippe Béchade VS Julien Nebenzahl

Le krach obligataire est-il là ?

Selon Philippe Béchade, il est possible que les plus hauts annuel des marchés actions européens soient derrière effectivement, au vu des mouvements haussiers sur les taux d’intérêt des obligations d’Etats.

« Ce qu’on vient de connaître c’est un véritable krach obligataire »

La remontée des taux à 10 ans des grands pays de la Zone Euro « est si brutale, qu’à mon avis, il va falloir modifier les calculs de valeur des actions » pour le président des Econoclastes. En effet, les rendements ayant augmenté sur les marchés obligataires, les investisseurs sont moins poussés vers les actions puisque le rendement espéré sur les actions est diminué. « Il n’y a aucune certitude de pouvoir garantir à terme » ces rendements sur les actions. Julien Nebenzahl est d’ailleurs « tout à fait d’accord avec la gravité de ce qu’on vient de voir. »

Toutefois, il faut garder en tête selon Philippe Béchade qu’ « il y a une volonté absolue de maintenir les prix » de la part des Banques Centrales. Donc rien ne peut assurer à 100% que nous ne pourrons plus revenir sur ces plus hauts sommets des marchés actions.

Le réveil des investisseurs ?

Les mouvements du marché actuels sont-ils la preuve que les investisseurs commencent à réaliser que les Banques Centrales ne peuvent pas tenir le coup ?

Philippe Béchade s’interroge : est-ce que la FED ne bouge pas afin de ne pas créer une politique trop divergente avec celle de la Banque Centrale Européenne qui a pris « le relais » dans la création monétaire et l’injection massive de liquidité dans le monde financier ?

« Imaginons que vous vouliez faire cuire du couscous à la vapeur. Vous mettez de la liquidité, et puis vous en remettez, et vous en remettez, du coup vous n’atteignez jamais le point d’ébullition. Alors on voit effectivement des bulles, ça il y en a, mais il n’y a pas de vapeur, donc l’économie ne repart pas. Les liquidités restent dans la casserole. La casserole c’est les sphères financières. Ca ne monte pas au niveau du couscous. Manifestement on obtient aucun des effets qu’on recherche, ni au niveau de l’inflation, ni au niveau de la croissance. »

Un ralentissement général

On peut constater que l’Allemagne aujourd’hui ralentit. L’explication de Philippe Béchade est simple : le pays ralentit parce que l’Asie a ralenti car la Chine elle-même a ralenti.

De leur côté, les Etats-Unis voient aussi leur croissance passer en « recession » pour reprendre les termes d’Olivier Delamarche (cf. BFM du 11 mai 2015 – Défaut parfait). Philippe Béchade l’explique parce qu’un tiers de la croissance américaine était liée au shell-oil or « aujourd’hui du shell-oil on en a trop, les cuves sont pleines. » Le seul moyen pour désengorger les stocks américain serait d’envoyer ce pétrole léger dans des pays où des raffineries pourraient le traiter. En effet, il faut savoir que le pétrole américain est un pétrole dit léger. Néanmoins les Etats-Unis ne possèdent que des raffineries de pétrole lourd. Le pays est donc obligé de réaliser des mélanges entre le pétrole léger qu’il extrait et du pétrole lourd qu’il importe pour pouvoir utiliser ses raffineries.

« Les Etats-Unis se retrouvent face à ce qui va créer véritablement un choc récessif. »

Est-ce que les publications des résultats d’entreprises confirment un embryon de reprise ?

Pour Philippe Béchade, c’est le « service minimum » au vu de l’écart « phénoménal » entre l’euro et le dollar.

« Réellement, il n’y a pas d’accélération du chiffre d’affaire. »

Ce qui est aussi préoccupant c’est que le taux de rotation monétaire (qui indique la circulation de la monnaie dans l’économie) est très faible à l’heure actuelle. L’argent ne circule donc plus. Comment alors dans ce cas, s’interroge Philippe Béchade, peut-on faire marcher une économie s’il n’y a plus de « vapeur pour faire marcher la machine ? »

Pour conclure, le président des Econoclastes appuie sur le fait que « ça ne repart pas » en soulignant qu’en France, malgré des taux au plus bas, les prix de l’immobilier ne grimpent toujours pas et continuent même de baisser. Si vous désirez retrouver son analyse plus en détail à ce sujet, lisez son article : Malgré des taux d’intérêt au plancher, l’immobilier recule à Paris, ainsi que celui de Pierre Sabatier : Vieillissement rime avec baisse des prix de l’immobilier !

Rédigé par Raphaël Becanne

4 réponses
  1. H.Gallo
    H.Gallo says:

    Très intéressant. Chapeau également à Julien Nebenzahl qui est l’un des seuls interlocuteurs hors éconoclastes que j’ai trouvé de grande qualité.

    Deux visions, deux analyses solides et sans langue de bois. Ça fait plaisir!

  2. emmanuel
    emmanuel says:

    A force de jouer avec des allumettes dans une maison commune que les Banques centrales arrosent d’essence, il ne faut pas s’attendre à autre chose qu’une fin tragique…

    C’est évident que les Banques Centrales sont à présent démunis.
    Elles sont couvertes de papier dont la valeur est proche de 0.
    Ce n’est certainement pas avec leurs bilans au sommet de leur capacité que ces mêmes banques vont se porter caution du système en cas de méga krak obligataire mondial.

    Il n’y aura personne pour couvrir les pertes.
    Et a ce moment la « le Roi sera nu » et le Roi est deja nu quand on considere l’usage massif du levier…

    Et le fait est que l’on ne pourra même pas se chauffer avec tout ce papier qui ne vaut intrinsèquement rien, et qui se retrouvera a vendre.
    Car tout ceci est strictement virtuel.

    Est ce le rôle d’une banque centrale de plus de se porter caution du Marche: bien entendu que non.
    Des facto ces apprentis sorciers ont largement outrepasse et outrepassent leurs mandats.
    Du goudron est des plumes voila ce qu’ils méritent des a present. Et c’est comme cela que tout ceci va se terminer pour eux. Ruiner les creanciers ne sera pas sans consequence.

    La valeur faciale d’une monnaie ne repose que sur la confiance.
    Hors quelle valeur faciale peut on accorder a une monnaie dont ses apprentis sorciers élargissent la base sans cesse.
    Monnaie qui dérivée in fine à changee et change de nature pour n’etre plus que de la liquidite dette au service de l’economie de rente et des plus riches rentiers.

    Sur quoi doit reposer cette confiance, sur les Banques centrales.
    Quelle confiance accorder a la BOJ et donc au Yen. BOJ qui a la prétention de se supplanter au Marche.
    ETC…

    Oui tout ceci va mal se terminer…
    Steen Jacobsen anticipate the « biggest margin call ». C’est plus que probable.

    Moi je penche pour un véritable krak obligataire mondial, suite à l’incident de crédit du Japon a venir…
    ET ce krak sera suivi d’un effondrement monétaire de toutes les monnaies sous QE, et de l’effondrement de toutes les classes d’actifs: tout ce papier génère avec des leviers.

    Et alors … et bien il faudra bruler des cierges et faire des prières…
    Il ne restera plus que cela à faire.

  3. manucou
    manucou says:

    « Avon Products, Inc. : Avon flambe à Wall Street sur une OPA apparemment fausse « …
    Qui peut encore croire que ce gigantesque casino est sous contrôle?
    Casino dont nos Banquiers Centraux s’évertuent à faire tourner la roue…
    Ce marche est manipule activement par toute une voyoucratie en col blanc.
    Et tout ceci se déroule avec la benediction et la complicite tacite des Régulateurs et de nos dirigeants.
    L’atterrissage va être violent… N’ayant rien compris a 2008 et laisse en liberté un certain nombre d’escrocs, nos dirigeants porteront la responsabilité de la prochaine méga catastrophe qui conduira a la faillite du système.

  4. Thierry
    Thierry says:

    Bonjour,
    J’ai une question assez simple ; des feus sont allumés ci et là dans l’économie mondiale et les econoclates (et d’autres) prévoient une sorte de RAZ (raz de marée ou remise à zéro). Qu’en est t’il de nos dirigeants ? Quel est leur plan B ? A titre personnel et politique/action publique ? Cela m’étonnerait qu’eux mêmes n’aient pas pris leurs dispositions ou du moins qu’ils n’aient pas connaissance de ces mouvements de plaques tectoniques de l’économie et leurs conséquences explosives. Rien n’aurait filtré ?
    Dans un congrès sur la gestion de crises, un conseillier de l’entourage d’un ministre révélait qu’une affaire d’état aurait pu éclater il y a quelques mois. Il était alors prévu d’annoncer la mort de Johny Haliday en boucle pour faire passer l’affaire en arrière plan ! Petite anecdote sympa 🙂

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *