BFM du 20 mai 2015 – Pillage organisé

Philippe_bechade

Pillage organisé : Philippe Béchade VS Bernard Aybran

Malaise à la Banque Centrale Européenne

« Un biais de marché » a été provoqué par Benoit Coeuré devant un parterre de dirigeants de hedge fund ce mardi, où il a divulgué les futures mesures de la BCE quant au renforcement de l’assouplissement quantitatif (QE). Seulement ce discours n’a pas été réalisé de manière officielle puisque l’ensemble des acteurs des marchés n’ont pas été prévenus au même moment. Les conséquences, comme l’explique Philippe Béchade, sont un « contre-pied » de certaines personnes qui a modifié la courbe des marchés obligataires.

Concernant le QE de la Banque Centrale Européenne, c’est du jamais vu : « on n’a à peine lancer le QE depuis trois mois que déjà on nous explique qu’il va peut-être falloir l’ajuster, qu’on peut l’augmenter temporairement. »

« [Les dirigeants de la BCE] constatent que les choses ne vont pas comme ils le souhaitaient. »

« La BCE, en ajustant sa communication, montre qu’il y a un malaise », ce qui peut avoir des conséquences sur les politiques de la Réserve Fédérale américaine selon le Président des Econoclastes. Mais surtout le malaise qui pointe son nez, comme l’explique Philippe Béchade, c’est que des investisseurs achètent des obligations d’Etat uniquement grâce à la promesse de la BCE de racheter « encore plus cher, et encore plus cher » ces dernières, alors que ces obligations d’Etat ne seront jamais un bon investissement à des taux aussi bas du fait des risques de défaut de ces pays.

Le pillage des entreprises américaines

« 1200 milliards de rachats » d’action en projetant les résultats de rachats du premier trimestre au niveau des entreprises américaines. Voilà le résultat que nous énonce Philippe Béchade. Pourquoi autant de rachats ? L’explication réside dans le fait que les dirigeants d’entreprises perçoivent des rémunérations fort généreuses en fonction du cours des actions. Un des moyens d’augmenter le cours de son action pour une entreprise est tout simplement de racheter ses propres actions. Les dividendes reversés peuvent ainsi augmenter pour les actionnaires restants.

« On est là aujourd’hui dans une espèce de pillage organisé des richesses de l’entreprise. »

Au final « les entreprises ne distribuent pas du pouvoir d’achat, elle distribue du dividende à des gens qui ne le dépense pas. Ce qui est à l’opposé de ce que la FED prétend faire, ou même la BCE, en reflatant soit disant les actifs. […] Reflater les actifs c’est en réalité enrichir encore plus les ultra-riches, qu’on appelle aujourd’hui l’hyper-classe. »

La « bonne » croissance japonaise

« Tout est dans la façon de lancer les chiffres sur la table. 2,4% de croissance c’est une vue de l’esprit puisque c’est tout simplement une extrapolation de 0,6% de croissance au premier trimestre. Moi je prends bien le pari qu’on n’aura pas 0,4 ou ,05% au deuxième trimestre. »

L’effet devise a, comme l’explique le président des Econoclastes, eu un effet favorable sur les exportations japonaises, permettant ainsi d’obtenir de meilleurs résultats que prévus. Mais « les salaires ne progressent pas et continuent de ne pas progresser, autrement dit les patrons japonais font exactement comme les patrons américains. Si on fait plus de marge grâce à une devise plus compétitive on se la garde, on la distribue aux actionnaires. Il n’y a toujours pas de percolation de richesse vers la population. »

« On a un appauvrissement de la population dans un contexte d’inflation soit disant nulle. » Or seule la jauge de l’inflation ne monte pas au Japon alors que l’immobilier, les taxes locales, etc. montent.

Pour terminer, Bernard Aybran souligne un point important : partout où il y a des fonds de pension, il y a un problème majeure qui se dégage à cause des QE.

Rédigé par Raphaël Becanne

1 réponse
  1. manucou
    manucou says:

    Quand va on finir par imposer un control democratique de cette BCE.

    Le diner en ville d’un membre de cette mafia, avec des grands patrons de Hedge, en dit long sur le la « cosa nostra ».
    Hedge Fund qui sont au Coeur de la Finance Casino et qui ne participent ni de pret ni de tres tres tres loin au financement de l’economie.
    Et on nous explique apres cet episode que la BCE est une structure independante.

    Et aujourd’hui Mario nous explique que c’est dans son mandat de parler d’emploi.

    Mais quand vat on finir par mettre au pat cette ploutocratie…

    N’y a il qu’une activiste Allemande ayant le courage de denouncer ces individus.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *