BFM du 17 mai 2015 – Route de la Soie

Benjamin_Louvet_BFM

Pétrole

La question du pétrole, même si elle est moins débattue ces temps-ci est toujours bien présente.

Si la réunion des pays de l’OPEP a débouché sur une stabilisation de la production de ces pays, « il reste à savoir ce qui va réellement se passer au niveau de la production des pétroles de schiste aux Etats-Unis. »

« On est toujours dans une situation d’excès pour l’instant, mais le marché fait le pari que cet excès va se résorber. »

Pour Benjamin Louvet, le scénario est probablement une baisse à court terme puis une remontée des prix du pétrole suite aux problèmes financiers des entreprises américaines dans ce secteur.

La Route de la Soie

Le deuxième point d’attention concerne la Chine, qui désire recréer la Route de la Soie (Silk Road). Ce vaste programme d’investissement a pour but de reconnecter l’Asie, l’Europe et l’Afrique en passant en grande partie par la Russie.

L’intérêt est le suivant : aujourd’hui le transport de marchandise se fait par voie maritime en passant par le Golf Persique puis le canal de Suez pour arriver en Méditerranée. « Ca prend à peu près trois semaines. Quand vous ne pouvez pas passer par le canal de Suez parce que votre bateau est trop gros, vous êtes obligé de faire le tour de l’Afrique c’est encore plus long. »

Le but de la Route de la Soie est donc de raccourcir considérablement ce temps de transport grâce à « une ligne de chemin de fer qui partirait de Shanghai et irait jusqu’à Anvers. On parle d’une ligne qui ferait pas loin de 18 000 km et qui permettrait de faire le trajet en 7 jours. »

« Ca veut dire un gros chambardement au niveau financier »

L’intérêt serait double pour la Chine. D’un point de vue commercial tout d’abord, mais aussi financier. En effet, les pays émergents dont la Chine ont accumulé de grosses réserves de capitaux étrangers. L’intérêt d’un tel projet serait de pouvoir utiliser ces capitaux pour les injecter dans des sociétés nouvelles en charge des travaux d’infrastructure nécessaires au développement de cette Route de la Soie 2.0.

« Il y a quasiment 50 milliards qui vont être investis dans les premiers projets et l’idée est de rendre ces réserves de change productives et de développer un commerce et de développer une économie. » La conséquence financière serait que les pays occidentaux verraient arriver moins d’argent pour financer leur dette.

De plus, pour faire face à ce projet colossal les chinois remettent « sur le devant de la scène l’or. Les rumeurs parlent de 3500 tonnes de réserve et non 1000 tonnes officiellement. »

« Dans le cadre de la Route de la Soie la Chine a mis l’or au cœur de ses préoccupations. »

« Cela se matérialise par la montée d’un fond qui s’appelle le Silk Road Gold Fund […] doté de 100 milliards de yuans, 16 milliards de dollars pour investir dans les pays qui sont le long de cette Route de la Soie et qui ont des réserves d’or prouvées et qui voudraient développer l’exploitation de ces réserves d’or. »

In fine, les Banques Centrales des pays voulant se diversifier en or pourront ainsi rejoindre le projet.

Rédigé par Raphaël Becanne

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *