BFM du 27 juillet 2015 – Récession américaine ?

Delamarche_BFM_Grece

Récession américaine ? Olivier Delamarche VS Jean-François Robin

Sur les deux derniers mois, « on s’est tourné vers la tragédie grecque » qu’on a oubliée quasiment aussi vite qu’elle est venue, mais cette dernière « reviendra. [Le problème grec] n’est pas encore parti » nous assure l’Econoclaste. Pour le moment, les médias vont se focaliser sur la Chine qui a perdu -8,5% ce lundi 27 juillet alors que la Banque Centrale chinoise a pris déjà plusieurs mesures pour tenter d’endiguer la baisse.

« On voit bien que [les chinois] n’ont plus les leviers. C’est panique à bord. »

Concernant les Etats-Unis, Olivier Delamarche nous explique que nous avons eu de « mauvais chiffres qu’on a décidé d’ignorer ces derniers mois » et que les chiffres d’affaires des entreprises américaines ont tous plus ou moins marqué une baisse ou « raté leurs objectifs », or le CA « est constitutif du PIB ». Ainsi, « une petite récession » a lieu aux Etats-Unis mais les modifications de calcul du PIB du pays permettront très probablement de rajouter quelques points pour donner une croissance positive pour ce deuxième trimestre 2015. Vous ne saurez donc que dans 2 ans avec la révision des chiffres qu’ils étaient négatifs.

Jean-François Robin rejoint notre Econoclaste lorsqu’il parle de la Chine : cette dernière a probablement un potentiel de croissance de l’ordre des 5 à 6% et non proche des 12% annoncés. De plus, avec le vieillissement de la population, ce potentiel de croissance devrait passer bientôt dans les 2 à 3%. « Il faut s’habituer à vivre avec une Chine qui ralentit » nous explique l’économiste de chez Natixis, et cela aura plusieurs impacts, notamment sur les matières premières comme nous l’annonce depuis plus très longtemps notre Econoclaste Pierre Sabatier.

« Tout a été organisé pour que le marché financier [chinois] soit complètement déconnecté des fondamentaux et puisse monter. »

« Là on voit bien qu’aujourd’hui la Banque Centrale a totalement perdu la main » nous explique Olivier Delamarche. « C’est la panique totale, on va même jusqu’à interdire les ventes » de titres. Il faut se méfier des expositions avec la Chine.

Janet Yellen a annoncé la hausse des taux « trop tôt » d’après Olivier Delamarche, puisqu’elle pensait que l’activité américaine allait repartir, ce qui est loin d’être le cas. « Elle se fait rattraper par sa croissance qui faiblit. » Comme tous nos Econoclastes, Olivier Delamarche pense que cette hausse des taux n’est pas tenable (cf. Nicolas Chéron sur le sujet ou encore Pierre Sabatier).

« Ce n’est pas en faisant marcher la planche à billets que vous enrichissez le monde, sinon le Zimbabwe serait le pays le plus riche du monde. »

Les Etats-Unis ont tout fait « pour ternir les marges. Ils les ont tenues. Simplement en virant les gens c’était assez facile pour faire de la productivité, sauf que ça revient par la top line, c’est-à-dire les chiffres d’affaires. » Olivier Delamarche est catégorique donc, le ralentissement est « partout dans le monde » donc les Etats-Unis ne peuvent plus profiter de la croissance des autres pays, ni du pétrole de schiste sur lequel ils avaient investi, et tentent maintenant désespérément de se raccrocher aux branches.

« Quand ils vous disent ‘on va tout faire pour essayer de magouiller les chiffres’ il faut les écouter. Ils vont le faire. »

Rédigé par Raphaël Becanne

6 réponses
  1. jpj
    jpj says:

    Pensant à quitter cette Europe du sud étouffée, je n’irai pas collaborer avec l’Europe du nord mais pense au Canada. Pays plein de ressources, de grands espaces et de moustiques. Ce serait l’un des pays occidentaux des moins – voir pas du tout – endette. Quelqu’un pourrait-il en dire 2 mots? Pourrait-on aussi envisager sa situation quand tout le système financier implosera – d’ici peu?
    Ce n’est pas le sujet du jour, mais vu que tous les marches sont déconnectes avec leur économie réelle, le Canada pourrait-être une exception. Merci.

  2. emmanuel
    emmanuel says:

    Bonjour Olivier
    Votre analyse macro est la bonne.
    Et nous n’allons pas dans le mur. Nous sommes dans le mur.
    C’est une transition majeure, et non une crise cyclique.
    C’est une transition majeure au sens ou l’entendait le biologiste John Maynard Smith.
    Nous sommes dans une période entre deux mondes.
    Et faute d’avoir des dirigeants capables de le comprendre, cette période entre deux mondes va s’achever par une crise terminale.
    Le soutient massif a la rente, et a l’économie de rente via l’usage intensif de la planche a billets n’est évidement pas durable.
    Et la rente et l’économie de rente c’est quoi en vérité : c’est de la dette; des Everest de dettes.
    Je considère qu’a présent il ne reste plus qu’a attendre la fin.
    La gérontocratie qui nous dirige est au service de la rente…
    Et qu’on se le dise rien n’est sous contrôle comme vous le soulignez.
    Je lisais encore hier : « accélération de la croissance en UK ».
    Je vie en UK.
    Le moins que je puisse dire c’est que s’il y a accélération de la croissance elle est imperceptible.
    Les salaires ont régresses depuis 2008 dans des proportions vertigineuses au niveau cadre…
    Ce qui compense le degré 0 de toute forme d’investissement dans la productivité des entreprises Anglaises, et surtout une £ au plus haut.
    Donc la consommation qui soutient la croissance est financée avec encore plus de dettes. Une dette qui est colossale.
    Et concernant la dette publique anglaise le projet et de faire financer celle ci par l’épargne des Chinois. Cela me semble très optimiste comme projet.
    Et Osborne bloque les Impôts pour les 5 prochaines années, tout en affirmant qu’il va atteindre un excédent budgétaire primaire avec résolument des économies de bout de chandelle. Des économies qui vont peser sur les jeunes, les familles, l’éducation: autant d’investissements qui n’ont pas de prix compte tenu du vieillissement de la population Anglaise, de l’endettement moyen des foyers Anglais, et des besoins gigantesques en formation pour espérer de nouveau avoir des manager un tant soit peu compétent en Angleterre. Sur ce dernier registre ce n’est pas brillant….
    Etc.

    Attendons la fin. Et cette épisode va être tellement violent qu’il imposera des reformes structurelles.
    Et j’espère qu’à ce moment la une autre génération plus jeune de dirigeants prendra les commandes.
    Cette crise pourrait tout simplement avoir pour conséquence la fin de la conception occidentale du capitalisme.
    Et ma génération va peut être avoir le privilège d’avoir aussi bien assiste a la fin du communisme ex URSS, et a la fin de la déviance du capitalisme qu’est la conception occidentale du capitalisme. Conception occidentale du capitalisme en tout point comparable au système économique à l’œuvre en URSS a la toute fin de l’URSS.
    Qui peut encore prétendre que les USA n’on pas bascule dans le communisme. Et s’il n’y avait que les USA.

    Fin d’un monde, transition majeur, et nous redécouvrirons le capitalisme entrepreneurial. Du moins je l’espère.
    Cordialement
    Emmanuel

  3. GUS
    GUS says:

    Le plus drôle dans cette émission c’est quand certains interlocuteurs d’Olivier sont d’accords avec lui mais ne le disent pas clairement, par conformisme ou simplement parce qu’ils ne veulent pas perdre leur boulot. Avec JF Robin, c’est flagrant d’autant que ce type est un collaborateur de P Artus, bon économiste lucide mais qui ne va jamais au bout de ce qu’il écrit. Au début de l’émission Robin rigole avec Olivier sur les bidonnages statistiques ; en seconde partie, il récite sa leçon, mais toute sa gestuelle le trahit, il se tortille sur sa chaise, son regard est fuyant, il ne croit pas à ce qu’il raconte c’est évident.

  4. GUS
    GUS says:

    @emmanuel
    Vous devriez aller poster vos commentaires sur le site des Echos, les lecteurs ont besoin d’être informés. Votre témoignage corrobore l’expérience de mon beau-frère qui a travaillé 2 ans dans une filiale anglaise d’une société industrielle française. Très déçu par le niveau global des ingénieurs et du management, la boite tournait surtout grâce aux expats. Il avait gagné un appel d’offres intra-groupe pour le compte de cette filiale, finalement il a du rapatrier le projet en France quand il est revenu, car les anglais arrivaient pas à livrer. Bien sûr, le RU est grand, il a de belles boites (ex. Dyson), mais ça fait 30 ans qu’on m’explique que c’est absolument génial, je trouve que les résultats sont modestes. bien sûr l’économie française souffre, mais il y a de belles boites dont on demande comment elles tournent encore alors que cela fait 30 ans qu’on m’explique que nous vivons dans un enfer socialiste. Le RU et les USA c’est un peu pour les «  »libéraux » » actuels comme l’URSS d’autrefois pour les communistes. C’est pas un pays, mais une projection idéologique, la réalité est évacuée ou disqualifiée quand elle ne colle pas avec l’idéologie. C’est la raison pour laquelle je ne lis plus beaucoup la presse de « référence » qui a failli à sa mission d’information.

  5. emmanuel
    emmanuel says:

    GUS
    Que pensez vous des aides publiques en UK qui consistent a permettrent aux anglais de s’endetter sur 20ans auprès de la collectivité pour s’acheter un logement…
    Sans commentaire: n’est il pas…
    La meme salade qu’en France.

    Sauf que ici cette mesure est financée par la planche à billets.

    Cette mesure a pour conséquences des prix diriges purement spéculatifs qui in fine ne bénéficient qu’aux rentiers gros propriétarise.
    Les Anglais moyens ils partagent leurs logements.

    J’affirme que le RU a bascule dans le communisme comme les USA.
    Une petite minorité de rentiers bénéficie d’un non projet économique finance avec l’usage intensif de la planche a billets.
    Ici comme aux USA c’est la privatisation absolue des bénéfices des Hedge Fund et la nationalisation des pertes de la finance casino (attention a la prochaine cela va faire mal aux contribuables Anglais).

    Je quitte donc prochainement le RU pour l’Allemagne…
    Je suis Ingénieur dans l’industrie et non bankster (usurier) ou un assureur cupide et vorace.
    Donc je n’ai aucun avenir au RU.

    La France n’a pas a rougir de l’efficacité de son administration.
    J’ai expérimente la bureaucratie Anglaise… Et je pense que Kafka a de beaux jours devant lui.
    Je vous conseille d’essayer de faire rentrer un véhicule Européen en Aangleterre. Aih Aih Aih…
    Je vous conseille un droit de propriete qui date du 19eme Siecle.

    Et pour conclure : les infrastrutures ici c’est vraiment le 19eme siecle de l’ere Victoria. Aussi si vous voulez remonter dans le temps faites un voyage en Angleterre.
    La seule chose pour laquel les Anglais sont vraiment tres bon c’est dans la preservation de leur habitat et environement. Mais cela ne compense bien entendu pas une desertification industrielle don’t la consequence c’est plus du tout d’ingenieurs et de cadres et de management pour faire tourner le moteur.

    ETC…
    .

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *