,

Bas les masques

Une nouvelle étape vient d’être franchie dans la série de turpitudes de Madame Yellen.

Jeudi dernier, en effet elle est passée pour ce qu’elle est, une idiote !!!

Certains l’ont découvert jeudi. Je le dis depuis qu’elle est arrivée à la FED, me fondant d’ailleurs sur ses propres dires, puisqu’elle admettait n’avoir absolument pas vu venir la crise de 2008 et en avoir complètement sous-estimé la gravité.

Les marchés en ont pourtant fait une sorte de Pythie : avec elle, ils étaient entre de bonnes mains, il n’y avait qu’un sens celui de la hausse. Les commentateurs (journalistes, gérants, stratégistes, économistes) scrutaient le body language de Madame, faute de pouvoir faire autre chose.

Peu après son accession à la tête de la FED, Madame Yellen nous a averti qu’elle allait normaliser la politique monétaire et monter progressivement les taux. C’était il y a 21 mois. J’avais dit alors qu’elle n’en ferait rien et qu’elle mettrait en place un QE4. Dès lors, semaine après semaine, je voyais mes interlocuteurs du lundi me regarder avec un sourire condescendant en m’expliquant, tels des professeurs s’adressant au bonnet d’âne de la classe, qu’elle allait monter les taux fin 2014, puis ce fut début 2015, puis au deuxième trimestre, puis au troisième. Lundi prochain, la hausse sera unanimement pour décembre. Les arguments avancés par ces brillants représentants de la haute finance étaient que l’économie américaine était forte, que le taux de chômage baissait de façon considérable, que la baisse du pétrole était une excellente chose, que la croissance des pays émergents allait nous tirer, que la baisse de l’euro allait faire repartir l’Europe et que les flèches de Monsieur Abe étaient en train de faire repartir le Japon. Le monde idéal en quelque sorte !!

En ce qui concerne la possibilité d’un QE4, cela déclenchait des rires qui se sont transformés tout récemment en gloussements, puis en petits raclements de gorge gênés lorsque même la Pythie l’a évoquée.

Les mêmes gloussements que nous entendions, Pierre Sabatier et moi, lorsque nous expliquions ce qu’il se passait en Chine, ce qu’il allait advenir des BRICS et que le Japon était en faillite.

Pourquoi avons-nous eu raison contre tout le monde ?

Les QE et les taux à 0 ou, autrement dit, la planche à billets et la dette à outrance, sont les deux moyens de transport d’un voyage sans retour, une sorte de bad trip dont on ne revient jamais !!

Les économistes ne veulent pas le reconnaître mais nous en avons une expérience grandeur nature avec la troisième économie du monde (le Japon) qui, QE après QE, court vers son effondrement sans retour en arrière possible.

Or, grâce à des personnes comme P. Krugman, qui a imposé au monde entier son modèle, nous avons tous pris la route qui nous mènera à notre fin. C’est le « Nobel des nuisibles » qu’il aurait dû avoir.

Nous sommes dans un monde déflationniste pour de multiples raisons, notamment démographiques, de mondialisation qui pèse sur les salaires, de progrès techniques, d’une gestion pointue de leurs marges par les entreprises, et surtout, des politiques monétaires mises en place partout par les banques centrales qui génèrent de la déflation[1] alors même qu’elles disent la combattre…..ironie de l’histoire, c’est le médecin qui tue le malade.

Nous avons atteint des niveaux de dette sans référence historique dans l’ensemble des régions du monde (USA, Chine, Europe, Japon), des taux de population sans emplois extrêmement élevés ou une pyramide des âges complètement inversée, ce qui revient au même, tandis que le potentiel de croissance diminuait pour atteindre des niveaux compris entre 0 et 1 %, ce qui est très faible et notoirement insuffisant pour, d’une part, rembourser les dettes et, d’autre part, espérer vivre décemment.

Ces politiques démentes peuvent déboucher sur des conflits sociaux à minima, voire plus grave, à des guerres.

Dans les semaines qui viennent, les économistes vont prendre conscience que tous les soi-disant moteurs de croissance mondiale se sont éteints, ce qui devrait conduire à une baisse violente des marchés actions fortement surévalués. Cette phase de baisse sera immédiatement stoppée par les banquiers centraux uniquement obnubilés par la tenue des marchés et totalement détachés des fondamentaux économiques. Ils dégaineront alors unanimement leur arme de destruction massive : la planche à billets. A ce stade, deux réactions possibles :

  • Soit tous les décérébrés qui n’ont que pour seul moteur d’investissement l’argent gratuit se jettent sur les marchés, nous irons alors inscrire un nouveau plus haut préalable à une descente aux enfers ;
  • Soit la lucidité prend enfin le dessus, les investisseurs comprennent que les banques centrales ont totalement perdu la main et ne font que nous précipiter dans un trou sans fond, le marché s’ajustera alors par une perte massive de ses actifs, ou pire encore, par une perte encore plus massive de la devise dans laquelle ils sont libellés.

Dernière trouvaille de Madame Yellen : brandir la menace de taux négatif, comme quoi l’ami Albert Einstein avait raison, il n’y a que la bêtise humaine qui soit illimitée.

Joyeuses perspectives, mais je ne vois malheureusement pas ce qui pourrait nous épargner l’une de ces deux fins. L’explosion des bulles sur les marchés entraînera la ruine des économies à la surprise générale, puisque la réalité aura soigneusement été camouflée par le bidouillage statistique et comptable et par de beaux discours.

Malheureusement, ceux qui en paieront le prix ne seront pas les responsables de ces politiques suicidaires.

Ainsi va le monde.

Olivier Delamarche

[1] Cf : « Pourquoi le débat inflation déflation ? » article du 25 juin 2014 pour Les Econoclastes par Olivier Delamarche www.leseconoclastes.fr/2014/06/debat-inflation-deflation/

 

16 réponses
  1. XGACON
    XGACON says:

    oui bien vu , je pense que la crise est devant nous et bonjour la misère pour les travailleurs qui ne seront pas fonctionnaires

  2. GuillaumeM
    GuillaumeM says:

    Quand on entend les paroles dissidentes , des pronostics sont faits, ils se réalisent mais avec un peu de retard. Il doit y avoir une telle inertie au niveau mondial que vos pronostics prennent du temps a se réaliser .

    On compare cette crise avec cette des assignats, mais à l’époque c’est 30 millions de francais, etc… a plus petite échelle, j’ai peur que ce QE dure très longtemps, une très très longue agonie, je me trompe ?

  3. Charlie BECKMAN
    Charlie BECKMAN says:

    Ce ne sont pas des erreurs stupides successifs mais une volonté délibérée de foutre la merde et le chaos dans le monde, il me semble.

  4. Baya
    Baya says:

    Excellent article: exprimer de telles opinions aujourd’hui requiert une grande intelligence, et surtout un courage bien rare.
    L’allusion de Mme Yellen (la Pythie) a la possibilite d’instaurer des taux negatifs, c’est a dire de ponctionner les economies des epargnants comme cela a deja ete fait a Chypre, doit malheureusement etre prise au serieux.
    Dans une choregraphie bien coordonnee, A. Haldane, responsible de la strategie de la Banque d’Angleterre, a au meme moment evoque la possibilite de taux negatifs, action s’appuyant sur la restriction/abolition de l’usage du cash pour mieux depouiller les epargnant. Cette simultaneite de declarations n’est pas une coincidence:
    http://www.telegraph.co.uk/finance/bank-of-england/11874061/Negative-interest-rates-could-be-necessary-to-protect-UK-economy-says-Bank-of-England-chief-economist.html

  5. Paul
    Paul says:

    Si notre crise systémique actuelle finit par une ‘hyperinflation à la Weimar (euro qui ne vaudra plus rien) ou alors une ponction sur le compte des citoyens pour payer les dettes de l’État en faillite (à la chypriotte), même les fonctionnaires vont le sentir passer… Nous allons tous dans la mur, il n’y aura que les Soros qui tireront leur épingle du jeu, et encore…

  6. gregoire
    gregoire says:

    Tout a fait d’accord et bravo a vous Olivier pour etre si constant dans votre analyse.
    Une fois qu’on a mis la main dans le pot de la creation monetaire on ne peut plus l’enlever, la drogue est trop douce et le retour en arriere de plus en plus difficile.
    L’annonce du prochain QE va etre rigolote a suivre avec les robots fous, on verra probablement des +8% comme au japon la semaine derniere, des krachs a l’envers.
    Et quand tout cela va s’ecrouler a force de devenir trop branlant, les monceaux de dettes caches dans les ETF et autres produits derives vont se degonfler d’un coup.
    Cash will be king again, mais dans quelle monnaie ?

  7. Les Econoclastes
    Les Econoclastes says:

    non vous n’avez pas tord l’inertie est importante, mais les QE et les taux bas ne datent pas d’hier non plus tout cela a commencé en 2008 il y a déjà 7 ans presque 8 !!

  8. séphoutut
    séphoutut says:

    « une ponction sur le compte des citoyens » pour payer les dettes de l’État ou de la banque, à ce sujet je crois que l’UE l’a autorisé d’ailleurs, est totalement scandaleuse puisque nous n’en sommes pas responsables. Je ne me vois mal resté inerte devant ma chère petite banque avec ce coup tordu. Les français vont rester les bras croisés? La vie de banquier et d’élu risque de devenir très difficile , voir courte…. 🙂
    Avec du recul, en fait, que démontre encore bien finalement cette situation? : Nous sommes gérés par des tocards.

  9. aficionados
    aficionados says:

    Grand amateur des articles d’O. Delamarche depuis des années, force est de constater que son analyse est toujours la bonne et que ceux qui ricanaient finissent par rire jaune… Hélas quand le gros chaos arrivera, il vaudra quand même mieux être de ceux qui se sont gavés pendant des années que de ceux qui ont déjà aujourd’hui des fins de mois difficiles (et souvent à cause de ceux précités).
    Soyons positif, peut être que ce sera un nouveau départ et que les gens normalement cérébrés reprendront la main sur tous les astrologues pédants qui nous vantaient « L’alignement des planètes » …

  10. DigitalCash
    DigitalCash says:

    Olivier Delamarche, toujours aussi efficace 😉
    Je crois qu’il est grand temps pour les citoyens de sortir le peu d’épargne qui leur resterait et de l’investir dans de l’or, argent, autres métaux précieux, terrains pour cultiver son potager,…
    Voir même dans certaines crypto-monnaies, elles permettent d’avoir le contrôle total de ses avoirs sans que personne puisse venir vous les prendre.
    Parce quand les bulles vont éclater ca va faire très très mal.

  11. stampa
    stampa says:

    Bonjour Olivier,
    Je suis d accord avec vous. J’ai néanmoins une question, à votre avis, quand cela prendra fin ?
    Cordialement

  12. emmanuel
    emmanuel says:

    Dans une periode entre 2 mondes dans laquelle les « cons » sont aux commandes on ne peut que s’attendre qu’a ce type d’analyse:
    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/les-effets-redistributifs-du-quantitative-easing-de-la-bce-507783.html
    10% des upers incompetents du Principe de Peter nous dirigent, ou vehiculent leur pseudo science economique.

    A vrai dire il me semble plutot evident qu’avec les QE les inegalites explosent.
    La consequence pour les USA c’est la disparition de la classe moyenne qui etait le moteur de la croissance.
    Aux USA est a vrai dire dans tous les pays riches on assiste a une bipolarisation.
    Et la classe moyenne en phase d’exctinction de masse consommé, mais du « tout a 1 dollar ».
    Les QE ne portent dans la’bsolue que l’economie de rentes et la rente de rentiers.
    Rentiers qui sont plus que satisfait de l’absence d’inflation.
    Et a croissance des profits dans le meilleur des cas qui stagnant, on a les patrons du CAC 40 qui s’octroient 6% d’augmentation.
    Et il en est pour imaginer que tout ceci va durer eternellement…

  13. PDI
    PDI says:

    Après lecture de ce livre :
     » La guerre des monnaies – La Chine et le nouvel ordre mondial Broché – 11 décembre 2013
    de Jean-François Goulon (Préface), Hongbing Song (Auteur)  »

    Je ne suis pas si sûr que la finance internationale soit dirigée par des « tocards »…

  14. Christian
    Christian says:

    La FED à sa tête perd elle le contrôle?
    La semaine dernière la présidente de la FED, Janet Yellen, en conférence dans une université américaine, perd la tête pendant 5 bonnes minutes, et relit plusieurs fois le même passage de son discours sans s’en rendre compte, avant de défaillir une fois sortie du champ des caméras. Les médecins l’hospitalisent. La FED s’est bien gardée bien de donner le bilan de sa santé. Et cela juste quelques jours après qu’elle ait pris « LA » décision de ne pas remonter le taux directeur, envoyant « LE » message implicite qui va avec: « La FED a perdu le contrôle sur la situation »… à suivre

  15. Maje
    Maje says:

    Bonjour moi ce que je ne comprend pas c’est que si les japonnais font des qe depuis de tres nombreuses annees meme si cela est mauvais ,pourquoi en europe est ce qu’on irait dans le mur,pourquoi il ne s’ecoulerait pas 10 ou 20 annes en faisant des qe,exactement comme les japonnais ?

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *