Diesel – Ces vérités qui dérangent

En cette période de Dieselgate, on ressort du placard deux émissions sur le diesel avec Nicolas Meilhan histoire de rétablir quelques vérités qui dérangent:

– 20 millions de voitures en circulation en France ne sont pas équipées de filtre à particules

– Le diesel, à moins de 20000 km/an, coûte plus cher que l’essence même avec l’avantage fiscal

– L’Europe est le seul marché diesel au monde avec l’Inde

– Est-il encore justifié d’encourager l’utilisation de véhicules diesel?

– Comment se débarrasser des vieux véhicules diesel qui polluent?

– Quel impact pour les constructeurs Renault et PSA si on supprimait l’avantage fiscal du diesel?

Et parce qu’on adore le Japon chez les Econoclastes, un petit bonus avec un retour 20 ans en arrière sur le scandale qui a secoué le Japon dans les années 90 et qui a abouti à l’interdiction totale de la circulation de ces voitures et au développement des voitures hybrides comme la Toyota Prius en 1997.

Le décalage économique et démographique de 20 ans avec le Japon sera-t-il aussi valable avec le diesel?

9 réponses
  1. Schwartz
    Schwartz says:

    Cher Nicolas,

    Merci pour vos interventions très instructives.
    J’avais moi même une voiture diesel dont je tairait la marque, achettée d’occasion avecc un moteur très robuste et une pompe à injection fiable .
    Pourquoi l’ai je vendue ?
    Car j’ai déméngé en montagne et le diesel à préchauffer c’est pas top pour les petites distance.
    Pourquoi l’ai-je acquise ?
    J’ai roulé à l’huile de friture….récupérée dans les restaurant et collectivités, traitée à domicile et utilisée en mélange dans ma superbe voiture….
    le moteur Diesel si j’ai bien suivi, a été inventé par joseph diesel, un autrichien , qui l’avait conçu pour rouler à l’huile de lin, trop onéreuse à l’époque et a été transformée pour rouler au gaz-oil !!

    bien à vous et avec mes meilleurs messages

  2. Nicolas Meilhan
    Nicolas Meilhan says:

    Merci pour votre message! Pour la montagne, un bon vélo électrique peut faire l’affaire 😉

  3. guly
    guly says:

    Et pour les camion? le reportage sur le japon est très rigolo, car en même temps on voit des semi remorques, et on entends dire que les diesels on été bannis…
    il faudrait peut être parler d’ordres de grandeur, si chers a votre mentor, JM Jancovici.
    un semi remorque de 40 tonnes, c’est en gros 40 L/100 Km, bien plus qu’une voiture à surface occupé au sol…

  4. guly
    guly says:

    (suite) c’est comme demander de fermer le robinet quand on se lave les main pour économiser l’eau, alors que 80% de la consomamtion d’eau est due à l’agriculture

  5. Nicolas Meilhan
    Nicolas Meilhan says:

    Vous avez raison – il faut aussi sortir du parc les camions et bus les plus polluants.

    Pour info, c’est 50/50 entre les voitures et les camions sur la consommation de carburants.
    http://www.gnesg.com/index.php?option=com_content&view=article&id=48%3Aque-pese-lautomobile-dans-les-bilans-energetique-et-climatique-mondiaux-&catid=27%3Ales-chiffres-de-lautomobile&Itemid=53

    Sur la pollution en ville, ce doit être comparable vu que la plupart des camions sont sur les autoroutes mais ceux en ville polluent plus que les voitures.

  6. gully
    gully says:

    MErci pour ces référence, je connais déjà les thèses de M. bihouix, et partage son constat.
    Mon avais est que le type de motorisation n’y est pour pas grand chose, c’est le volume d’utilisation qui est l’ordre 0 de la pollution.
    Une voiture essence ne catalyse pas hors de la richesse 1 (stoechiométrie) , et celle ci n’est pas respctée pour des quetion de fiabilité dès qu’on fait fonctionner le moteur à fort couple/fort régime (15 à 30% d’esence consommé directement envoyé dans l’air dans ces conditions). Le moteur essence n’est donc pas non plus la panacée et l’hybride est une motorsation essence.
    Et pour a voiture électrique, comme vous le savez déjà tout dépend de la source d’élec.
    Je partage votre position sur l’utilisation des voitures excessive, mais le diesel n’a aps a etre un bouc émissaire, surtout maintenant que les nouvelle normes euro 6c et la mesures en situation réel associées vont arriver.
    Si il y a moins d’utilisateur, il y a moins de pollution, et c’est l’ordre 0 auquel il faut s’attaquer, pas le type de motorisation.
    Les diesel ont d’autres avantages comme la consommation intrinsèquement basse (donc moins d’emission de CO2), un rendement bien plus homogène qu’un moteur essence, et permet de valoriser (un peu) les fractions lourdes du pétrole.

  7. gully
    gully says:

    Et pour l’esence, n’oublions pas que les motorisation GDI emmetent tout autant si ce n’est plus de particules et devrons bientôt être équipé de filtre elles aussi

  8. Guémy
    Guémy says:

    Pour les livraisons en Ville, on a trouvé des solutions pour les hypercentres = plateformes « ELU » (espace logistique urbain) : voir les ELUs réalisés = La Rochelle, Paris (Chronopost sous la place de la Concorde), et quelques autres.
    Cela n’a pas été généralisé et c’est fort regrettable.
    A ce jour, on ne trouve pas l’acteur qui va payer le « surcoût » ! alors qu’il ne s’agirait que d’intégrer en partie les externalités négatives de la pollution de l’air, estimés pour l’Europe dans divers rapports de 2015 de l’ordre de 1 000 milliards d’€ selon l’OMS, l’OCDE, etc.
    D’un point de vue rationnel et même économique, ceci est vraiment INCOMPREHENSIBLE !
    IL FAUT QUE CA CHANGE VITE !

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *