,

Pourquoi la Fed ne pouvait pas monter ses taux…

Nous avions déjà exprimé au cours des mois passés nos doutes quant à une potentielle hausse des taux directeurs aux Etats-Unis avant la fin de l’année 2015. Nous avons maintenu notre point de vue au regard des éléments factuels qui militent selon nous pour un maintien des taux directeurs à leur niveau actuel…

1. Le flux de publications macroéconomiques est porteur de déceptions depuis le début de l’année

Les déceptions concernant les publications économiques se sont accumulées aux Etats-Unis depuis le début de l’année. Au deuxième trimestre, les chiffres ont même été en dessous des attentes dans une proportion qui n’avait plus été atteinte depuis mi 2012, signe que les attentes concernant la santé de l’économie américaine ont été bien au-delà de la réalité de ses fondamentaux.

2. La situation s’est améliorée sur le front de l’emploi, mais les salaires n’accélèrent toujours pas

Il est vrai que les signaux en provenance de l’emploi en particulier sont plus positifs : le taux de chômage est tombé à 5.1%, l’emploi à temps plein a retrouvé son niveau d’avant crise, les demandes d’inscription au chômage sont à leur plus bas et le nombre d’emplois a progressé de plus de 240 000 postes par mois en moyenne au cours des 12 derniers mois.  Toutefois la progression des salaires ne montre toujours pas de signes d’accélération : le salaire horaire moyen est en hausse de +2.2% sur un an en août, contre +3.2% par an en moyenne entre 1986 et 2009 (cf. graphique). En outre, des millions d’américains sont sortis des chiffres du chômage (le taux de participation est passé de 66% avant la crise à 62.6% aujourd’hui) et, parmi ceux qui sont en emploi, nombreux sont ceux qui sont sous-employés (temps partiel subi ou postes pour lesquels ils sont surqualifiés).

Taux directeur vs. salaire moyen

3. Il n’y a aucun risque inflationniste

L’inflation se maintient aux Etats-Unis en dessous du seuil de 2% depuis 3 ans désormais. Elle connaît même un accès de faiblesse supplémentaire depuis la fin de l’année 2014, en lien avec la chute du prix du pétrole. Hors énergie et alimentation, l’inflation est un peu plus élevée mais reste « bloquée » sous les 2% également depuis mi 2012. Dans un contexte de faiblesse prolongée du cours du pétrole, la Fed dispose probablement encore de quelques mois avant de justifier une hausse des taux par l’accélération de l’inflation… En outre, un facteur structurel fort s’oppose à une poussée inflationniste, à savoir le vieillissement de la population américaine.

 

La Fed a tout intérêt à prolonger sa position de « wait and see »…

 

4. Une hausse supplémentaire du dollar risquerait de faire caler la croissance américaine

Le dollar s’est fortement apprécié depuis la mi 2014 face au panier de devises des partenaires commerciaux des Etats-Unis (+18% pour le taux de change nominal effectif calculé par la Fed). Une hausse des taux directeurs, qui se traduirait par une appréciation supplémentaire du dollar, aurait un impact négatif sur l’économie américaine.

Taux de change effectif US

En conclusion, tous ces indicateurs illustrent clairement le fait qu’il n’y avait aucune « urgence » pour la Fed à relever ses taux directeurs. Même si l’économie américaine semble de plus en plus solide, la forte révision à la baisse de la croissance en 2013 (de +2.2% à +1.5%) et les déceptions du premier trimestre de cette année montrent sa sensibilité encore exacerbée aux facteurs extérieurs. Dans un contexte d’incertitudes quant à l’évolution de l’économie chinoise mais également en interne concernant le comportement d’épargne des ménages, la Fed a ainsi tout intérêt à prolonger sa position de « wait and see » afin d’éviter de déstabiliser les marchés financiers et de casser la dynamique de croissance.

Pierre Sabatier, PrimeView

4 réponses
  1. spectateur BFM
    spectateur BFM says:

    Bonsoir Pierre;
    je vous suis régulièrement sur BFM quand vous donnez la réplique au tueur 🙂
    A vous lire dans cet article,
    si jamais vous aviez dit ça sur BFM face à Olivier,
    il vous aurait contredit au moins sur:
    – le plein emploi US (malgré la parenthèse sur taux de participation)
    – la hausse des salaires compensé par la baisse du temps de travail subi !

    Bref, j’ai l’impression de lire un article du mainstream qu’Olivier aurait torpillé.
    Ils sont déjà si nombreux,
    Pierre SVP restez du coté de la Vérité !
    Cordialement

  2. Christian
    Christian says:

    Les données de la FED sur l’état réel des Etas Unis valent tout les discours…
    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/09/18/letat-reel-des-usa-en-1-seule-image/

    80 % de la population des Etats-Unis est pauvre ou en passe de le devenir (source: Countercurrentnews.com)
    20.000 entreprises américaines en rapport avec le gaz de schiste risquent la faillite (Source: RTL), faits confirmés dernièrement de la plus belle manière (source: insolentiae)
    La dette du pays est de 60 000 milliards de dollars (la France 2 000 milliards à peine) (source: Business bourse)
    La valeur du dollar s’est effondrée et il ne vaut plus grand chose (source: Research.stlouisfed.org)
    La vélocité de cette monnaie est en chute libre. Comprenez par-là que de plus en plus de pays abandonnent cette monnaie pour faire des affaires au niveau international (source: Seekingalpha.com), d’ailleurs, la Chine a récemment laissé tomber le dollar pour ses transactions quant au pétrole (source: insolentiae)
    72 % des travailleurs américains gagnent moins de 5000 $ par an, soit moins de 416$ par mois (soit 373 euros) (source: Richesinresources.com)
    Depuis l’an 2000, l’inflation a dépassé les 50% (source: Tradingeconomics.com)

    En 2014, 46 millions d’américains bénéficiaient de bons d’alimentation (source: Statisticbrain.com)
    93,77 millions d’américains sont en dehors de la population active (source: Businessbourse.com)
    Une des dernières armes de menace de masse des américains restait le réseau SWIFT, plus pour longtemps, les chinois viennent de lancer une alternative (source: Sputniknews.com)
    Les stocks d’or de la Comex sont au plus bas, ce qui est très mauvais signe… (source: Goldbroker.fr)
    Les pays n’ont plus confiance et récupèrent leur or stocké aux États-Unis (source: Sputniknews.com)
    Les États-Unis ont été en guerre 222 des 239 années de leur existence (source: Reseauinternational.net), et ils s’apprêtent à recommencer avec un troisième conflit mondial, car si un tel conflit éclatait, ils n’auraient plus à payer leurs dettes. D’ailleurs, cela parle de confisquer de nouveau l’or des américains, exactement comme en 1933 juste avant la seconde guerre mondiale (source: 24hgold.com).

  3. Paul
    Paul says:

    Au hasard de mes pérégrinations nocturnes, je suis tombé sur une émission nommée «Le Club de l’économie»: un Historien-pseudo-économiste nous expliquait que «les États-Unis sont en période de plein emploi avec des salaires qui augmentent» (sans doute plus de serveuses et de barmen…), et donc que la «FED va remonter ses taux», et que si elle ne l’a pas fait jusqu’à présent c’était à cause de la «récente dévaluation du yuan» (lol !)…

    Pas un mot sur les 45 millions et quelques de personnes aux food-stamps, pas un mot sur la planche à billets et l’énorme problème de solvabilité (le PIB se fait avec de la dette), pas un mot sur l’arnaque du gaz de schiste miracle, et évidemment pas un mot sur les conséquences désastreuses qu’ont déjà eues les remontées précédentes des taux (subprimes) ni sur celles qu’elles auraient ajd (baisse de valeur des actifs des banques, fin de la drogue gratuite pour tous)…

    Bref, j’ai bien rigolé… Du niveau de M. Touati qui en 2011 nous promettait le CAC 40 à 5000 points, ou de M. Lenget qui nous a dit croix de bois croix de fer, que la FED ne faisait pas de QE… Alors est-ce que ses types sont idiots, ou est-ce qu’ils mentent délibérément ? Car finalement, la seule différence entre ledit «complotisme» et les autres théories, c’est l’intention… Je pose la question mais au fond de moi, je connais déjà la réponse…

    A bon entendeur, bien cordialement et longue vie aux Éconoclastes ! Vous êtes parmi les réinformateurs.

  4. Etrading
    Etrading says:

    Bonjour,
    C’est bien d’expliquer le Pourquoi du Comment… après coup.
    Ma seule vraie question est: Avez-vous « tradé »l’annonce du FOMC ?

    Etrading

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *