,

Fin d’un mois record pour le CAC40

« Hallucinant » pourrait être un des mots les plus enclins à décrire la hausse de l’indice français ce mois-ci. Le CAC40 s’apprête à signer sa meilleure performance mensuelle depuis le point bas des marchés en 2009, non pas que les opérateurs furent particulièrement positifs pour se ruer sur les actions mais le soutien des banques centrales a une nouvelle fois suffit à empêcher la baisse. Et qui dit baisse contrée par une banque centrale, dit envolée des prix dans la foulée, les marchés étant devenus de plus en plus binaires et volatils, répondant à la moindre annonce avec excès.

Une donnée acquise, la volatilité

Mario Draghi l’avait constaté au premier semestre, la volatilité plus que la baisse ou la hausse des actifs est une donnée qui fait de nouveau partie des marchés. On l’a constaté sur le Bund en avril, sur le CAC40 en août, sur l’euro ces dernières séances. En effet, les mouvements de fond sont de plus en plus engendrés sporadiquement par les discours des banques centrales, les ajustements de cours se font donc à la hâte, avec des forts pics de volatilité.

Des banques centrales surprenantes

Ce qu’on pourra retenir des dernières mises à jour des politiques monétaires c’est le ton surprenant que ces dernières ont adopté contre toutes attentes.

La FED, dont on attendait qu’elle botte en touche, a réitéré sa volonté d’aller au bout de sa logique exprimée par Janet Yellen en début d’année au sujet d’une hausse de taux, quoi qu’en disent les chiffres économiques.

La BCE, dont le consensus attendait qu’elle reporte à décembre une quelconque mise à jour, a pris de cours les opérateurs. Mario Draghi a ainsi sorti une panoplie de roquettes de bazooka dont une prolongation du QE en temps, une augmentation des montants ou encore une baisse des taux ce qu’aucun économiste n’avait anticipé.

Enfin, ce matin, la banque du Japon n’a pas augmenté son QE alors que plus de 50% des économistes interrogés par Bloomberg attendaient une augmentation du programme…

CAC40 : l’indice français devrait vraisemblablement terminer la semaine là où il l’a commencé, à l’intérieur du range 4850-4950. Statistiquement, après une telle performance, les indices ont tendance à consolider leur hausse en fin de période, ce que fait ce dernier aujourd’hui. En cas de cassure des 4850, un gap pourrait être refermé à 4800, ce qui rendrait potentiellement plus « solide » la tendance haussière actuellement en place.

 

CAC40_2

Par Nicolas Chéron, Stratégiste pour CMC Markets

1 réponse
  1. Etrading
    Etrading says:

    Bonjour à tous,
    à vrai dire, je suis même surpris que les bourses ne soient pas plus hautes…
    Les USA ont déjà injecté USA USD 3 500 milliards et d’ici Septembre 2016, la BCE aura injecté EUR 1 200 milliards. Je ne parle des Chinois et autres…

    Ne pensez-vous pas que ces sommes peuvent, en cas de coups dures, supporter les cours…

    Bonne journée

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *