,

Quel bonheur ! On s’autorise à penser que les taux vont monter en décembre !

Enfin !!! Enfin, je ne sais comment cacher ma joie ! Depuis le temps que l’on attend, il semblerait que cette fois, tout est réuni pour nous donner ENFIN ce que l’on attend, ce que l’on mérite et ce que l’on désirait plus que tout depuis des mois : UNE HAUSSE DES TAUX…

Faisons une pause quelques secondes dans cette euphorie totale dans laquelle nous baignons depuis une douzaine d’heures, histoire de sortir 10 secondes de cet état de béatitude parfait dans lequel nous sommes depuis que la FED n’a rien dit, mais à clairement positionné ses pions pour une hausse des taux en décembre, tout est dans le « body language ».

Donc faisons une pause.

Je l’ai assez dit et répété dans cette chronique ; c’est tout bonnement hallucinant de voir comment le marché des actions est heureux d’apprendre que les taux vont monter. Même si le premier truc que l’on vous apprend à la bourse, c’est que quand les taux montent, ce n’est pas bon pour les actions. Non, mais en fait, depuis que les banques centrales ont pris le pouvoir, on sait que quand les taux montent ça veut dire que l’économie va trooooooop bien et que c’est troooooop cool parce que la croissance elle est partout et que tout va bien.

Et à la fin, quand l’économie va trop bien, les marchés montent, les actions montent et Apple vaudra bientôt un milliard de market cap et puis c’est tout.

Vous l’aurez donc compris, LA nouvelle de la journée d’hier, la seule et l’unique qui valait la peine de se lever hier matin, c’est le communiqué de presse de la FED après leurs deux jours de meeting.

Voici ce qu’ils ont dit :

– l’économie est en train de se développer à un rythme « modéré »
– la consommation et les dépenses d’investissements augmentent avec un « solide » taux de croissance
– le ralentissement du marché du travail est moins fort qu’au début de l’année et même si en pédalant moins fort, tu avances moins vite, tu avances quand même

Et surtout, surtout, mais alors surtout ; ils ont retiré la phrase à propos « du fait qu’ils sont concernés par les problèmes économiques globaux » – ce qui ne veut pas dire que dorénavant tout va bien partout dans le monde, mais l’investisseur n’aime pas quand on lui montre les choses qui ne vont pas, il préfère nettement quand on lui dit que tout va bien, même s’il sait que ce n’est pas forcément vrai, c’est quand même les USA qui ont inventé le monde imaginaire de Mickey et ses amis.

Ca, c’était pour le communiqué de presse sur ce qui s’est passé avant. Ensuite, pour rajouter une couche au bonheur qui nous étouffait, la FED a également ajouté les éléments qu’elle aimerait voir «s’améliorer » pour monter les taux « à son prochain meeting ». Ces requêtes incluent un meilleur marché de l’emploi et des preuves comme quoi l’inflation est en hausse – mais pour être franc, le marché s’est totalement moqué de ces deux « requêtes », les seules choses qu’il a entendu c’est : « pour agir lors de notre prochain meeting ».

À partir de là c’était amphétamines pour tout le monde et distribution de produits euphorisants à gogo jusqu’à la fin de la séance.

Bref, le S&P est au plus haut depuis juillet et les gens sont TROP CONTENTS parce que les taux, ben ils vont monter et ça veut dire que tout va bien !!! On peut raisonnablement espérer que les acheteurs ont acheté parce que l’économie va bien, mais vu qu’ils ont, en général, une vision à trois jours, je suppose qu’il y a du aussi avoir un poil de short covering.

L’Europe a également terminé en hausse. Pas à cause de la FED, parce que la FED c’était APRÈS la clôture de l’Europe, mais on pense sincèrement que les marchés européens montaient parce que la Suède a annoncé l’augmentation de son programme de rachat obligataire – en gros l’augmentation de son QE perso – après être passé en taux négatifs il y a quelques jours, la Suède se montre désespérée pour relancer son économie. Il faut dire que la plus grosse crainte serait de voir Ikea mettre sur le marché son nouveau produit « Koffrprolls » qui est un coffre-fort en bois lesté avec des billes de plombs afin de permettre aux Suédois de stocker leur argent à la maison puisque les banques ne paient plus.

Ce genre de nouvelle nous soudainement rappelé que Draghi avait dit qu’il allait aussi faire quelque chose bientôt et le stimulus éventuel de la semaine passée et revenu sur la table en modèle réchauffé et le marché est monté. C’est assez simple la finance, il suffit de faire des associations d’idées.

LE chiffre de la journée sera le GDP américain. Tout le monde va le décortiquer pour voir si, par hasard, il « match » les conditions de la FED pour monter les taux en décembre. On sait que les chiffres du GDP sont à peu près aussi fiables que le volume des importations de cocaïne aux USA, mais on peut rêver et faire comme si c’était une donnée qui nous permettait d’interpréter l’avenir. C’est important de laisser croire aux économistes qu’ils travaillent sur des chiffres fiables.

Quoi qu’il en soit, ça sera le point d’orgue du jour, cette après-midi, à 13h30 – heure d’hiver oblige.

Autrement, il y aura aussi le CPI en Espagne, l’emploi et le CPI en Allemagne, le consumer credit et le money supply en Angleterre, puis le Business Climate et le Consumer Confidence en Europe. Aux USA, il y aura aussi les Jobless Claims et les pending home sales.

Thomas Veillet
Article complet sur Investir.ch

“To be yourself in a world that is constantly trying to make you something else is the greatest accomplishment.”― Ralph Waldo Emerson

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *