BFM du 11 novembre 2015 – BCE, Allemagne et inflation

Philippe_bechade

« Pourquoi, si l’on prétend que le QE de la BCE a déjà produit des effets merveilleux depuis février dernier, faudrait-il l’amplifier ? Et pourquoi faudrait-il encore aller plus loin ? »

« Je pense que l’Allemagne a eu une vision totalement égoïste de l’euro tant que ça fonctionnait bien pour elle. Parce que l’euro, c’est un euro-mark taillé pour elle dès l’origine. Et maintenant que ça a l’air de coincer un peu, [elle laisse faire la BCE]. […] Tant que la politique de la BCE sert ses intérêts, elle ne dit plus rien. »

« Si l’énergie, si le pétrole, si les matières premières se mettaient à remonter, on aurait peut-être un peu d’inflation. Inflation totalement indépendante des Quantitative Easing. Donc prétendre que l’on va en faire plus, que l’on va encore baisser les taux début décembre […] est complètement absurde. »

2 réponses
  1. Galien
    Galien says:

    Petite question à M. Béchade ou Delamarche:

    Si l’inflation est égale à 1% et l’augmentation du PIB à 1% aussi, l’augmentation de l’activité économique ne serait-elle pas à 0% ?

  2. Les Econoclastes
    Les Econoclastes says:

    Pas aussi simplement mécaniste que cela: imaginons que ce 1% de PIB soit lié aux réparations causées par un cyclone (je prend l’exemple le plus caricatural mais l’idée de base y est).
    Même s’il y a comptablement une hausse de PIB, il y en fait destruction de valeur nette (les assureurs vont augmenter leur prime, les victimes perdent souvent des objets irremplaçables, le gouvernement s’endette pour financer des réparations et creuse les déficits), rajoutez-y alors l’inflation et vous avez appauvri le pays, ce qui plombera la croissance future.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *