,

Business as usual

Après un week-end difficile, les marchés financiers de la planète entière se sont demandés pendant un bref instant si les événements horribles de vendredi soir allaient changer quelque chose à la destinée des indices boursiers.

Clairement, la réponse est : NON

Lundi matin, pendant un court instant les marchés sont passés dans le rouge et puis ils sont repartis à la hausse. Il faut dire que la semaine passée avait été placée sous le signe des « prises de profits » et que les indices avaient déjà « largement assez corrigé ». Aux USA, nous avons même trouvé un statisticien qui nous a annoncé que la semaine passée – qui a tout de même vu le S&P500 perdre plus de 3% – était « seulement » la septième semaine depuis 2012 durant laquelle l’indice américain avait perdu plus de 3%.

jokeOui, je sais, ça vous fait une belle jambe, mais c’est pour dire que « 3% de baisse sur une semaine, c’est quand même pas monnaie courante ».

Autrement, il faut dire que le sujet de la journée était clairement les attaques de Paris et, comme le naturel revient au galop, une fois que le marché eut décidé que l’impact serait modéré, il a commencé immédiatement à chercher à voir ce qu’il pourrait bien faire de cette situation.

Nous pourrons donc retenir les deux points suivants :

1) Étant donné ce qui vient de se passer, Draghi n’a plus d’autre choix que de remettre une couche de QE pour relancer, non seulement l’économie, mais en plus pour soutenir le moral « des troupes ».
2) Les titres qui sont liés aux voyages étaient en première ligne sur la liste des vendeurs hier. Puisque même si tout le monde pense que l’impact sera de très courte durée, c’était là qu’il y avait quelque chose à faire. Accor, Air France KLM, Aéroport de Paris, Eurotunnel et Thomas Cook étaient tous foncièrement dans le rouge. Et puis aux USA, c’était Priceline, Expedia et Delta qui menaient la charge baissière.

Le marché mettait donc sa logique de rentabilité en première ligne et se comportait comme en 2001, quand au moment de l’effondrement des tours jumelles, des borkers nous appelaient pour recommander de « shorter les assurances ». Un grand classique de l’humanité boursière. Mais en même temps, c’est le triste jeu des marchés et c’est pour ça qu’on les a inventé.

Aux USA, les voyagistes étaient également dans la ligne de mire, mais on se rattrapait également sur les titres liés à la défense. Évidemment, avec l’Occident qui se prépare à avoir la peau de la vermine, on peut supposer que les entreprises actives dans l’armement en tout genre vont bénéficier de la suite des événements.

Il faut dire qu’aux USA, une fois que nous eûmes compris que l’impact de vendredi ne serait que minoritaire, on s’est reconcentré sur le fait que la semaine passée avait été mauvaise et qu’il y aurait du coup des opportunités à ne pas manquer. Les indices boursiers nous ont donc fait une journée qui commence dans la dépression et qui se termine limite dans l’euphorie.

On notera également qu’il y a eu un merger dans le secteur des hôtels, puisque Marriott a annoncé son intention de racheter Starwood Hôtels pour la modique somme de 12.2 milliards de dollars. Et puis, comme le cash est encore bon marché jusqu’u 15 décembre, date de la hausse des taux annoncée par le messager boiteux, Urban Outfitters, le magasin de vêtements, se lance dans la restauration et rachète la chaîne de restaurant Vetri Family. Les intervenants ont moyennement apprécié la diversification, le titre d’Urban Outfitters se prenait 7.5% dans les dents.

isisDu côté des chiffres économiques, le New York Empire State Manufacturing Index était encore une fois pas terrible, mais la bonne nouvelle, c’est qu’ils ont annoncé qu’il y avait des « signes d’amélioration » – on ne va pas trop poser de questions, puisque de toutes façons on aura oublié le sujet dans 45 minutes, mais il suffit de retenir que « ça va mieux ».
Dans les petites histoires qui font plaisir, on retiendra que la société Clovis Oncology se lance dans le base-jump.

En effet, la société de Biotechnologie a annoncé que la FDA (Food & Drugs Administration) leur avait demandé « plus d’informations, plus de données sur les données cliniques de leur médicament contre cancer du poumon, le Rociletinib ». Il semblerait que le nombre de patients qui répondaient positivement au traitement serait inférieur aux données envoyées à la FDA auparavant.

L’ensemble de l’histoire est à prendre au conditionnel, car la FDA n’a pas annoncé son intention de ne PAS APPROUVER le médicament, mais seulement d’avoir plus d’infos. Cependant, dans ce marché psychologiquement instable, ce genre de nouvelle est à peu près aussi agréable que de se taper très fort sur les doigts avec un marteau très lourd. Sans compter que la FDA vient juste d’approuver le médicament concurrent, le Tagrisso d’Astra Zeneca.

Bref, le titre a perdu 72% hier après-midi. Effaçant du même coup 3 milliards de capitalisation boursière. Le titre termine la séance à 27.59$, alors qu’au début du mois, l’analyste de chez Stifel avait recommandé d’acheter le titre à 99$ pour un objectif à 140$. Soudainement le potentiel de hausse devient ÉNORME. Ou pas.

Pour la petite histoire, on notera encore que lors de 12 derniers mois, le volume de trading sur Clovis Oncology était de 1.5 million de titres par jour – en moyenne – hier il s’est échangé près de 30 millions d’actions, soit 80% de totalité des actions en circulation.

L’or qui était soudainement devenu une « valeur refuge » depuis vendredi soir – en prenant 10$ – est déjà de retour à la case départ. Ce matin le métal jaune se traite à 1081$. Le pétrole s’est fait peur en frôlant les 40$, mais pour l’instant le barrage résiste et le baril remonte un peu, nous sommes 41.71$, mais on peut raisonnablement se demander combien de temps ça va encore tenir.

Ce matin, après que le Japon eût digéré la nouvelle de la récession, l’ensemble des marchés asiatiques sont en pleine euphorie. Le Nikkei avance de 1.6%, le Hang Seng progresse de 2.09% et la Chine suit le mouvement avec 1.42% de hausse à 6 heures du matin.

Dans les nouvelles du jour, on apprend que Warren Buffet ne réduira pas ses positions en actions après les actes terroristes de vendredi soir. D’ailleurs, rien que l’idée que l’on ait pu lui poser la question à ce sujet semble irréelle, tellement ce n’est pas le genre de Buffet de réagir à ce genre de nouvelles – au passage, on notera que Berkshire Hathaway a réduit ses positions en Wal-Mart et en Goldman Sachs. Dans la foulée Icahn a switché sa position en eBay contre des actions PayPal. Ackman tente de se refaire en achetant une grosse participation en Mondelez. David Einhorn augmente son exposition en Apple et réduit SunEdison et Soros achète Amazon et Netflix.

north dakotaEt puis Pandora va lancer un service de musique on-line pour concurrence Spotify et Harvard a été évacué pour une alerte à la bombe. On parle aussi de la catastrophe économique du Dakota du Nord qui est en train de se faire décimer suite à l’effondrement des cours du pétrole. Tout le monde met les voiles et 100’000 jobs ont été supprimés depuis la baisse du pétrole. 100’000 jobs, c’est justement la surprise à la hausse d’il y a 10 jours…

Le Barron’s nous explique pourquoi, avec de l’entraînement, les marchés se fichent totalement des attaques terroristes. Autrement, ils aiment bien Eli-Lilly pour les 12 mois à venir et ils présentent les 7 actions qui ont présenté le « meilleur trimestre » selon eux :

earnigs

Source : Barron’s 

Côté chiffres économiques, aujourd’hui nous aurons le Trade Balance en Italie, le CPI et le PPI en Angleterre, le ZEW en Allemagne et en Europe. Et puis, grosse journée aux USA, puisque c’est le jour du CPI, mais aussi du Redbook, des Capacity of Utilization, ainsi que de la production manufacturière et industrielle. Ce soir, nous devrions y voir plus clair en termes d’inflation. Histoire de savoir si une des conditions de la FED pour monter les taux correspond bien…

Pour le moment, avec l’Asie qui explose, les futures sont indiqués en hausse de 0.15%. L’Euro/$ est sous les 1.07 et se dirige dangereusement vers les 1.05 – dernier rempart avant la voie royale pour la parité. Le Yen vaut 123.40 et sur la route des 125. Le Bitcoin vaut 329$, le rendement du 10 ans est de 2.28%.

En ce qui concerne le franc suisse, il vaut 1.0776 et devrait logiquement remonter vers les 1.0850, à moins que la BNS soit partie en vacances cette semaine et le $/Suisse est à 1.0110 et continue de monter.

Voilà, je crois que c’est tout ce qu’il y avait à dire ce matin. Il me reste à vous souhaiter une excellente journée, profitez des derniers jours de l’été indien, apparemment, ce week-end c’est l’Apocalypse météorologique qui nous attend.

À demain, si vous le voulez bien.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *