Géopolitique, Russie, Terrorisme, Finance

Interview de Charles Gave (Economiste, entrepreneur français), Artem Studennikov (Ministre Conseiller de l’Ambassade de Russie), Hervé de Carmoy (Ancien vice président de la commission Trilatéral Europe) et Olivier Berruyer (Actuaire / Les-crises.fr), réalisée par ThinkerView le 6 novembre 2015.

Les sujets abordés sont nombreux et touchent à la géopolitique, la Russie, le terrorisme et la finance.

2 réponses
  1. Bouddha Vert
    Bouddha Vert says:

    Merci beaucoup pour ce panorama de pensées,

    Lors de la conversation à propos du Moyen Orient, le journaliste a cherché des liens avec les évènements ayant lieu au Maghreb et la bande du Sahel:
    il y a eut une remarque à propos du baril à 140 dollars, un lien avec le « Printemps Arabe », et puis pas de développement…
    Quel dommage!
    Car, outre la cherté du pétrole, beaucoup regardent la sécheresse de l’été 2010 comme la cause d’une envolée des prix du blé, des céréales, de la nourriture en général, le tout avec avec un peu de spéculation, ce qui a provoqué des émeutes de la faim en Tunisie, en Egypte, en Syrie… dès la fin 2010.
    L’incurie des régimes, des états à prévenir du changement climatique et de la double contrainte des déplétions généralisées ne devrait pas être de nouveau commise par ceux là même qui nous dessillent les yeux!

    Ce n’est pas une question de génération, nous sommes dans les premiers signes d’aggravation des biotopes, en 2010, 1,5 millions de personnes migrent du nord-est de la Syrie vers les villes parce que leur terres sont désertifiées, les nappes phréatiques à plat et il ne pleut plus!
    PACA remonte à Lyon et y a pas de problème?
    Il faut désormais intégrer cette dynamique du changement de climat planétaire dans les analyses, idem pour les stocks renouvelables et non renouvelables (une tâche immense!), sans quoi c’est pas avec UN outil comme le PIB que l’on verra arriver quoi que ce soit!
    Le XXème siècle et les « 30 glorieuses » pensaient « Quand on veut, on peut! », on imagine facilement que le dicton du XXIème ne sera pas le même parce que « On fait avec ce qu’on a ! ».

  2. jean
    jean says:

    Oui, c’est l’envolée du prix des denrées alimentaires qui est à l’origine du printemps arabe. Par la sécheresse subit par l’Ukraine l’année précédente, la quantité disponible de blé ne pouvait pas assuré l’alimentation de tous les peuples.
    D’après Claude Bourguignon, l’agriculture intensive plafonne , elle n’arrive pas à dépasser la production de 1984.

    Alors serait-on face au fameux théorème mathématique qui dit que dans un milieu fermé la production commence à 0 passe par un maximum et termine à 0 ? S’applique t-il également à la population terrestre ?

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *