,

Naufrage

La coque est pourvue de seize compartiments étanches servant à protéger le navire en cas de voies d’eau ou d’avaries importantes, ce qui lui donna la réputation de paquebot « insubmersible » et conduit, encore aujourd’hui, les médias contemporains à le présenter comme un navire des plus sûrs.

Il heurte un iceberg sur tribord avant, le 14 avril 1912 à 23 h 40. Il coule le 15 avril 1912 à 2 h 20 au large de Terre Neuve. Entre 1490 et 1520 personnes disparaissent, ce qui fait de cet événement l’une des plus grandes catastrophes maritimes survenues en temps de paix et la plus grande pour l’époque.

Avez-vous deviné de quoi je parle ?

Voyez-vous où je veux en venir ?

Aujourd’hui nous sommes quelques-uns à tirer les sonnettes d’alarmes, à expliquer que les conséquences des actes de nos gouvernants, économiques et politiques, vont être cataclysmiques. Or face à nous, face à nos arguments irréfutables, nos opposants affichent des sourires ironiques, nous traitent de pessimistes et sans arguments factuels nous jettent des, je crois, des, tout le monde sait, des, prévisions d’organismes tous plus inutiles pour ne pas dire plus nocifs les uns que les autres, qui sont sensés justifier non seulement leur absence de cerveau et de sens critique et la poursuite de leur posture stupide.

Pourquoi ce parallèle avec le Titanic ?

Revenons le 14 avril 1912, il est 23 h 45, vous êtes confortablement installé à la table de casino du paquebot, une pile de jetons devant vous, c’est alors que mon ancêtre vous avertit que le navire coule

  • Vous écoutez ses arguments, laissez vos jetons sur la table, prenez votre famille, puis vous foncez dans un canot de sauvetage. Vous faites dès lors partis des rares survivants.
  • Vous Riez1, ne connaissant rien à rien, ni en construction de navire, ni en navigation, ni en sauvetage en mer, vous dites aux personnes qui vous accompagne qu’ils ne risquent rien, que vous êtes en veine en ce moment, preuve en est la pile de jetons que vous avez devant vous. Vous coulez quelques minutes plus tard, vous, ceux qui vous ont fait confiance et vos jetons.

N’oublions pas les autres protagonistes de cette histoire :

  • le responsable de la communication sur le navire – grand père de la plupart des journalistes d’aujourd’hui – qui au lieu d’aller voir ce qui se passe dans les parties basse du navire, contacte la compagnie pour savoir ce qu’il faut dire aux passagers, pour que ceux-ci continuent de jouer à la roulette. Lui aussi coulera avec les autres.
  • le dirigeant de la compagnie qui, dans son bureau à terre, plans du navire à la main, continue de clamer que le navire est insubmersible et, alors qu’il repose par 3600 mètres de fond, a convié tout le monde à l’attendre sur le quai avec fanfare et cotillons.

Lui ne coulera pas et ne sera pas sanctionné, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous sommes aujourd’hui obligés de supporter toute sa descendance, dirigeants de banques ou politiciens incapables1.

Illustration cette semaine en France, avec l’annonce du chiffre des demandeurs d’emplois, catégorie A en forte hausse à + 42000 (+ 3,7 % sur un an), ce qui est un naufrage. Réaction du Ministre, la reprise de l’activité économique est là, nous avons des prévisions de croissance qui sont au moins de 1,1% sur 2015 !!

Ces chiffres sont bien évidemment à mettre en perspective, et pour cela, vous pouvez vous référer à l’article de Jacques Sapir « Le mensonge, le parjure et la statistique2 »

Alors tout va bien !!

Vendredi, nous avons eu les chiffres de la consommation attendus à – 0,1 % au mois d’octobre (avant attentats) tombés à – 0,7 %. Je rappelle que la consommation représente les 2/3 du PIB. Là aussi, le bateau coule mais ne vous inquiétez pas le commandant tient la barre, à distance raisonnable bien évidemment (il n’a tout de même pas l’intention de couler avec tous les « sans dents » qui l’ont élu), et nous voguons fièrement vers les 1,1 %.

La France est insubmersible.

Vive son commandant en chef et tous ses sous chefs !

Vive la France !

 

(1)Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait purement fortuite.

(2)http://leseconoclastes.fr/2015/10/le-mensonge-le-parjure-et-la-statistique/

6 réponses
  1. Sapin
    Sapin says:

    Bien que n’ayant aucune formation en économie (je suis ingénieur), c’est un sujet qui me passionne. Après quelques années de lecture, j’en arrive à me ranger de votre côté. J’adore partager mes points de vue mais malheureusement peu de gens sont ouverts à entendre de telles idées … Seules les âmes « pures » et non corrompues par notre système se permettent de prendre un peu de recul par rapport à notre situation.

  2. Zylo
    Zylo says:

    Bonjour,
    Le gros problème est la temporalité du naufrage.
    Il n’est pas inenvisageable qu’on assiste à une agonie à la japonaise, qui dure des décennies.
    Dans ce contexte, le plus rationnel resterait presque d’être sur les marchés actions, car les banques centrales ont montré qu’elles feraient « ce qui est nécessaire » pour que la valorisation des marchés monte indéfiniment et arbitrairement… ce qui contrebalancerait les risques de presque tous les scénarios, de la déflation à l’hyper inflation.
    Le rieur peut continuer de jouer au casino, il ne saurait pas dire pourquoi il gagne mais comme on ne le lui demande pas….
    Je ne suis pas expert des taux négatifs, mais comme les taux 0 ont déjà jeté des masses d’argent sur les actions, il est possible que des taux négatifs jettent l’épargne individuelle sur le marché action, continuant d’alimenter cette hausse sans fin (?)

  3. Baya
    Baya says:

    Merci pour cet article, encore une fois plein d’intelligence, mais surtout d’un courage qu’on peut qualifier d’heroique dans le climat actuel.

    Et pour finir, la France n’etant pas le Japon excentre, mais au contraire un pays central au coeur de l’Eurasie, nous savons tous deja comment se terminera le naufrage. Il n’y a pas d’ocean assez grand pour faire disparaitre les victimes economiques. Il faudra donc recourir a un autre moyen de destruction, un grand brasier international, pour bruler les cadavres et avoir l’excuse de recommencer a zero.

    En plus de la destruction des societes, la rapacite est la cause premiere et fondamentale des guerres; elle se cache toujours savamment derriere des pretextes nationaux, religieux ou moraux.

  4. Charlie BECKMAN
    Charlie BECKMAN says:

    Bonjour,

    C’est une pertinente métaphore qui explique pourquoi on n’entend jamais ces arguments au journal du 20h.
    Mr Delamarche que faut-il faire pour virer, si ce n’est pas trop tard, ces incompétents et\ou corrompus qui semblent décidé à nous mener au naufrage ?

  5. Cap'tain Iglo
    Cap'tain Iglo says:

    Bonjour,
    Bien trouvé.
    Et vous, vous vous situez où dans cette histoire ?
    Bonne fin d’année, enfin faut espérer.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *