Vers la suppression des petits partis politiques en France ?

Les petits partis politiques et les candidats indépendants vont-ils bientôt disparaître du paysage politique français ? Cette question, cette inquiétude, s’avère entièrement justifiée. Repris par la chaîne LCP, cette information de taille est pourtant passée inaperçue dans nos grands quotidiens nationaux.

En effet, ce jeudi 24 mars à la veille du weekend de Pâques, l’Assemblée Nationale a adopté un texte de loi particulièrement dérangeant visant à modifier certains articles régissant l’élection présidentielle.

Lorsqu’on lit la description de ce texte sur le site du Sénat cela fait ‘légèrement’ froid dans le dos. Et pour cause, en plus de passer en procédure accélérée par le Gouvernement (si c’est si urgent, pourquoi n’en entendons-nous pas parler ?), nous pouvons lire dans ce texte de sept chapitres les passages suivants (je vous invite à tout lire, ce n’est pas long) :

« À plus de dix-huit mois de la prochaine échéance présidentielle, les auteurs de ce texte souhaitent moderniser les règles applicables à l’élection présidentielle afin de couper court à toutes les contestations qui alimentent des polémiques récurrentes. Ils souhaitent ainsi rénover le système des « parrainages », alléger les contraintes imposées aux médias audiovisuels, et modifier les règles sur les sondages et sur la divulgation des résultats. […]

Le chapitre II (article 4) porte sur l’accès aux médias audiovisuels des candidats : il substitue un principe d’équité à l’actuelle règle d’égalité des temps de parole des candidats pendant la période dite « intermédiaire » qui précède l’élection présidentielle. […]

Le chapitre IV (article 6) réduit de un an à six mois la période durant laquelle sont comptabilisées les recettes et les dépenses électorales ayant vocation à figurer dans les comptes de campagne des candidats. »

Si on regarde l’article 4 avec plus de précision voilà ce qui est dit pour la période intermédiaire :

« I bis. – À compter de la publication de la liste des candidats et jusqu’à la veille du début de la campagne, les éditeurs de services de communication audiovisuelle respectent, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel, le principe d’équité en ce qui concerne la reproduction et les commentaires des déclarations et écrits des candidats et la présentation de leur personne.

« Dans l’exercice de cette mission de contrôle, le Conseil supérieur de l’audiovisuel tient compte :

« 1° De la représentativité des candidats, appréciée, en particulier, en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections par les candidats ou par les partis et groupements politiques qui les soutiennent et en fonction des indications de sondages d’opinion ;

« 2° De la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral.

« À compter du début de la campagne et jusqu’au tour de scrutin où l’élection est acquise, les éditeurs de services de communication audiovisuelle respectent, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel, le principe d’égalité en ce qui concerne la reproduction et les commentaires des déclarations et écrits des candidats et la présentation de leur personne. […] »

Si on résume donc, cela donne : les petits partis politiques (nouveaux et anciens) et candidats indépendants pour les élections présidentielles n’ayant eu quasiment pas de voix aux précédentes élections pourront, pendant la période « intermédiaire », être zappés par les médias avec plus d’aisance, pendant que les gros partis pourront avoir toute l’image. Qu’importe le débat entre candidats et les idées des programmes quand, après tout, on peut juste vendre de l’information sur les grosses chaînes ? Je noterai, qui plus est, que ce texte est inspiré par les recommandations émises entre autre par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la Commission des sondages. Je le note juste comme ça, n’y voyez aucun lien et aucun rapport.

Et enfin, le maquillage des comptes de campagne n’aura plus qu’à être réalisé sur une période de 6 mois, car on l’a réduite pour vous. Donc vous pourrez asperger pendant 6 mois de billets tous ceux que vous voudrez.

Alors, heureux ?

 

Par Raphaël Becanne

9 réponses
  1. Bouddha Vert
    Bouddha Vert says:

    Bon ben c’est clair, il va falloir une agence de presse indépendante alimentée par la population, un Wikipedia du quotidien du biotope terrestre.
    Je suis optimiste quant à la réaction du WEB si l’information devient virale.

    Comme ça, dans la bataille qui oppose ceux qui s’abandonnent à la servitude et les autres, les outils seront plus équilibrés.
    Vive d’autres envies!

  2. septic
    septic says:

    Bonjour,

    je ne vois pas trop ou est la surprise.

    Certains politiques de haut rang notamment au niveau européen ont déjà exprimés leur mépris du peuple.

    « Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités (…) Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

    « Bien entendu, il y aura des transferts de souveraineté. Mais serais-je intelligent d’attirer l’attention du public sur ce fait ? »

    Donc la démocratie ils sont pour mais seulement quand c’est pour choisir entre des partis qui leur conviennent, c’est à dire parmi leur propre rang.

    Le système est pourri et il pourri de plus en plus d’année en année.

    La seule solution pacifique est de ne plus voter du tout pour montrer qu’il n’est plus possible de participer à ce cirque.

    Ils auront donc des sondages qui disent que les français sont passionnés par la politique mais ne veulent voter pour aucun parti.

    Personnellement, je doute même qu’il y ait des élections en 2017, un petit état d’urgence de derrière les fagots …

    Cdlt.

  3. fleurda
    fleurda says:

    Des partis en forte croissance et qui dérangent comme l’UPR peuvent en effet se sentir visés!

  4. Gérard GAMBARO
    Gérard GAMBARO says:

    Une autre solution que l’abstention : voter pour l’UPR qui est le seul à propos la sortie de l’UE de l’Euro et de l’OTAN par l’Art. 50…..

  5. Jeanne de Toulouse
    Jeanne de Toulouse says:

    Tout indique que de plus en plus de français ne veulent plus des partis qu’on leur présente. L’UMPSFN truste déjà 90% des médias et ils trouvent rien de mieux que de nous pondre cette loi scélérate. Ce gouvernement « socialiste » sont en vrai des fascistes. Je me réjouissais que l’UPR participe à ses 1ère présidentielles, après 9 ans de censure des médias mainstream. Avec cette loi, c’est remis en question et si elle y arrive quand même ça sera pour avoir moins de temps de parole ! Mais là c’est la goutte d’eau de trop ! Ils croient me décourager ? Ils ne font que renforcer ma détermination en faisant ça.
    Jeanne très en colère

  6. nicol
    nicol says:

    Que chacun et chacune d’entre nous alerte son député, son sénateur par mail ou à leur permanence pour bien leur faire comprendre que trop c’est trop…ils veulent se retrouver à deux voire 3 partis comme aux usa…seulement voilà la France n’est pas l’amérique…Une loi en effet pour contrecarrer les partis moins médiatisés comme l’UPR (voire pas du tout médiatisés) qui est pourtant en tres forte croissante malgré le blackout médiatique national…

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *