,

Embourbés

Je me rends compte que ça fait un moment que je râle. Je râle tout d’abord parce que je suis genevois et que si je ne râlais pas, j’aurais comme un problème de déséquilibre hormonal, mais en plus ces temps je râle parce qu’il ne se passe rien dans les marchés. Rien de digne d’intérêt en tous les cas. Je dois dire que, par moment, j’en suis à regretter la crise du subprime ou le dégonflement de la bulle internet. À cette époque, au moins y avait des trucs à dire.

Alors des fois, je me dis que j’exagère et qu’en fait il se passe plein de choses intéressantes dans le marché et que c’est juste moi qui regarde les choses du mauvais côté de la lunette. Mais ce matin, je viens de regarder un graphique du S&P500 et vous savez quoi ?

Depuis le 17 mars de cette année, soit près de 30 jours, on est coincé dans un range de 40 points. Autrement dit, l’indice américain ne FOUT STRICTEMENT RIEN et change de direction en moyenne….tous les jours.

Donc oui, je râle. Je râle parce que l’on est passé maître dans l’art de tourner la veste, de changer d’avis et de stratégie ou de stratégie et que chaque jour ce qui nous déplaisait la veille, nous semble soudainement très cool… En fait on n’a aucune idée de quoi demain sera fait – ce qui n’est pas nouveau – mais en plus on est incapable d’avoir une vision un peu plus longue que le prochain levé de soleil.

D’ailleurs, pour illustrer cela, il n’y a qu’à regarder la journée d’hier.

Gros titre de la presse ce matin :

LE DOW JONES A EU SA MEILLEURE CESSION DEPUIS UN MOIS !

Ouais.

Il est monté de 94 points. Ou 0.97%. Vous, je ne sais pas, mais moi j’ai connu des meetings sur les produits structurés, le tout en suisse allemand, qui étaient vachement plus excitants qu’une journée de hausse de 94 points sur le Dow Jones.

Pour faire simple : il ne se passe RIEN.

Ou alors pas grand-chose. Hier on s’est concentré sur les chiffres d’Alcoa qui étaient mauvais et qui n’ont finalement surpris personne. Et puis on s’est excité sur le pétrole, parce que finalement, c’est le seul truc qui nous excite encore, et ceci, même si l’on n’y comprend plus rien depuis longtemps.

Oui, car figurez-vous que si le marché termine sur une excitante hausse de 94 points sur le Dow Jones, c’est surtout parce que le pétrole est passé au-dessus des 42$ et que tout le monde s’emballe parce que l’on s’autorise à penser dans les milieux autorisés qu’un accord secret pourrait être conclu lors de la prochaine réunion de l’OPEP du 17 avril. On pense sérieusement que, cette fois c’est sûr, ils vont se mettre d’accord.

Et c’est globalement pour ça que le marché est monté hier.

Alors puisque le marché est monté de 94 points hier parce que le baril est monté de 5%, je voudrais juste me permettre une petite réflexion personnelle au sujet du baril de pétrole.

On a le temps, puisqu’il n’y a rien d’autre à dire, ni rien d’autre qui fait bouger le marché.

Le pétrole a donc « pris » 5% parce que l’OPEP va, enfin, pourrait – le conditionnel est très important – trouver un accord sur les quotas de production. Traduit en français, ça veut dire qu’ils pourraient se mettre d’accord pour fermer le robinet afin de maintenir le prix plus haut et d’encaisser plus d’argent au passage afin de pouvoir s’acheter des Porsche’s, des Ferrari’s et des Lamborghini’s plaquées or un peu plus souvent.

Maintenant, je vais prendre un peu de recul et regarder ce qui s’est passé sur le baril depuis 4 mois.

Tout d’abord il faut tout de même se souvenir qu’il y a 4 mois de cela, nous avions TOUS une certitude ; le JUSTE prix du pétrole était de 20$. C’était LE COUP SÛR de l’année, il n’y avait qu’à se baisser pour encaisser le pognon et se doucher au champagne dès le lendemain.

À partir de là, en ce temps-là, le baril valait 25$, on a commencé à entendre parler de la théorie des « milieux autorisés » qui pourraient se mettre d’accord afin de « fixer » le prix du pétrole « plus haut ». On est tous au courant du fait que c’t’équipe – à l’OPEP – ils sont aussi amis que les supporters du PSG le sont avec ceux de Marseille. Autant dire que, bien que je n’aie jamais mis les pieds dans un meeting de ce genre, que l’amitié entre les peuple n’est pas ce que l’on doit ressentir le plus dans ce genre d’endroit. Donc déjà quand une bande de potes doit se mettre d’accord sur le choix du prochain bar dans lequel ils vont boire une bière, c’est compliqué, alors imaginez un groupe de types qui se détestent viscéralement qui doivent se mettre d’accord sur le prix du pétrole en essayant de faire plaisir à tout le monde et en ménageant les susceptibilités de chacun.

Je crois que même Tom Cruise et tout l’équipe de Mission Impossible 1,2,3 et 4, n’y arriveraient pas.

Toujours est-il – ET C’EST LÀ QU’ILS SONT BALAISES – que depuis que l’on « croit » qu’ils vont trouver un accord, le prix du pétrole est remonté de 25 à 42$… Alors je ne suis pas « monstre » doué en maths, mais ça fait quand même une sacré belle hausse en termes de pour-cents – alors oui, ce n’est pas encore 100$ sur le baril, mais c’est quand même très très bien alors que l’on n’a TOUJOURS PAS trouvé d’accord et que la dernière fois que les Saoudiens ont proposé quelque chose aux Iraniens, on leur a répondu qu’ils pouvaient aller se faire empapaouter chez les Grecs – et pas parce que les Grecs ont du pétrole.

C’est dire si on est proche de trouver un accord.

MAIS ILS SONT OÙ LES MECS AVEC LEURS TARGETS À 20$ ?????

HEIN, ILS SONT OÙ ?????

Mais moi je serais l’OPEP je m’en ficherais comme de ma première Mercedes 600 plaquée en platine, puisqu’en attendant, le pétrole, lui, il remonte. Et que nous, les pros de l’investissement, on trouve ça super-cool et super sain, puisque ça veut dire que l’économie va super bien, si le pétrole monte. Non ???

Oil_cartoon_11.03.2014_large

Enfin, cette théorie fonctionne jusqu’à que l’on se rende compte qu’un pétrole trop cher freine la croissance, mais ça on y reviendra plus tard, de toute manière on n’est pas équipé pour penser à plusieurs choses à la fois en ce moment.

Voilà. Donc hier le marché est monté parce que le pétrole montait, parce que si l’on parle au conditionnel, l’OPEP pourrait bien se mettre d’accord le 17 avril – ou pas. Ce qui nous donnera l’occasion de baisser demain parce que : « l’accord n’est pas encore complètement certain ».

Il ne se passe donc rien ou pas grand-chose et les indices sont plus ou moins là où ils sont depuis un mois. Ce matin le baril est à 41.73$ et il est au plus haut de l’année et ma question est la suivante :

 

Pendant ce temps, l’or est à 1254$.

Ce matin c’est la folie en Asie. Les chiffres du Trade Balance Chinois sont meilleurs qu’attendus. La Chine monte de 2%, Hong Kong monte de 2.4% et le Japon est en hausse de 2.5% et pas parce que le Trade Balance Chinois est meilleur que les attentes, mais parce que « un membre de la banque centrale du Japon a laissé entendre qu’ils pourraient encore assouplir la politique monétaire pour soutenir l’économie et donc, in-extenso, la bourse »… On se réjouis de voir jusqu’à quels niveaux de taux négatifs le Japon est prêt à descendre pour espérer voir leur économie commencer à tressaillir. C’est un peu comme quand le Dr Frankenstein a commencé à charger la créature en électricité pour essayer de le ramener à la vie.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’à ce rythme-là, les banques vont commencer à vous prêter de l’argent en vous PAYANT des intérêts à vous directement.

Bref, on dirait que tout va bien ce matin.

En première page du FT on apprend que l’optimisme revient sur le prix du pétrole. Ce qui ne répond pas à ma question posée plus tôt :

MAIS ILS SONT OÙ LES MECS AVEC LEURS TARGETS À 20$ ?????

Pendant ce temps, le FMI estime que si BREXIT arrive, cela pourrait être un « risque sévère pour l’économie » – en même temps, vu la tronche de l’économie en Europe, suis pas certain que ça change grand-chose. Quand votre voiture a les 4 pneus crevés, l’embrayage qui lâche et l’allumage qui ne fonctionne plus, le fait que soudainement vous vous rendiez compte qu’il n’y a plus d’essence, est, me semble-t-il, le dernier de vos soucis.

Pour le reste, ce matin on se demande si le « rallye du pétrole » a encore des jambes et ce que les chiffres de JP Morgan vont bien pouvoir nous apporter. La banque devrait publier avant l’ouverture et donner la tendance pour le secteur qui continuera de truster les places d’honneur le reste de la semaine, puisqu’il y aura encore Wells Fargo et Bank of America demain et Citigroup vendredi.earnings_cartoon_04.12.2016_normal

Côté chiffres économiques, nous aurons le CPI français et espagnol ainsi que la production industrielle européenne. Aux USA, nous aurons les nouvelles demandes d’hypothèques, le PPI, les Retail Sales et les inventaires pétroliers de l’EIA. Sur ces derniers chiffres, normalement les analystes devraient être faux pour la millième semaine consécutive. En fait, les analystes pétroliers qui publient une projection sur les inventaires pétroliers sont faux TOUTES les semaines depuis que les diplodocus, tyrannosaures et autres stégosaures se sont transformés en pétrole. C’est une sacrée constance.

Pour le moment, comme la Chine va soudainement mieux et que vendredi ils vont publier leur GDP – si ça se trouve ça va être une bonne surprise – sans compter que l’on se rapprochera du meeting de l’OPEP de leur fameux accord secret – les futurs sont enthousiastes ce matin. Ils sont en hausse de 0.3%. L’Euro/$ rebaisse à 1.1366, le Yen vaut 108.92, le GBP se traite à 1.4266. Le Dollar/Suisse tient les 0.95 et s’échange à 0.9570 ce matin, l’Euro/Suisse est toujours dans le coma artificiel à 1.0878 et le rendement du 10 ans US est de 1.79%. Et puis si vous tenez VRAIMENT a acheter du Bitcoin, ça vaut 420$.

Voilà. Encore une fois j’ai pensé à faire court… encore une fois j’ai échoué.

C’est tout ce que je pouvais vous raconter ce matin. Il me reste à vous souhaiter une belle journée et comme je suis en déplacement jusqu’à la fin de la semaine, je vous souhaite également un très bon week-end et on se retrouve lundi matin pour la suite des aventures de Tintin au pays de l’or noir.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *