,

La Grèce me manque, même le Subprime me manque

Plus les jours passent, plus je me lève tôt. Je lis de plus en plus, espérant trouver quelque chose à raconter. Quelque chose de valable qui puisse rendre cette chronique intéressante, qui puisse nous motiver à vendre les bijoux de la grand-mère pour investir en bourse tellement il y a des trucs intéressants à faire…

Pourtant, même si je me fais violence pour trouver des choses à dire, je tourne en rond avec les mêmes histoires encore et encore. J’en arrive à un tel point que je pensais vous parler de la recette de la purée de pomme de terre ou d’une quelconque autre recette de cuisine… « Muskatnuss Herr Müller !!! ». Comprenne qui pourra.

Bref, tout ça pour vous dire que l’on tourne en rond et que l’on attend que quelque chose se produise, histoire de nous donner une vraie direction à prendre et que la volatilité reprenne un peu ses droits. Je dois dire que d’habitude je râle quand les marchés vont dans tous les sens – bon, d’accord, je râle tout le temps – mais là, je serais prêt à payer pour un peu d’action.

Hier nous nous sommes concentrés sur les chiffres du PMI et autres ISM. Aux USA, l’ISM était toujours en croissance, mois fort qu’en mars, mais avril reste tout de même le second meilleur mois depuis la fin du mois d’août de l’an passé. On se raccroche à ce que l’on peut. Les plus « Bulls » se diront que c’est une bonne nouvelle parce que nous sommes toujours en croissance et ceux qui voient le verre à moitié vide diront que la croissance américaine aurait bien besoin d’une injection d’amphétamines pour essayer de se relancer.

Il y a d’ailleurs de plus en plus de voix qui s’élèvent Outre-Atlantique pour demander un « stimulus » pour lancer ou relancer l’économie un peu plus haut, un peu plus loin. On espère juste que la réponse de la FED ne sera pas la même que celle de la Banque du Japon, réponse qui met le Nikkei sous l’eau depuis trois jours. Ce matin, d’ailleurs, le Nikkei ne baisse plus. Bon, c’est surtout parce que c’est fermé. Pendant ce temps, le Yen continue de se renforcer contre le dollar, puisque ce matin la monnaie japonaise frise les 106.

En conclusion, les chiffres économiques US montrent une croissance anémique, mais il y a comme une sorte de confiance latente qui laisse espérer que cela devrait s’accélérer dans les mois à venir, c’est en tous les cas le scénario de Kostin de chez Goldman. Le marché à l’air d’y croire, mais timidement. Hier soir le Dow Jones était en hausse de 0.66% le S&P de 0.78% et même le Nasdaq terminait dans le vert, mettant fin à une série de 7 séances consécutives à la baisse.

Apple ne parvient toujours pas à rebondir, elle baisse moins, mais elle ne remonte pas pour autant. Le titre vient d’ailleurs de vivre sa pire série depuis 18 ans. Une époque où même l’iPod n’existait pas. On notera au passage que dans les prochaines semaines, Apple devrait tout de même franchir un cap important, celui des 1 milliard d’iPhone vendus.

En Europe, les chiffres du PMI étaient également légèrement meilleurs. Là aussi, les plus optimistes diront que la croissance en Europe est en train de repartir. Les plus pessimistes diront que de toute façon ; ça ne marchera jamais et que les banques centrales n’ont plus de munitions.

Le secteur bancaire était en difficulté hier en Europe, les différentes restructurations du secteur en Italie pesaient globalement sur le secteur.

Ce matin, en Asie Hong Kong est en baisse de 1.1%, le Japon est donc fermé pour le « Jour de la Constitution » et la Chine est en hausse 1.6% malgré les chiffres du Manufacturing PMI qui sont en dessous des attentes – à 49.4 contre 49.9 attendus. De plus en plus de voix s’élèvent contre la Chine et de moins en moins de monde croit en la magie locale. On parle de plus en plus de « crise à venir », de « croissance qui ne repart plus » et qu’à la fin, ça va mal se finir. Mais pour l’instant, ça tient tant bien que mal et il y a encore de l’espoir.

Et puis en Suisse, le Président de la Confédération a apporté son soutien à la Fintech, on ne sait pas encore si c’est une bonne nouvelle, on sait que rire est important selon lui, mais on n’est pas sûr que son soutien à la Fintech change vraiment la donne.World_Market_No_12.16.14_large_large_normal

Le pétrole est à 45$ et refuse de baisser, quant à l’or il est juste sous les 1300$ à 1295, n’attendant qu’un signe de la foule pour casser la résistance et exploser à la hausse comme tout le monde le prédit.

Dans les nouvelles du jour, on retiendra Porto-Rico qui est en défaut de paiement et le fait que tout le monde s’en foute. Les investisseurs qui sont toujours « bullish » sur le High Yield alors que le taux de défaut n’a jamais été aussi élevé et AIG qui vient dânnoncer sa quatrième perte trimestrielle consécutive. L’assurance a été victime de ses mauvais investissements en Hedge Funds. Peut-être qu’ils devraient engager des gens pour les aider à sélectionner leurs Hedge Funds, car de deux choses l’une ; soit ils ont fait exprès de sélectionner que les mauvais, soit ils n’en ont pas sélectionné assez pour qu’ils se neutralisent et ne fassent rien, bien au contraire.

La Banque Centrale Australienne vient de baisser les taux de 0.25%. Tim Cook était chez Jim Cramer pour dire que les investisseurs n’ont pas compris la stratégie d’Apple.

Et Warren Buffet a déclaré que si la FED certifiait que les taux seraient à zéro pour 50 ans, le Dow Jones irait à 100’000.

La bonne nouvelle, c’est que disant ce genre de trucs, il ne prend pas trop de risques :

1) la FED ne fera jamais ça
2) dans 50 ans, y aura plus de Warren Buffet

Autrement le Barron’s revient sur les problème d’Apple en Chine et aborde le sujet de la faiblesse du dollar qui fait revivre le secteur des commodities et qui risque de mettre Draghi sous pression dans les mois à venir. Le journal nous propose également les « 6 top picks » d’un vétéran de l’investissement dans le secteur Pharma. Il s’agit de Bristol Myers, Ono Pharmaceutical, Vertex, Eli Lilly, Intuitive Surgical et HCA Holdings.

Le niveau de passion dans les marchés financiers est actuellement proche de ses plus bas. Pour le moment les futures sont inchangés, l’Euro/$ est à 1.1535, le Yen vaut 105.99, le GBP est à 1.4682 parce que l’Angleterre ne sortira jamais de l’Europe – bien qu’elle n’y soit jamais vraiment rentré – l’Euro/Suisse est à 1.1008, le Dollar/Suisse vaut 0.9542, le Bitcoin s’échange à 442$ et le rendement du 10 ans US est de 1.87%.

Côté chiffres économiques, nous aurons le climat de la consommation en Suisse, le Manufacturing PMI en Angleterre, le PPI en Europe, l’ISM New York, les ventes de voitures et les stocks pétroliers selon l’API.

Pour ce qui est des chiffres du trimestre, nous aurons plein de noms, mais les « big names » ont fait leur boulot pour le moment, le seul truc qui nous intéressera, nous, les Suisses, c’est les chiffres de l’UBS qui sont en train de sortir. Mais au-delà des chiffres, c’est aussi les annonces des éventuelles restructurations à répétition qui vont nous intéresser.

Nous sommes déjà le 3 mai, la première journée s’est bien passée et pour l’instant le « Sell in May and Go Away » ne fonctionne pas. Oui, je mets la charrue avant les bœufs, mais j’essaie de rester concentré et motivé.

1 réponse
  1. ouimais
    ouimais says:

    c’est bien ce que je dis, la bourse n’a pas besoin d’etre ouverte quotidiennement, une fois / mois suffirait amplement

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *