,

Le prix du pétrole pour les nuls

On entend tout et n’importe quoi à longueur de journée sur le prix du pétrole par des experts qui sont souvent bien plus proches de Madame Irma qu’ils n’imaginent. 

Pour faire court, le prix du pétrole dépendrait de l’équilibre offre/demande. Vraiment?
Il est grand temps de rétablir quelques faits factuels sur les mécanismes de fixation du prix du pétrole!

Commençons par une petite image, qui vaut 1000 mots – no comment.

Evolution du prix du pétrole WTI et de la valeur du Dollar US par rapport aux autres monnaies majeures de janvier 2014 à mai 2016

WTI USD May 2016

Source: Jean Laherrère, ASPO France, Mai 2016

Certains vous diront que corrélation sur 2 ans n’est pas causalité et ils auront tout à fait raison, à part que cette corrélation, qui n’est toujours pas causalité, dure depuis 13 ans!

Evolution du prix du pétrole WTI et de la valeur du Dollar US par rapport aux autres monnaies majeures depuis l’an 2000

160503 US WTI vs $index since 2000

Source: Jean Laherrère, ASPO France, Mai 2016

Bien évidemment, cette corrélation marche aussi avec le taux de change de l’Euro par rapport au dollar US, qui est une grandeur bien plus familière pour la plupart d’entre nous.

Evolution du prix du pétrole WTI et de la valeur de l’Euro par rapport au dollar US depuis 2003 

Euro dollar wti laherrere

Source: Jean Laherrère, ASPO France, Février 2016

Pour faire court, le prix du baril de pétrole sera à 40$ pour un EURUSD à 1,10, à 60$ pour un EURUSD à 1,20, à 80$ pour un EURUSD à 1,30 et à 100$ pour un EURUSD à 1,40.

Bref, quand on a compris que les prix du pétrole dépendent surtout (pour ne pas dire que) de la valeur du dollar, et que le dollar était récemment sur des plus hauts historiques de 15 ans, pas besoin d’être Nostradamus pour prédire que le dollar devrait baisser dans les mois qui viennent (bien aidé il est vrai par la récession américaine et le retournement de la politique monétaire de la FED) et donc que le pétrole devrait retrouver assez rapidement des niveaux supérieurs à 80$.

Nicolas Meilhan

PS: Pour les puristes qui veulent approfondir le sujet, un papier récent de Jean Lahererre (ASPO France):
« Tentatives d’explication du prix du pétrole et du gaz »

8 réponses
  1. Scha
    Scha says:

    En tant que nul, ce que je comprend du document joint, c’est que s’il existe bien une relation entre le prix du brut et la valeur du dollar, rien ne permet de dire que le lien de causalité se fait dans le sens que vous avez choisit. D’ailleurs les graphes 29 et 30 du même document semblent bien montrer que le prix du brent est bien lié à l’offre et la demande/consommation, ce qui signifierait que la valeur du dollar (et toute notre économie, en somme) dépend des stocks de pétrole (?)

  2. Nicolas Meilhan
    Nicolas Meilhan says:

    Je me doutais bien que mon titre un peu « provoquant » ferait grincer quelques dents 😉 mais je n’ai pas trouvé mieux.

    Je vous rassure – plus je sais, plus je sais que je ne sais pas, et les autres non plus ! (dernière phrase du papier de Jean Laherrère). Il faut donc rester très humble dès que l’on parle du prix du pétrole.

    Je me permets de vous renvoyer aux conclusions du papier (humble) de Jean Laherrère qui s’intitule: « Tentatives d’explication du prix du pétrole et du gaz »:

    La chute du prix du brut a été attribuée par beaucoup à une offre bien supérieure à la demande suite au refus des Saoudiens de baisser leur production en face de l’augmentation de la production de « pétrole de roche-mère » et à la baisse de l’activité en Chine. Mais les estimations pour le monde de la demande et de l’offre ne sont pas fiables, variant avec les sources qui les corrigent rétrospectivement.

    La meilleure explication semble la très bonne corrélation depuis 2003 entre le prix du brut en $/b et la valeur inversée du dollar par rapport aux principales monnaies, sans pouvoir dire quelle est la cause et quelle est l’effet. L’importance du taux de change est capital: le prix du WTI est actuellement autour de 3000 roubles, comme en 2008; alors qu’en dollar le WTI était trois fois plus cher que maintenant.

    Mais cette corrélation inverse prix du brut/ valeur du dollar n’apparaît que depuis 2003. Pourquoi 2003?
    Cela semble du au fait qu’avant 2003, la croissance du stock de monnaie M2 entrainait la valeur du dollar et qu’après 2003 c’est l’inverse. En 2003 on voit une rupture dans l’augmentation des coûts pétroliers, ainsi que dans l’augmentation de la dette totale américaine.

    Si cette corrélation persiste, le prix du brut ne reviendra à 100 $/b que si le dollar redescend de l’indice 92 à 78, soit de 15%.
    Le prix du brut est le résultat d’accord en ce que pensent les vendeurs et ce que pensent les acheteurs de ce que va être le futur et ces pensées peuvent être éloignées des réalités présentes et c’est pour cela qu’il est irrationnel et imprévisible.
    Les changements de comportement (comme 2003) peuvent correspondre à des changements de mode de pensée.

  3. Issam
    Issam says:

    Du coup, c’est une mauvaise nouvelle si les prix du pétrole ne dépendent pas du tout des coûts d’extraction,

    car alors, il y a un risque que ces prix restent bien en dessous des coûts, ce qui provoquerait des faillites dans le secteur pétrolier et donc une pénurie de pétrole et donc une grande crise économique…..

  4. Nicolas
    Nicolas says:

    On peut trouver de magnifiques corrélation entre le prix du ciment et celui du platine, ou encore entre le prix du sucre et celui de l’or. Dois-je en conclure que le platine est fait de ciment et l’or de sucre ? Visiblement les théories alchimistes ont encore de beaux jours devant elles…

  5. Lolo
    Lolo says:

    C quoi la conclusion ? Que plus le USD est fort plus le prix en USD du pétrole est faible ?
    Sérieux, y avait vraiment besoin de faire une étude de corrélation pour ça ?!

  6. Benjamin
    Benjamin says:

    @Nicolas
    On n’achète pas du sucre avec de l’or, ni du platine avec du ciment, je ne serait pas étonné que la corrélation soit autour d’un autre facteur, comme le dollar, qui semble être un dénominateur commun sur les variations des prix des ressources et matières premières.

    Après je suis un nul aussi 🙂

  7. Nicolas Meilhan
    Nicolas Meilhan says:

    Lolo – la conclusion est: « plus je sais, plus je sais que je ne sais pas et les autres non plus »

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *