,

Le pétrole bon marché freine-t-il l’essor des « clean tech »?

Nicolas Meilhan était l’invité de l’émission Tech&Co sur BFM Business pour discuter de l’impact de la baisse des prix du pétrole sur le développement des « clean tech ».

Beaucoup de gens ont en tête cette idée reçue que la baisse des prix du pétrole va freiner le développement des énergies renouvelables comme le photovoltaïque ou l’éolien.

Il faut bien avoir en tête que le pétrole est avant tout l’énergie du transport

95% du transport se fait avec du pétrole, alors que les « clean tech » sont principalement utilisées pour produire de l’électricité, où le pétrole ne représente plus que 5% de mix de production.

Ce qui peut donc être impacté, ce sont les ventes de véhicules hybrides et électriques, et c’est d’ailleurs le cas aux Etats-Unis, où les ventes de Nissan Leaf ont baissé de 42% l’an dernier. En effet, la fiscalité beaucoup plus faible sur le carburant aux Etats-Unis fait qu’ils sont deux fois plus sensibles aux variations du prix du pétrole, que ce soit à la hausse ou à la baisse.

Ils se sont d’ailleurs tous remis à acheter des 4×4 et des Hummer, ce qui nous a valu la semaine dernière de battre le record absolu de consommation d‘essence aux Etats-Unis à près de 10 millions de barils par jour!

Consommation hebdomadaire d’essence aux Etats-Unis

us

Source: EIA

Les grands acteurs européens se sont mis à investir ces dernières années dans les énergies renouvelables. Au départ, c’était plutôt pour des raisons marketing mais ils commencent à accélérer leur diversification.

Une entreprise comme Total sait très bien que le pétrole, et par conséquent son business, n’est pas éternel.

Ils ont d’ailleurs acheté récemment le producteur de batteries Saft. Mais aujourd’hui la plupart des acteurs investissent principalement dans le gaz car il ne faut pas oublier que c’est l’énergie du futur, que ce soit pour la production d’électricité, l’industrie, le chauffage et pour une partie du transport quand la disponibilité de pétrole baissera.

On vit en ce moment sur une illusion d’abondance de pétrole avec un prix à 50$

Cependant la production de pétrole en 2016 sera vraisemblablement inférieure à celle de l’an dernier et il est possible que 2015 ait été l’année d’extraction maximale de pétrole dans l’histoire de l’humanité. Il va donc falloir commencer à s’adapter, notamment au niveau du transport, et pour l’instant on n’a pas le début de la moindre solution avec des ventes de voitures électriques qui plafonnent à 1% des ventes totales alors qu’elles sont subventionnée jusqu’à 10000€ en France par exemple.

Concernant le prix du pétrole, j’ai une position assez tranchée sur la question puisque je considère qu’ils vont revenir à 90$ d’ici la fin de l’année.

Il existe une corrélation parfaite entre les prix du pétrole et la valeur du dollar.

Avec un EURUSD à 1.1, vous êtes à 40$, à 1.2 à 60$, à 1.3 à 80$ et à 1.4 à 100$. Et cette relation marche depuis 13 ans!

Comme nous pensons au sein des Econoclastes que la politique monétaire de la FED va s’inverser et que nous aurons plutôt un 4ème assouplissement quantitatif qu’une hausse de taux. Le dollar devrait donc être amené à dévaluer d’au moins 20% avec ce QE4, ce qui permettra d’emmener les prix du pétrole à 80$ d’ici fin 2016.

 

1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *