,

L’économie américaine est-elle en récession?

Olivier Delamarche

Débat Olivier Delamarche et Emmanuel Lechypre le 19 Septembre 2016 sur BFM Business

La croissance en Europe

Vous pourrez retrouver Philippe Bechade et Olivier Delamarche le 13 octobre à Genève à l’occasion du Swiss Trading Day :

6 réponses
  1. fred1903
    fred1903 says:

    TRUMP s’il devient président ne sera t il pas une bonne excuse pour faire plonger le marché ?

    Si c’est Clinton alors je pense qu’on aura encore 4 ans au sommet pour les indices US

    Bonne semaine.

  2. Zylo
    Zylo says:

    M. Lechypre et ses incantations de croissance et de réforme. On aimerait bien savoir de quelles réformes il parle… En attendant, Panglosse aurait presque retrouvé un discours équilibré.
    En parlant d’incantation, j’ai trouvé cet article extrêmement intéressant :
    http://www.salientpartners.com/epsilon-theory/magical-thinking/
    J’ai tendance à penser que ses 3% de croissance sont largement sur-estimés, mais pour le reste cela donne à réfléchir.

    M. Delamarche est parfois limite de mauvaise foi… l’économie américaine n’est pas encore en récession. Même s’il est clair que la surchauffe ne guette pas, le crack prévu (et prévisible) n’a pas encore eu lieu et de loin. Le problème du timing est essentiel – et bien malin qui pourra dire quand nous serons juste au bord de la falaise et prêts à faire le grand pas en avant.
    Au passage, quelle explication donner à l’augmentation subite de 5% du salaire médian ? Savante « mise en perspective » statistique ? Élagage dans les bas salaires ? Dommage qu’une contradiction plus factuelle n’ait été apportée.
    En attendant cela clapote gentiment, un petit coup en haut, un petit coup en bas, chacun retenant ce qui l’arrange.
    Je fais un pari à 2c (pas fou non plus) : les marchés américains tiendront au moins jusqu’à l’élection américaine, étant donné que le POTUS et la FED feront « whatever it takes » pour porter Sainte Hillary (que son nom soit sanctifié) au pouvoir. Ensuite, si Trump (bouhou vilain populiste, à mort l’intolérant) passe, il est fort possible qu’il serve de bouc émissaire commode pour purger une partie des bulles actuelles. Si Sainte Hillary (la très grande) passe, le statu quo sera porté à bout de bras, jusqu’à ce que la rustine de la rustine finisse par lâcher. Tiendra-t’elle 4 ans (la rustine – je n’oserais mettre en doute Sa santé éclatante) ?

    Enfin sur l’élection américaine, je trouve les éconoclastes plus mainstream que de coutume. A l’extrême limite tant mieux, au vu de la nature clivante de la chose : il serait dommage de brouiller le message et de se couper d’une base de lectorat à cause d’un sujet annexe – j’espère au passage avoir été suffisamment aligné dans mon commentaire pour ne pas vous attirer les foudres de tout le monde médiatique et politique bien-pensant.
    Toutefois il serait bon de mentionner quand même que sans les tricheries du parti démocrate – avérées puisqu’elles ont entrainé des démissions -, Sanders serait peut-être le candidat démocrate à la présidence. Et pour le coup il serait bien difficile de soutenir que tout va bien, avec 2 candidats anti-statu quo……

    Bonne continuation.

  3. Archibald
    Archibald says:

    Cela fait des années que je suis Olivier Delamarche et selon lui les USA ne sont jamais sortis de la récession de 2008…..

  4. Delamarche
    Delamarche says:

    Des résultats des sociétés en baisse, une production manufacturière en baisse, une production industrielle en baisse, 102 millions d’américains en âge de travailler qui ne travaillent pas, des salaires moyens en hausse -je dis bien moyens avec des heures travaillées en baisse.
    Petite précision ce ne sont pas les salaires qui ont augmenté de 5% ce sont les budgets des menages avant impôts et cette hausse est due en grande partie à l’impact de la baisse du pétrole.
    Le pétrole de schiste qui avait été le moteur de croissance qui est à l’arrêt, le taux de défauts sur les prêts supérieur aux sub primes, 50 millions d’américains qui ont recours aux food stamps.
    Des ventes au détail en baisse plusieurs mois consécutifs, le rapport vente sur stock sur des niveaux de récession.
    De quelle côté est la mauvaise foi ?
    Si vous attendez l’annonce officielle du NBER vous l’aurez peut être l’année prochaine, en ce qui me concerne je considère que les US sont déjà en récession.
    En ce qui concerne les elections US les econoclastes ne font pas de politique encore moins américaine, nous ne roulons pour personne ni en France ni ailleurs
    Cordialement

  5. Zylo
    Zylo says:

    Bonjour M. Delamarche,
    Merci d’avoir pris le temps de répondre.
    1) Pour les 5% : en effet un raccourci journalistique – limite malhonnête – a été fait, merci de la précision. Un article reposté sur ZH juste après que j’ai eu posé la question mentionne également un changement de méthode statistique bien commode, qui explique en partie ce chiffre merveilleux qui tombe à point : http://www.zerohedge.com/news/2016-09-21/biggest-washington-whopper-yet
    Cet article pointe également du doigt que la méthode de calcul des nouvelles embauches est basée en partie sur un extrapolation du nombre de création d’entreprises, lui-même étant estimé au doigt mouillé et très probablement erroné…. Peut-être une piste à creuser pour remettre quelques cailloux de plus dans les chaussures des Panglosse de BFM-TV ?

    2) En ce qui concerne les tendances : le « reproche » (tout relatif…) que je vous fais, ainsi qu’à ZH d’ailleurs, est que vous ne relevez que les mauvaises nouvelles, en ignorant par exemple que les PMI restent supérieurs à 50 même si en baisse (je suis d’accord que c’est un indicateur imparfait, parmi d’autres…). Cela AMHA introduit un biais, qui laisse à penser que la seule issue imminente est un crash de grande ampleur, et donc à sous-estimer le risque que l’on prenne des décennies de stagflation à la japonaise, comme mentionné d’ailleurs par un commentaire sous un autre article. Enfin le problème de la tendance est l’échelle de temps : scruter l’évolution WoW d’indicateurs et hurler à la reprise s’il s’améliore ou à la mort s’il se dégrade donne peu d’information. Si l’on prend comme référence 2010-2011, un certain nombre d’indicateurs s’est amélioré, d’autres se sont dégradés comme vous le mentionnez très justement. Évidemment, si l’on prend comme référence 2008, il n’y a pas grand chose de glorieux…

    3) En ce qui concerne la politique (dans le sens : organisation de la vie de la cité) : je pense que croire que politique et économie sont indépendants, voire pire, croire que le politique doit être subordonné à l’économique comme dans le dogme néo-libéral (je n’aime pas ce terme, je suis preneur de toute proposition…) dans lequel nous baignons, fait partie précisément du problème actuel. Malheureusement, le terrain est tellement miné que je comprends très bien que vous ne souhaitiez pas consommer un temps précieux en vous engageant dessus, en plus au risque de restreindre la portée de votre message économique. Il n’y a qu’à voir les tempêtes dans des verres d’eau médiatiques qu’a provoquées J. Sapir en mettant timidement un orteil sur ce terrain….

    Bonne continuation.

  6. Baya
    Baya says:

    Les deux seuls chiffres donnant une indication positive de la croissance US sont le taux de l’emploi, sujet d’austements discutables, et ce chiffre du revenu des menages en augmentation de 5%, annonce de maniere opportune a la veille de l’election presidentielle.

    Il est quand meme utile de savoir que:
    1- Le chiffre accru du revenu median (US$ 56 516) reste a son niveau de 2009, en dessous de son niveau de 1999.
    http://www.shadowstats.com/article/c833

    2- Cette annonce concerne le revenu median pour 2015. Or, les conditions economiques se sont deteriorees depuis, ce qui remet en question sa pertinence et son timing.
    http://nypost.com/2016/09/20/census-income-figures-are-a-joke-if-not-fraud/

    3- Cette « augmentation » intervient apres que le Census (Bureau des Statistiques) ait decide, surprise, surprise 🙂 🙂 , de changer sa methode de calcul et de faire de genereuses suppositions.
    Depuis 2013, et dans un monde ou les taux d’interets reels sont proches de zero, les menages sont supposes faire des retraits sur leur comptes retraites individuels (IRA). Ce changement de methode de calcul est explique, en petits caracteres, a la marge, dans les documents officiels du Census.
    https://www.census.gov/content/dam/Census/library/working-papers/2015/DEMO/ASSA-Income-CPSASEC-Red.pdf

    4- Ce changement de methode de calcul est intervenu en 2013. Surprise, c’est aussi en 2013 que le revenu median se remet a augmenter 🙂 . Voir le 3me graphe dans la page web du Mises Institute. (Lol, quand on veut avoir de la chance, on la cee soi-meme).
    https://mises.org/blog/us-median-income-falling

    Bref, un joili exercice de statistiques creatives..
    Je ne pense pas que les banquiers centraux US meritent le Prix Nobel d’Economie, qui leur sera certainment decerne un jour dans ce monde plein de justice: leurs ruses sont trop grossieres, meme aux yeux des profanes.
    Par contre, ils meritent sans discussion des Oscars pour leurs talents d’acteurs.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *