,

FED – BoJ même combat ?

Philippe Béchade

BFM du 21 septembre 2016 : Philippe Béchade VS Bernard Aybran

La FED aura-t-elle les mêmes effets que la BoJ sur les marchés ?

Dans un contexte où les banques centrales dirigent les marchés, quelle stratégie d’allocation faut-il adopter ?

2 réponses
  1. nicolaslabastille
    nicolaslabastille says:

    Bonjour, Je me marre ! Je rit jaune. Je vois que le point de vue des éconoclastes n’est plus ironiser depuis un moment et est même avaliser par tout le plateau aujourd’hui…

  2. Baya
    Baya says:

    En echo aux propos de Mr Bechade, des vues extremement alarmistes sont exprimees par des commentateurs parmi les plus respectes et les plus « autorises » dans le monde financier Anglo-Saxon.

    Kevin Warsh, ancien gouverneur du Federal Reserve System, laisse entendre que la FED simule des changements de forme (inflation cible), comme subterfuge pour detourner l’attention d’erreurs de fond dans les domaine monetaire, fiscal et reglementaire.
    Il questionne son insistance a focaliser sur l’accroissement des revenus, la aussi comme subterfuge pour detourner l’attention de l’effet qu’a sa politique sur le creusement des inegalites en matiere d’actifs. Le fameux « transfert de richesse » dont parle Mr Bechade….
    http://www.wsj.com/articles/the-federal-reserve-needs-new-thinking-1472076212

    Bill Gross, gerant du fond Janus et geant de l’investissement obligataire, declare que les politiques monetaristes de la FED sont depassees, qu’elles aggravent la crise economique, et qu’elles ont le potential de completement detruire, au final, le business model du capitalisme meme.
    https://www.janus.com/insights/bill-gross-investment-outlook

    Ambrose Evans-Pritchard, le tres proeminent correspondant economique du « Telegraph » aux USA, rapporte avec inquietude le rapport tres alarmiste et tres credible de l’UNCTD (Nations-Unies), qui craint des defauts obligataires de proportions epiques, releve l’impact destructeur des fonds speculatifs sur l’economie reelle, et envisage a terme la possible fin de la mondialisation economique.
    L’article se termine par « Sauve qui peut », en francais dans le texte.
    http://www.telegraph.co.uk/business/2016/09/21/un-fears-third-leg-of-the-global-financial-crisis-with-epic-debt/

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *