,

Apple, Tesla – pari raté pour la voiture du futur?

Nicolas Meilhan était l’invité de l’émission Tech&Co sur BFM Business pour discuter des paris (ratés?) de Tesla et d’Apple concernant la voiture du futur.

6 réponses
  1. Zylo
    Zylo says:

    Bonjour,

    Je suis extrêmement dubitatif sur cet accord Microsoft-Renault. En ce qui concerne la voiture autonome, ils partent avec un retard qui me semble énorme s’ils veulent tenter le coup, d’autant que les softs microsoft trainent – à tort ou à raison – une image de crash qui est un repoussoir absolu dans ce cas de figure.
    En ce qui concerne l’infotainment, comme signalé par M. Meilhan, quasi tout le monde a un téléphone et/ou une ou plusieurs tablettes. Il va falloir faire drôlement mieux pour prétendre les remplacer… d’autant que le cycle de vie matériel de la voiture est beaucoup plus long que celui d’un téléphone. Après 10 ans une voiture est toujours parfaitement opérationnelle, un équipement informatique en revanche ne sera quasi plus maintenable au bout de 5 ans et totalement has been limite plus utilisable au bout de 10 ans.
    De plus les précédentes tentatives de MS n’ont il me semble pas été des succès, sinon on en verrait partout.
    Je sais que je suis déjà un vieux con de l’informatique, mais je ne vois pas trop quels services ma voiture pourrait m’apporter, en dehors de rouler quand je lui demande.

    Pour la remontée d’infos des véhicules au constructeur : tout d’abord cela a un petit côté flicage détestable, le constructeur pourra bientôt faire sauter la garantie si vous ne regonflez pas les pneus dans une concession homologuée. Je ne parle pas des assureurs qui se frottent les mains d’avance.
    Et je suis toujours perplexe devant ces grandes entreprises qui opèrent au niveau mondial, et qui sont fières d’annoncer qu’elles utilisent des clouds américains : la NSA a officiellement fait savoir qu’elle considérait la défense des intérêts économiques des grandes entreprises américaines comme faisant partie de ses missions… sans parler du flicage des VIPs éventuels : même plus besoin de coller un traceur GPS pour connaître leurs déplacements. Ni même plus prosaïquement de la réversibilité de la solution après quelques années de vécu…

    Bref ça me semble être un constructeur automobile qui ne sait pas trop quoi faire sur le plan technologies de l’information, qui s’associe à un éditeur de logiciel à la gloire révolue et qui ne sait pas non plus trop quoi apporter au marché automobile, à part refiler plus ou moins directement les données de maintenances à des concurrents américains et donner des outils supplémentaires à des services de renseignement « amis ».

    Quant à Tesla, qui vivra verra, mais cela ressemble furieusement à une fuite en avant qui finira tôt ou tard par se heurter à la réalité.

    Bonne continuation.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *