,

La folie des grandeurs

Dès qu’il s’agit de voitures électriques, un phénomène étrange atteint nos élites : la folie des grandeurs! Que ce soit Carlos Ghosn, Elon Musk ou en encore Ségolène Royal plus récemment, la seule unité de mesure qui compte devient le demi-million, voire le million.

Carlos Ghosn avait montré la voie dès novembre 2010 en annonçant la vente de 500 000 Nissan Leaf dès 2013. En 2015, il s’en vendait 10 fois moins – 50 000 à travers le monde. A un ordre de grandeur et deux ans près, il avait vu en plein dans le mille !

Elon Musk lui a ensuite emboîté le pas début 2014 en annonçant la vente de 500 000 voitures électriques dès 2020. Atteindre cet objectif en 2020 semblait difficile mais pas impossible étant donné qu’une telle progression des ventes est déjà arrivée une fois dans l’histoire de l’Automobile avec l’inventeur de la voiture thermique pour tous : Henri Ford. L’inventeur de la voiture électrique pour tous relèvera-t-il le challenge ?

Comparaison des ventes de Tesla de 2013 à 2020 et des ventes de la Ford T de 1909 à 1916

tesla-t

Source: Bloomberg

Après avoir réalisé la plus grosse opération de crowd-funding de l’histoire en levant presque 400 millions de dollars en quelques tweets, Elon Musk s’est dit qu’avec une telle demande – 400 000 Tesla Model 3 pré-commandées,  il pouvait se permettre d’anticiper cet objectif ambitieux de 2 ans à 2018!

2020 ce n’était pas évident, 2018 c’est mission impossible. Pourquoi ? Le diable est toujours dans les détails :

Du côté de la production, il sera compliqué de produire 500 000 voitures avec une seule usine. Cette usine rachetée à Toyota/GM produisait auparavant 300 000 voitures par an et il est très difficile dans l’industrie automobile de produire plus d’une voiture par minute, ce qui est déjà pas mal et revient à 360 000 voitures par an. Difficile mais pas impossible. Mais quand bien même cette usine arrivait à produire à terme 500 000 voitures par an, la question clé est de savoir à quel horizon: la fameuse montée en cadence de la production.

Henri Ford avait réussi à produire 200 000 voitures en 1914 (2018 pour Tesla), ce qui est en ligne avec le rythme de croissance de la production de Tesla ces 3 dernières années: 60% par an. Produire 200 000 voitures en 2018, c’est possible, produire 500 000 voitures en 2020, Henri Ford est pour l’instant le seul à avoir réalisé cet exploit dans l’histoire de l’Automobile, produire 500 000 voitures en 2018, c’est mission impossible.

Du côté de la demande, Tesla est surtout présent en Europe et aux Etats-Unis, deux marchés en croissance de 20% par an. Faute d’avoir une usine en Chine, qui l’aiderait sans doute à d’atteindre les 500 000 voitures produites en 2018, il est pénalisé à la fois par des taxes à l’importation mais aussi par une non-éligibilité aux subventions locales. Résultat ? Seulement 3 700 voitures vendues en Chine en 2015 et pas plus de 5 000 prévues en 2016 (sur un marché en croissance de plus de 100% par an).

Passer de 80 000 voitures vendues en 2016 à 500 000 voitures en 2018 implique une croissance de 150% par an (x2,5), à comparer aux 60% de Tesla ces dernières années ou encore aux 20% du marché des voitures électriques en Europe et aux Etats-Unis. Grandir 7 fois plus vite que le marché alors que le nombre de concurrents augmente de jour en jour, ce n’est pas complètement gagné d’avance. Sans parler des pays comme l’Allemagne ou la France qui ont fait le nécessaire pour que les voitures Tesla, trop chères, ne soient pas éligibles aux aides à l’achats.

Mais on a trouvé mieux qu’Elon Musk et Carlos Ghosn réunis avec notre ministre en chef Ségolène Royal qui vient de passer à la vitesse supérieure : 1 million de bornes de recharge en France d’ici 3 ans! Bien évidemment, comme elle risque de perdre son boulot d’ici là, c’est toujours moins engageant comme engagement.

Le diable étant toujours dans les détails, qu’a prévu notre Ministre favorite de l’environnement pour y arriver?

  • 100 000 points de charge publics (contre 14 242 actuellement)
  • 900 000 points de charge chez les particuliers grâce au crédit d’impôt transition énergétique qui permet le financement de 30 % du coût de ces bornes

900 000 points de recharges chez les particuliers ? Vraiment ? Mais combien de particuliers roulent en voiture électrique ?

Fin avril 2016, 87 000 voitures électriques circulaient en France dont 65 000 pour des particuliers ayant besoin d’une borne (ou d’un point) de recharge chez eux.

Immatriculations de voitures électriques en Europe de 2013 à 2015

14588172731ecb75587388b5c59f60b642bff2e64f-immatriculations-ve-europe

Source: AVERE

Qu’en sera-t’il dans 3 ans ? Si l’on fait l’hypothèse optimiste de 20 000 voitures électriques vendues chaque année en plus – 40 000 en 2016, 60 000 en 2017, 80 000 en 2018 et 100 000 en 2019 – nous aurons donc théoriquement 280 000 voitures électriques en plus sur les routes soit presque 400 000 au total.

400 000 c’est bien, mais ce n’est toujours pas notre unité de compte du demi-million, qu’il nous manque par ailleurs pour arriver aux 900 000 de Ségolène Royal. Qu’importe ! Il suffit juste qu’un demi-million de ménages n’ayant pas de voiture électrique installent chez eux une borne (ou un point) de recharge dont ils n’auront pas besoin !

Fallait y penser ! C’est ça aussi le secret de la croissance verte made in Ségolène Royal…

Nicolas Meilhan

2 réponses
  1. leonard
    leonard says:

    Bah si Ségolène se cale sur les projection de Tesla c’est pas étonnant ces 900000 !

  2. nightwings
    nightwings says:

    A noter aussi qu’il faudra aussi adapter le réseau de production électrique avec un réseau souvent à la limite dans la période froide pas sûr que la construction à énergie fossile (ne parlons pas de centrales nucléaires) soit faisable et avec un très bon bilan environnementale (l’énergie renouvelable, la nuit j’ai un doute mais pourquoi pas).

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *