,

Chômage américain, retour sur les chiffres

Officiellement le taux de chômage aux États-Unis est à peine au dessus de 4%, au plus bas depuis 10 ans. Mais si l’on prend en compte les découragés du marché du travail et les temps partiels subis, on arrive à un résultat bien différent…et effrayant ! Le point de vue d’Olivier Delamarche. Ecorama du 23 juin 2017 présenté par David Jacquot, sur Boursorama.com.

http://www.boursorama.com/actualites/voici-les-vrais-chiffres-du-chomage-1c7491125aa55e7fcdde2ecc634dec3f

3 réponses
  1. sassy2
    sassy2 says:

    « Don’t believe these phony numbers when you hear 4.9 (%) and 5% unemployment, » Trump told his supporters after winning the New Hampshire primary in early 2016. « The number’s probably 28, 29, as high as 35. In fact, I even heard recently 42%. »
    In other instances, Trump suggested the unemployment number could be anywhere between 18% and 42%, calling the official number everything from « total fiction » to « one of the biggest hoaxes in American modern politics. »

    le edath / birth ratio du modèle est voté en assemblée générale ou à la cantine.

    Pour la fin, mdr:
    triskelionceau devrait expliquer 2 min à l’animateur pourquoi les tx ne remonteront pas à 3% , (sauf à passer dans la 4 ème dimension) :
    il pourrait avoir un choc

  2. Dahool
    Dahool says:

    Bonjour

    « Les chiffres… » sont des faits qui rendent incontestable l’argumentation d’OD.
    Radoter permet de ne pas oublier.

  3. RRJL
    RRJL says:

    Je me trompe où il suffit de regarder sur un même site, une même source :

    Taux de chômage, 4,3% : https://fred.stlouisfed.org/series/UNRATE

    Taux d’emploi, 62,7% : https://fred.stlouisfed.org/series/CIVPART

    On voit bien que l’emploi ne repart pas et chute un peu après 2000 mais surtout après 2008.

    Bien sûr dans ces 37,30% qui ne sont pas au travail, on a pour l’essentiel des femmes au foyer, des trop vieux et trop jeune. Mais quand on passe de 2008 à 2017 de 66% à 62,7%, alors que la modernité nous fait penser que le nombre de femme au foyer diminue (visible de 1960 à 2000), qu’on voit les vieux retourner au boulot à cause de la crise et que la fécondité est stable.

    Bref, on devrait avoir naturellement une hausse de ce taux d’emploi, la baisse n’est pas compatible avec la baisse du chiffre du chômage dont on sait que la méthode de calcul permet d’exclure des demandeurs d’emploi qui ne rentre pas exactement dans les cases.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *