,

L’autosuffisance de la hausse

Je ne suis pas loin de penser que, les marchés boursiers ou la finance mondiale ou le monde merveilleux de la finance, peu importe comment vous voulez l’appeler, ont réussi à inventer le mouvement perpétuel de la hausse. Une espèce de hausse automatique qui aspire les indices toujours un peu plus près des étoiles, à l’abri des colères du vent.

Mais trêve de poésie, hier le Dow Jones et le S&P500 ont battu de nouveaux records d’altitude. En ce qui concerne le vieil indice historique, c’est son quarantième record de l’année et la cinquième séance de hausse à la suite où l’on termine en terrain positif et le tout sur… RIEN.. ou en tous les cas sur pas grand-chose. Oui, d’accord, il faut le reconnaître, il ne se passe plus rien en Corée et ça fait au moins trois jour que l’on n’a plus entendu l’autre joufflu cracher son venin et comme on applique la théorie du « pas de nouvelles, bonnes nouvelles », les marchés montent, battent des records et ne s’arrêtent plus de monter, comme aspirés vers le haut. C’est vite vu, par moment on dirait du Bitcoin.

Ce qui est absolument fascinant, c’est le fait qu’il n’y rien. Pas une nouvelle, pas un truc qui pourrait nous motiver d’aller plus haut, il n’y a pas une information excitante qui pourrait nous amener à utiliser nos comptes pas déclarés au fisc pour acheter des actions, c’est Waterloo morne plaine et la seule chose qui donne des idées aux « experts » en bourses en tous genres, c’est l’arrivée du Meeting de la FED – qui commence ce soir – et le fait que Janet Yellen pourrait donner des détails sur le projet « réduction du bilan de la FED ».

Selon ce qu’elle nous annonce, le marché POURRAIT FAIRE FACE À SON TEST LE PLUS IMPORTANT DEPUIS des mois, qu’ils disent…

OUOUOUOUOUHHHH, ça fait super peur. On sent tout de suite que nous, les financiers, avons tout de même la qualité de se créer des scénarios à partir de rien, c’est incroyable. La bonne nouvelle, c’est que dès que les scénaristes d’Hollywood auront épuisé la totalité des super-héros de Marvel, ils pourront toujours venir à Wall Street pour trouver des idées de scénarios de film – Je suis certain que « Le retour des taux d’intérêts en colère » ou « Fraude » ou encore « La chute », pourraient être des choses que l’on retrouvera aux Oscars un jour ou l’autre.

Hier, l’ensemble des places boursières mondiales ont donc terminé en hausse, dans le vert, principalement parce que Rex Tillerson, le Sécrétaire d’Etat américain avec le même prénom que le chien de ma grand-mère, est venu à télé pour dire que les USA cherchaient à amener la Corée du Nord à la table des négociations afin de trouver une solution pacifique et constructive. Un peu moins agressif que sa collègue de l’ONU qui déclarait ce week-end que si la Corée du Nord les cherchaient, ils allaient les trouver et qu’ils se feraient détruire…

Le marché a aimé l’approche pacifique de l’ami des bêtes et des pétroliers. Du coup, comme on ne savait pas quoi faire, on a acheté des actions et le S&P500 s’établit clairement au-dessus des 2500, faisant face à une résistance majeure dans la zone des 2507-2510, selon les analystes techniques. Si cette résistance venait à céder, ça sera la porte ouverte à toutes les fenêtres et surtout l’escalade direction 2585 avec l’euphorie qui va avec.

A côté de tout cela, il y a Northrop Grumman qui fait ses courses chez Orbital qui a poussé le marché aussi. On notera aussi le take de Itron sur Silver Spring Networks dans le domaine de « l’internet des choses ». Ce n’est rien par rapport aux 7 milliards et des poussières du rachat d’Orbital, mais c’est le second take over de la journée. Comme quoi y en a qui pense encore qu’il y a de la valeur dans ce marché.

En Europe on saluait l’absence de guerre nucléaire en Corée, on trouvait chouette que l’inflation ait été annoncée au niveau où c’était prévu et on saluait le retour de la dette portugaise dans la catégorie Investment Grade. C’est le seul jour de l’année où l’on parle du marché portugais, puisqu’en général tout le monde s’en fout, mais hier il montait de 1.56%, alors ne lui boudons pas ce plaisir. En général, on parle plus des mollets de Cristiano Ronaldo que de l’indice PSI, alors aujourd’hui, faites de la place et inclinez-vous devant un marché méconnu…

Nous vivons donc une époque formidable où tout monte et où personne n’y croit. Le S&P500 vient de s’installer au-dessus des 2500 et PERSONNE N’A pensé à vendre une casquette et un t-shirt marqué « BEEN THERE DONE THAT », tout le monde trouve ça normal de ne PAS en parler – ou alors est-ce la frustration de ne « pas être dedans » qui dérange certains qui, du coup, préfèrent ne rien dire.

Toujours est-il que même sans bonnes nouvelles, les marchés montent. Et puis personne ne parle non plus du pétrole qui fait régulièrement des incartades au-dessus des 50$, personne ne mentionne le fait que si le baril prend encore 10$ d’ici Noël – ce qui est fort possible d’un point de vue technique et météorologique – l’inflation qui nous manque POURRAIT venir de là. Personne ne parle de l’OR qui devait aller « À COUP SÛR » à 1400 et qui paie 1311$ ce matin. Forcément de nos jours, être une valeur refuge a ses avantages et ses inconvénients. Là, on teste les inconvénients.

Ce matin le Japon est en hausse de 1.45%, il rattrape son jour de congé et le reste des places de bourse ne fait rien. Mister Donuts n’est pas apparu à la télé depuis trois jours, cela veut peut-être dire qu’il s’est enterré dans un abri anti-atomique pour regarder des dessins animés en se goinfrant de chips – vu que c’est visiblement son activité sportive préférée, mais son absence ravi les marchés qui profitent de l’opportunité jusqu’à la prochaine fois. En même temps, ça fait longtemps que les tests de missiles ne nous font plus peur.

Dans les nouvelles « importantes » de la journée, on notera que le New York Post a repris un fait divers genevois, puisque le torchon new yorkais reviens sur les dizaines de milliers d’euros que l’on a retrouvé découpés et fourrés dans les WC de « plusieurs restaurants du centre ville ». Le journaliste qui a rédigé l’article – qui doit avoir le QI d’un moule avariée – s’est fendu de deux ou trois lignes absolument mythiques qui n’ont d’égal que sa connerie et son incompétence. Et tout cela apparaît sur des sites de finance.. C’est vous dire si on n’a rien à dire.

Dans cet article qui relate un fait divers à deux balles, cet abruti de scribouillard a tout de même réussi à dire « l’Euro est considéré comme une monnaie étrangère en Suisse » – oui en effet, l’Euro est une monnaie étrangère en Suisse, c’est parce qu’en Suisse on utilise le Franc Suisse, je suis certain que le Rouble est aussi considéré comme une monnaie étrangère aux USA, malgré les liens de Trump avec la Russie. Et puis, deuxième phrase hautement journalistique : « La Suisse, qui est principalement connue pour cacher l’argent des riches étrangers »….

C’est bien, on voit que les mentalités évoluent. Je suis encore surpris que cet idiot n’ait pas mentionné la marmotte qui emballe le chocolat dans le papier d’alu… Surtout que la marque appartient quand même aux Américains de nos jours.

Après la nouvelle super-importante des billets de 500 euros dans les toilettes, nous avons aussi Trump qui se torche toujours avec la convention sur le climat, malgré les récents ouragans, parce que vous comprenez, ça n’a rien à voir et puis quand il aura fini de raser la Corée au nucléaire on verra bien ce qui restera du climat.

En première page du Wall Street Journal on estime que la récente correction du Bitcoin montre simplement le fait que la valeur réelle de la Cybermonnaie est de zéro… On ne fait pas dans le détail. Le Barron’s pense qu’Allergan peut monter à 300$ et ils saluent également le fait que l’indice des Semiconducteurs a « fait le break » et recommande plusieurs façons de profiter de la hausse qui va encore venir derrière. Profitons de l’occasion pour rappeler que le Philadelphia Semiconductor Index est considéré – historiquement – comme un indicateur avancé des marchés, si c’est vraiment vrai et si c’est vraiment le cas, on n’a pas fini de mettre les shorts à poil…

Ce matin le Bitcoin est de retour à 4’000$, 1’000$ en trois jours, c’est pas mal pour une fraude. Les futures sont inchangés et on attend LE MOMENT de vérité avec le Meeting de la FED, rassurez-vous, il faudra attendre demain soir tard pour le moment de vérité. Deux jours à rien faire de plus. Pour passer le temps, allez jeter des billets de 500 Euros dans les WC, ça occupera la police et les journalistes New-Yorkais.

Côté chiffres économiques, nous aurons le ZEW en Allemagne et en Europe ainsi que le Redbook aux USA. Pour le reste, si le marché continue comme ça, il devrait continuer à être aspiré vers le haut sans que l’on comprenne pourquoi. Le seul qui puisse faire quelque chose, c’est Rocket Man.

En ce qui me concerne, je vous souhaite une excellente journée et un très bon réveil et je vous retrouve demain pour de nouvelles aventures. Si vous ne savez pas quoi lire, vous pouvez également retrouver notre nouvelle chronique automobile qui s’intitule ce matin : « Le Faucon Millenium », sans oublier l’article de Serge Ledermann de chez 1959 Advisors, ce matin on parle reflation et Boucle d’Or. Il vous suffit de scroller pour les découvrir.

1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toutes opinions, informations de marché, notes de recherche, analyses, prix et autres notifications ont pour seul et unique but, de commenter l'évolution du marché des changes et ne constituent en aucun cas un conseil d'investissement. L’association les Econoclastes ne pourra en aucun cas, être tenu responsable de pertes ou dommages occasionnés, incluant sans restrictions des pertes ou manques à gagner, qui pourraient découler directement ou indirectement de l'utilisation de ces informations. © Copyright - Les Econoclastes - 10px - creation site internet