,

Les comptes des entreprises américaines au troisième trimestre 2014.

Les comptes des entreprises publiés avec la deuxième estimation du PIB conduisent à s’interroger sur leur profondeur économique.

La comptabilité nationale américaine publie chaque trimestre les comptes des principales entreprises du pays (9000) et les corrige de façon à les situer sur la durée.

La correction porte essentiellement sur  la normalisation des stocks et des investissements. Elle est évaluée lors des publications trimestrielles.

Les profits avant impôts, corrigés des stocks et des investissements atteignent 1283 milliards de dollars alors que les chiffres non corrigés  sont de 1546 milliards de dollars, soit 20 % de mieux que les chiffres corrigés.

La même observation peut être faite avec les résultats nets d’impôts. Les résultats non corrigés sont supérieurs aux résultats corrigés de quelque 30 %, 1148 milliards contre 884 milliards corrigés.

Il va de soi que les données non corrigées sont celles qui correspondent aux chiffres publiés par les sociétés de l’échantillon, dont celles du S&P 500. Ces données sont donc, à priori, globalement surévaluées.

Autre conséquence : tôt ou tard les sociétés devront reprendre les rythmes normaux d’investissements et de stockage qui pèseront  sur les résultats publiés. A l’heure actuelle, les insuffisances d’investissements qui constituent l’essentiel des corrections de bénéfices représentent entre 250 et 300 milliards de dollars par an.

S’ajoutent aux résultats réalisés sur le sol américain,  les résultats bruts  des filiales étrangères  qui apportent globalement autour de 400 milliards de dollars par an. Cette année ils sont en recul de 7% par rapport à la fin de l’année 2013.

Les résultats des sociétés financières sont présentés en valeur brute. Ces résultats représentent quelque 500 milliards de dollars par an, en recul de quelque 8% sur la fin de l’année 2013.

Au total les résultats bruts corrigés des 9000 sociétés américaines, non financières , financières et filiales étrangères, sont en très légère progression : +0.4 % sur un an ou +0.3% sur les trois premiers trimestres 2014. Ces progressions sont en retrait de celles des publications officielles des sociétés cotées. Cette tendance devrait peser sur les publications à venir des résultats des sociétés cotées.

Mais les sociétés ont toujours la ressource d’utiliser leurs cash-flows à racheter leurs propres actions à défaut d’investir…

Jean Borjeix

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *