,

« La fabrication de l’ennemi dans les démocraties »

Contrairement à ce qu’on peut lire dans les manuels de relations internationales, la démocratie n’est pas par elle-même porteuse de paix, sinon les colonisations française et britannique n’auraient jamais eu lieu, les Américains ne seraient pas en Irak et les Israéliens ne coloniseraient pas les Territoires occupés. À l’inverse, toute dictature n’est pas belliciste. Qui fabrique l’ennemi ? Fabriquer de l’ennemi suppose diverses étapes : une idéologie stratégique donnée, un discours, des faiseurs d’opinion que nous appellerons des « marqueurs » et enfin des mécanismes de montée à la violence. Les « marqueurs d’ennemi », ce que les Américains appellent les strategists qu’il faudrait ajouter à la catégorie des marqueurs identitaires des sociologues, sont multiples et différents selon les types de conflits. Si donc l’ennemi est une construction, il doit être possible d’en dresser une typologie : l’ennemi proche, le rival planétaire, l’ennemi intime, l’ennemi caché, la guerre du Bien contre le Mal , l’ennemi conceptuel enfin, l’ennemi médiatique. Si l’ennemi est une construction, il doit être possible de le déconstruire.MOINS

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *