,

Dis papa, comment on écrit C-A-P-I-T-U-L-A-T-I-O-N ?

para

Comme disait mon collègue; « Lundi noir, je connaissais, Vendredi noir aussi, mais Mercredi noir, c’est nouveau !!! »

Ce que nous vivons aujourd’hui est tout simplement HISTORIQUE, encore une fois, mais comme on oublie tout très rapidement on va dire que c’est historique, histoire de plaire aux médias. Tous les marchés sont en train de plonger comme un seul un homme, les chiffres économiques américains n’ont plu à personne, les chiffres publiés hier soir étaient bons, mais ce matin les analystes ont estimé que ce n’était pas assez bon quand même (p.ex Morgan Stanley qui passe Intel sur SELL), après vous pouvez choisir votre justification :

ISIS, Ebola, la Chine ralenti, l’Ukraine, l’Allemagne qui se traîne, la FED qui va resserrer les taux – pas tout de suite, mais forcément un jour – les matières premières qui partent en vrille, le pétrole à 81$, la peur de la déflation en Europe..  Je crois que je n’oublie personne.

Les rendement obligataires sont en chute libre, le 10 ans américain vient de passer de 2.2% à 1.86% à la vitesse de la lumière, le 10 ans allemand est à 0.75%, ce qui est en train de se passer est tout simplement inouï. Je ne sais pas si nous sommes en phase de capitulation, mais ça y ressemble fortement.

Et dire qu’il y a encore un mois, on nous sortait une IPO pour près de 200 milliards et TOUT LE MONDE trouvait ça normal parce qu’Alibaba, c’est trop cooooool… Et que de toute manière, le marché ne POUVAIT PAS baisser, parce que les Banque Centrales sont nos amies !!!

On a définitivement la mémoire courte. Mais c’est un grand classique. Même joueur joue encore, c’était comme ça en 2008, en 2000, en 1997, en 1996, etc… Reste plus qu’à ce que les médias « classiques » s’emparent de la folie du moment et nous aurons un magnifique cas d’école !!!

Pour faire simple, cette après-midi, nous essayons de faire évacuer le stade de Maracana par une porte de 50 centimètres de large… et ça va être compliqué.

Et puis bonus de la journée : la Grèce est en apnée et Athènes recule de 9%!!!

Il ne manquerait plus que l’on apprenne que la Deutsche Bank doive démonter ses positions en dérivés et que PIMCO liquide le fonds de Bill Gross….


Live World Indices are powered by Investing.com

Thomas Veillet

Investir.ch

3 réponses
  1. BA
    BA says:

    Italie : en 2007, les banques privées italiennes détenaient 12 % du PIB en obligations de l’Etat italien. Fin 2013, les banques italiennes détenaient 28 % du PIB en obligations de l’Etat italien !

    Espagne : en 2007, les banques privées espagnoles détenaient 7 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol. Fin 2013, les banques espagnoles détenaient 30 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol !

    Regardez bien les graphiques 3a et 3b :

    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=74349

    Ces graphiques montrent une accélération des achats d’obligations d’Etat à partir de décembre 2001, c’est-à-dire à partir du moment où la BCE a prêté 1019 milliards d’euros aux banques européennes.

    En clair : les banques italiennes ont utilisé les prêts de la BCE pour acheter des obligations de l’Etat italien. Elles en sont gavées.

    Les banques espagnoles ont utilisé les prêts de la BCE pour acheter des obligations de l’Etat espagnol. Elles en sont gavées.

    Normal : plus personne au monde ne veut acheter ces obligations d’Etat pourries.

    MAIS MAINTENANT ?

    Maintenant, les banques espagnoles sont dramatiquement sous-capitalisées. Maintenant, les banques espagnoles n’ont plus d’argent. Jeudi 16 octobre, elles ont été incapables d’acheter toutes les obligations émises par l’Etat espagnol.

    L’Espagne rate un emprunt obligataire.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/10/16/97002-20141016FILWWW00137-l-espagne-rate-un-emprunt-obligataire.php

    Directement ou indirectement, il ne reste plus que la BCE pour acheter les obligations de l’Etat espagnol, les obligations de l’Etat italien, les obligations de l’Etat grec, etc.

    Directement ou indirectement, il ne reste plus que la BCE pour empêcher la faillite généralisée de la zone euro.

  2. Rémi Laffitte
    Rémi Laffitte says:

    On y serait enfin donc ? Cool parce qu’on a failli attendre ! Bon, ça va sans doute être très très très grave mais maintenant j’aimerais comprendre ce qu’ont à perdre là dedans les 50% de français qui ne possèdent pas un traître euro d’épargne et particulièrement ceux qui sont déjà au chômage et encore plus particulièrement les au minimum 10 millions de français pauvres et encore plus plus particulièrement les centaines de milliers de sans abri… ne serait ce pas qu’ils aient tout à gagner ?

  3. zcraig
    zcraig says:

    Et bien, mon garçon… pour répondre à ta question.. CAPITULATION s’écrit presque comme CAPITALISATION.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *