,

Faut-il craindre une bulle immobilière mondiale ?

 

Une étude de la banque UBS vient de tirer le signal d’alarme : dans plusieurs villes du monde le risque de bulles immobilières est très élevé. Cette menace est-elle à prendre au sérieux ? L’analyse de Pierre Sabatier, économiste et directeur de PrimeView. Ecorama du 21 octobre 2016 présenté par David Jacquot, sur Boursorama.com.

Voir la vidéo

1 réponse
  1. emmanuel
    emmanuel says:

    C’est bien Pierre.
    Donc nous allons continuer la musique de cet expérimental monétaire comme si de rien n’était, avec des Entreprises qui peuvent à présent considérer la dette comme un actif…

    Amen donc…

    Alors me concernant j’ai une vision un peu moins enfantine de l’histoire…
    Et je dirai que la fin de l’histoire se joue au Japon.
    Penchez vous sur les résultats du dernier recensement au Japon.
    La conclusion brutale de celui ci est sans appel. Il y a au Japon plus de vieux de plus de 75 ans que de jeunes de moins de 14 ans.
    Donc la fin est proche quand des villes et des villages au Japon ne sont des à présent, ou potentiellement que des maisons de retraites…
    Pour le Japon la messe est dite…
    La génération montante sera dans l’absolue incapable de faire face aux besoins de ce qui constitue des à présent la base de la pyramide des âges.
    Donc comme vous le dites fréquemment il ne reste que la planche a billets.
    Et a présent ils en ont rendu a chercher avec celle-ci à administrer la courbe des taux pour les tenir coute que coute a 0, sans quoi le système implose.
    Administrer la courbe des taux n’a bien entendu aucune incidence sur le paramètre démographique qui lui est structurel.
    Donc la fin est proche: en d’autres termes le défaut de paiement…
    Et des à présent quelle valeur pour une brouette de Yen : sans aucun doute pas grand-chose sans le seul est unique créancier du système, à savoir la banque centrale.

    Et si défaut de paiement du japon il y a, a votre avis Pierre quel sera l’impact sur cette gigantesque bulle obligataire que vous décrivez, quand la panique s’emparera de tous les créanciers du système que nous sommes tous devenu plus ou moins malgré nous.
    Celle ci éclatera quand tous les créanciers se présenteront a la caisse du Casino et qu’on leur dira: les caisses sont vides…

    A l’éclatement potentiel de cette bulle obligataire les politiques pensent préparer le système en octroyant le droit aux institutions financières de bloquer les remboursements.
    Ce qui dans la prochaine panique n’aura qu’un seul effet, à savoir l’amplifier.
    L’histoire, la pauvre histoire humaine, est un eternel recommencement en matière de bulle: et toujours pour le même motif à savoir la cupidité.
    Et l’histoire depuis la bulle des tulipes se termine toujours de la même manière: avec du sang et des larmes.
    Maintenant cette bulle obligataire est tellement gigantesque que non seulement personne ne veut la voire, et surtout reconnaître qu’elle peut, mais en fait qu’elle va éclater.
    Cette bulle c’est résolument la mère de toutes les bulles.
    C’est un monstre, une chimère qui va finir par bouffer son créateur quand nous auront à gérer des crises de Banques Centrales, et que des monnaies papiers ne vaudront plus rien.
    Y a-t-il une bulle immobilière ???
    10 ans après 2006 nous nous posons de nouveau cette question. Et l’histoire humaine est bien dans l’absolue un éternel recommencement.
    Mon dieu qu’ont fait nos dirigeants pour le non moins fameux « plus jamais cela » : sans aucun doute rien du tout. De cette bulle en fait ils en sont les architectes.

    En vérité bulle immobilière ou pas peu importe, eu égard a ce monstre, cette gigantesque bulle obligataire insatiable dont on ne peut se défaire, et que l’on doit alimenter en continue avec de la fake money, avec de l’expérimental monétaire.

    Allez a suivre…
    A présent il n’y a que cela à faire…

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *