,

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent

Qui ne connaît pas cette célèbre citation que nous devons à Albert Einstein? Après cet énième sommet pour la Planète, que penser de la volonté de nos politiques de nous sortir de la panade climatique et de sauver l’humanité, et non la Planète qui se porterait bien mieux sans nous?

En 2002, Jacques Chirac avertissait déjà le monde entier :

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs »

La suite? 10 années de croissance mondiale « Made in Charbon » et l’énergie du « passé » responsable, pour ne pas dire coupable, de 60% de l’augmentation des émissions de CO2 depuis l’an 2000.

Evolution de la consommation d’énergie primaire et du PIB mondial de 1860 à 2012

Sources : Shilling et al. (1977), BP Statistical Review (2013), Banque Mondiale

15 ans plus tard, Emmanuel Macron avertit à nouveau le monde entier :

« Nous sommes en train de perdre la bataille »

La suite? Probablement pas grand chose tant vous n’entendrez pas les mots « charbon » ou « émissions importées » dans les beaux discours prononcés par nos chefs d’Etat lors de ces énièmes sommets « de la dernière chance », où vraisemblablement nous ne mettons pas toutes les chances de notre côté pour espérer gagner cette bataille.

Le problème

Que ce soit le Protocole de Tokyo ou les Accords de Paris, chacun des 196 pays ne regarde aveuglément que ses émissions locales de CO2 : par conséquent, la manière la plus efficace de les faire baisser est de tout simplement les délocaliser, ce que nous avons fait avec un succès certain depuis l’an 2000 en délocalisant nos usines des pays développés – Etats-Unis et Europe de l’Ouest – vers les pays émergents – Chine et Europe de l’Est.

Répartition de la production manufacturière mondiale entre
les pays développés et les pays du Tiers-Monde de 1840 à 2010 (en %)

Source : Thomson (2014)

De 2000 à 2010, 20% des usines mondiales sont passées des pays développés aux pays émergents, ce qui n’était jamais arrivé dans l’histoire de l’humanité dans un délai aussi court.

La solution

Instaurer une taxe carbone de 20€ la tonne sur la production d’électricité d’un ensemble de pays ayant encore l’ambition de gagner cette bataille et la compenser aux frontières de cet espace géographique pour éviter de se tirer une balle dans le pied, tout en renvoyant l’argent collecté par cette compensation aux frontières aux pays d’où proviennent les produits taxés, afin qu’ils puissent moderniser leur parc de production d’électricité et se passer au plus vite du charbon, encore à l’origine en 2017 de plus de 40% de notre électricité mondiale.

Part de la production d’électricité à base de charbon en Europe en 2013 (en %)

Source : Banque Mondiale

Bien évidemment, cela nécessite de faire une entorse aux règles du commerce mondial, mais la survie de l’humanité en vaut peut-être la peine … à moins qu’on ne lui préfère la survie de la Planète, auquel cas appuyons à fond sur l’accélérateur charbonique afin de la débarrasser au plus vite de ces 7,6 milliards de parasites!

La conclusion

Tant que nous regarderons nos émissions locales de CO2, qui ont baissé de 20% en France de 1995 à 2015, au lieu de notre consommation locale de CO2, qui a augmenté de 11% en France de 1995 à 2015, la Planète a de beaux jours devant elle, l’humanité un peu moins.

Nicolas Meilhan

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *