,

Dites-moi une chose que l’on ne sait pas

Ce qu’il y a de bien dans les marchés financiers, c’est qu’avec la même nouvelle, la même histoire, vous pouvez faire bouger environ 233 fois le marché dans tous les sens différents. Et encore, nous avons de la chance que les seules alternatives que nous ayons soit en haut et en bas, parce que si en plus nous pourrions aller à droite ou à gauche, là, ça deviendrait un vrai marché de professionnels.

Donc hier nous avons réagit sur trois choses que nous savions déjà, trois choses à propos des quelles nous tergiversons depuis au bas mot 6 mois à tel point que l’on ne sait absolument pas de quoi nous allons parler lorsque tout cela sera derrière nous.

Le premier sujet et peut-être celui qui présente le plus d’incertitudes, c’est l’Europe, la BCE et la bande à Draghi.

Si vous lisez cette chronique régulièrement, tout d’abord merci, parce que ça fait du trafic et augmenter mes recettes publicitaires, mais en plus vous aurez certainement prêté attention au fait que depuis quelques jours tout le monde « prends des positions » en comptant sur le fait que Super-Mario-Draghi va nous faire un « truc » ce jeudi. Tout le monde s’attend à qu’il vienne sur la scène en annonçant un fabuleux plan de « stimulus-économico-QEtesque » à base de baisse des taux et de parachutage de milliards sur le continent européen. Un de ces plans de stimulus qui est censé transformer la région en Eldorado, là où il n’y aura plus qu’à se baisser pour trouver de l’argent et que même travailler sera surfait, puisque qu’il va pleuvoir des billets de banques en automne, de l’or en hiver et des diamants le reste de l’année.

Sauf qu’hier nous nous sommes rendus comme que mis à part fantasmer sur ce que Draghi pourrait faire, il n’y avait rien de plus que de folles attentes. Il y a donc un trader, quelque part qui s’est soudainement levé de sa chaise et a hurlé à ses collègues, en s’arrachant les cheveux : « mais DEBLEUUU, et pis si Draghi y fait rien ??? ». À partir de là, tout le monde à commencer à vendre ses positions, à réduire l’exposition juste AVANT l’annonce de la BCE. En disant aux stagiaires et aux clients que l’on « est en train de faire du cash pour pouvoir acheter demain », alors qu’en fait la trouille, ça ne se commande pas.

Le marché Européen à donc rendu la plupart des gains qu’ils avaient accumulé à l’ouverture, en se disant « qu’après tout, on verra demain », demain qui est aujourd’hui en ce moment.

Ci-dessous un graphique qui vous présente les différents scénarios pour cette après-midi et les conséquences éventuelles. Bien que cela reste de la spéculation pure.

bce options

On notera au passage que les stars de Standard & Poor’s, ceux qui viennent après la pluie, on baissé le rating de Volkswagen – annonce qui a clairement désintéressé le marché au plus haut point, alors que des rumeurs font état de 13 ou 14 banques allemandes qui sont prêtes à prêter en moyenne 1.5 à 2 milliards à VW pour se sortir de la gonfle, quand au consommateur moyen, il a râlé pendant 2 semaines sur l’histoire du diesel, mais là, les ventes semblent déjà être de retour à la normale. Après tout, la planète est déjà foutue, alors un peu plus ou un peu moins, qui s’en préoccupe encore. Entre l’écologie et une nouvelle Touareg TDI de 340 chevaux, il y a de quoi hésiter.

L’autre sujet de la journée d’hier – et pas le moindre – c’était Madame Yellen qui parlait devant le « Club économique de Washington » – d’ailleurs cela me fascine toujours de voir qu’il y a des gens à un certain moment qui se sont dit : « tiens, si on fondait un club où on se réunirait le soir pour parler d’économie et écouter des gens nous dire ce qu’ils pensent sur le sujet » – mais là n’est pas le sujet.

Madame Yellen a donc parlé hier soir. Et si, parmi vous, il y a quelqu’un qui avait encore un doute sur le fait que la FED va monter les taux dans 13 jours, je crois qu’il peut tourner la veste et se ranger dans le camp de Madame Janet.

perquisElle a déclaré que, selon elle et son jugement (qui sont clairement deux personnes différentes si l’on en croit le nombre de fois qu’elle a utilisé le terme « mon jugement »), donc elle et son jugement pensent que la croissance économique US est suffisante pour monter les taux. De plus, le jugement a ajouté que si il montait les taux plus tard, ça risquait de faire plus de mal que de bien.

En résumé, le marché de l’emploi est au top de sa forme, on l’a vu le mois passé et l’on devrait le revoir demain encore, la croissance et l’inflation ne sont pas encore en parfait état, mais d’ici quelques semaines, cela devrait se régler sans autre soucis, de plus, sachant que ces deux trucs ont l’inertie d’un paquebot de 350 mètres lancé à 50 à l’heure, il faut un peu de temps pour que l’on parvienne à interpoler une croissance de 2%, un marché de l’emploi en plein boom et une hausse des taux chirurgicale pour maitriser tout ce beau monde.

Pour faire simple, Madame Yellen a dit qu’elle allait monter les taux, mais sans dire expressément « jevaismonterlestaux »… Visiblement elle a fait d’énorme progrès en communication de langue de bois. Et pour couronner le tout, le Beige Book corrobore les déclarations de Yellen. Un plan qui se déroule sans accroc je vous dis.

Du coup le marché a baissé parce que l’on était trop proche des new highs, que le pétrole était faible, que le dollar était fort, que les taux allaient monter, vous choisissez ce qui vous fait plaisir.

Mais les taux ils vont monter.

Et puis le troisième sujet de la journée d’hier, c’était le pétrole. Il se trouve qu’hier soir il y avait les inventaires de l’EIA et il se trouve AUSSI que ces derniers étaient bien plus hauts que ce que l’on attendait, que ce que l’on espérait. C’est un peu ce que je me tue à vous répéter depuis plusieurs jours :

1) les stocks augmentent
2) la production ne diminue pas
3) la consommation n’est pas au top
4) et le dollar est fort…

Avec ça, il faut m’expliquer pourquoi le pétrole devrait monter. Mais hier on a pris conscience de ces 4 états de fait, comme si cela venait de tomber du ciel.. Le baril s’est donc pris près de 4% in the face et passait sous les 40$ pour la troisième fois en trois mois. Ce matin il est repassé en-dessus, puisqu’il traite à 40.40$, mais le support est en train de se fragiliser et un de ces 4, ça va bien finir par lâcher. À moins que l’OPEP, qui se réunit bientôt, fasse quelque chose. Quelque chose comme baisser la production, mais, bien que l’Arabie Saoudite vienne de répéter qu’ils voulaient bien réduire la production si tout le monde le fait ensuite, on sait que les autres pays ont moyennement envie de réduire… C’est un peu comme quand vous êtes avec des copains en haut du plongeoir des 10 mètres et que vous vous dites mutuellement que « tout le monde saute à 3 » que finalement les trois-quarts redescendent par les escaliers sans avoir rien fait.. L’OPEP, c’est pareil…

Comme disait Martin Riggs : « On compte 1,2,3 et on y va ou 1,2 et on y va ? »

Pour conclure le bilan de la journée d’hier :

On a baissé en Europe parce que l’on a pris conscience que l’on ne SAIT PAS ce que va dire ou faire Draghi dans quelques heures, comme depuis 3 mois. On a baissé aux USA, parce que la probabilité de la hausse des taux est plus que probable, comme depuis 2 mois. Et le pétrole s’est fait défoncer parce que les producteurs produisent trop, que les stockeurs stockent trop et que les consommateurs ne consomment pas assez, comme depuis 6 mois…cop21

Vous voyez, en ce moment, on baigne dans le réchauffé et les choses que l’on sait déjà. Mais ce qu’il y a de bien avec les marchés financiers, c’est que nous sommes passés maîtres dans le fait de faire du neuf avec du vieux.

Pendant ce temps, l’or est au plus bas depuis 6 ans. Nous sommes à 1052$ ce matin, mais nous avons touché les 1045$. Ce qui est inquiétant pour l’or, c’est qu’il rebondit de moins en moins haut et qu’il fait à chaque fois des nouveaux plus bas. Si je me souviens bien de mes cours d’analyse technique, ce n’est pas bon signe.

Pour ce qui est des nouvelles du jour, il n’y en a pas. Tout le monde est mode analyse de ce qui s’est passé hier, attente de Draghi à 13h45, attente des chiffres de l’emploi de demain, analyse des échanges de noms d’oiseaux entre Poutine et Erdogan, ainsi que le constat de l’implication de la Royal Air Force dans la guerre contre les « bas de plafond » l’ISIS.

On notera aussi que la Livre est passée sous les 1.50 contre dollar, que le billet vert se renforce encore et encore, que ce n’est que le début, d’accord, d’accord et que l’on commence tout de même à se poser des questions, puisque si l’on part du principe que les taux vont monter aux USA, ce qui est mauvais pour les actions, que di facto, le dollar devrait continuer de se renforcer, d’autant plus que la BCE va baisser ses taux et injecter du fric, on peut se demander à quoi vont ressembler les prochaines saisons des résultats, sachant que ça fait six mois que les compagnies américaines couinent que le dollar fort leur fait du mal. Et le dollar TRÈS FORT, il leur fait quoi ?

oilDans le Barron’s on nous dit que la COP21 et le prochain meeting de l’OPEC à Vienne vont déterminer l’avenir du baril. On est donc content de savoir qu’une brochette d’hommes politiques qui se goinfrent dans des dîners de gala à longueur de journée – hommes politiques qui sont venus en avion avec une montagne de délégués qui ne servent à rien – vont servir à modifier la courbe du baril et de l’autre côté on a une brochette d’égoïstes qui ne pensent qu’à leur propre portemonnaie et qui comptent majoritairement sur les sacrifices des autres pour s’en sortir eux-mêmes… Je ne suis pas certain que l’avenir du pétrole soit rose…

Le même journal estime également que l’or peut FACILEMENT perdre 15% encore. Et ils recommandent d’acheter Kearny Financial estimant que le titre est vraiment trop bon marché.

Et puis si vous cherchez un bouquin pour caler un meuble, ou utiliser les pages pour allumer le feu cet hiver, sachez que Raoul Weil ex-star de l’UBS qui « n’y est pour rien dans les montages d’évasion fiscale aux USA », puisqu’il a été acquitté, va sortir ses « mémoires ».

Alors personnellement, je vais vous dire, je préfère me faire l’intégrale de Barbara Cartland, puis de lire la totalité des mémoires de Nabilla en sens inverse, plutôt que de lire ne serait-ce que le résumé du bouquin de Raoul…

Côté chiffres économiques, je ne sais pas si je vous l’ai dit, mais il y a la BCE qui se réunit aujourd’hui et Draghi qui va faire son coming out à 13h45, discours à 14h30 avec champagne pour tout le monde. Il y aura aussi le chômage en France, les PMI’s des services en Europe, les retail sales en Europe, le Challenger Job Cuts aux USA, les Jobless Claims, Factory Orders, ISM Non-Manufacturing et PMI des services.

Pour le moment les futures sont en hausse de 0.15%. L’Euro/$ est à 1.0589, le Yen vaut 123.45, le GBP est à 1.4926 contre dollar, le rendement du 10 ans US est de 2.19%, le Bitcoin s’échange à 363$ et l’Euro/Suisse vaut 1.0808.

Quand au $/Suisse, il se traite à 1.0206.

Voilà. C’est tout pour ce matin. C’est tout pour hier et pour être franc, jusqu’ici, il n’y a pas de quoi être surpris. Là où l’on va rire, c’est cette après-midi si Draghi ne fait rien.

1 réponse
  1. Baya
    Baya says:

    Cet article est a mourir de rire.

    Mais ne soyons pas injustes a l’egard des banquiers centraux et marches financiers. Ils trouveront bientot de nouvelles armes imparables pour predire et controler la croissance: instituer l’astrologie comme outil officiel de prediction economique, organiser des sacrifices rituels de CDO pour invoquer la croissance, piquer d’aiguilles une poupee vaudou a l’image de Poutine, etc..

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *