, ,

Pablo Servigne – Effondrement de la civilisation ?

Interview de Pablo Servigne par Thinkerview en direct le 23 février 2018 à 19h.

(CC BY-NC-SA 4.0)
Cette œuvre vidéo et sonore de Thinkerview est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Mettre obligatoirement un lien vers la source originale entière en cas de réutilisation. Merci.

3 réponses
  1. Electron libre
    Electron libre says:

    Il faut être aveugle pour ne pas voir que nous sommes à la veille de la deuxième fin de cycle de la civilisation humaine.
    De très nombreux problèmes vont continuer de prendre des aspects exponentiels.
    C’est du hard qui nous attend.

  2. diariofeliciano
    diariofeliciano says:

    «le développement de la solidarité entre les humains, laquelle, si elle est menée à l’excès, peut déboucher sur le communautarisme, le collectivisme, le socialisme, le communisme, qui sont par eux-mêmes destructeurs de civilisation, parce qu’ils finissent par écraser la liberté individuelle au nom du bien commun. Or, là où la liberté individuelle est étouffée, il n’y a plus de créativité, d’inventivité, de recherche autonome et la civilisation entre en décadence». Pierre LANCE nice-provence.info/blog/2017/11/14 «Toutefois, lorsque l’on dit que la sélection naturelle favorise les forts et élimine les faibles, il faut bien retenir qu’il ne s’agit pas seulement, ni même essentiellement, de force ou de faiblesse physiques, mais surtout, notamment au sein de l’humanité, de force ou de faiblesse dites «de caractère», c’est-à-dire mentales, nerveuses, psychiques. Or, il apparaît clairement que la civilisation moderne, lorsqu’elle développe exagérément la solidarité, multiplie à l’envi le nombre des «faibles», tandis qu’elle surcharge et épuise les «forts», ce qui la conduit vers la décadence et, à long terme, met en danger la survie même de l’espèce». Pierre LANCE nice-provence.info/blog/2017/11/14

  3. emmanuel
    emmanuel says:

    Trop d’une chose, tue la chose. Il y a trop d’humains sur terre. 1 milliard en 1900, 7 milliards en 2018. Rien à ajouter merci bonsoir.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *