BFM du 6 mai 2015 – Où va le prix du pétrole ?

Benjamin_Louvet_BFM

Benjamin Louvet, éconoclaste et associé spécialiste des matières premières chez Prim Finance, commente la récente remontée des prix du pétrole. Si les plus bas du pétrole sont sans doute derrière nous, la hausse actuelle semble trop rapide.

« Quand les prix du pétrole ont baissé on a voulu y voir quelque chose de très positif pour l’économie. Maintenant que les prix du pétrole remontent on veut y voir quelque chose de très positif pour l’économie. »

Si le pétrole remonte aujourd’hui selon notre éconoclaste, c’est principalement pour 3 raisons.

  1. « On a une reprise de la demande […] le nombre de miles repart à la hausse » et la driving season arrive.
  2. Côté offre, des inquiétudes montent, avec par exemple les frappes saoudiennes au Yémen.
  3. Les Saoudiens ont remonté leur prix de vente vers les Etats-Unis et l’Europe.

En conséquence, si on regarde le ratio positions longues sur positions vendeuses sur le WTI aujourd’hui on a un résultat de 6 points « avec 8 à 15% de perte derrière ces prises de positions. »

Néanmoins, du côté des émergents et de la Chine « rien de tangible » concernant la demande en pétrole.

« La Chine profite des prix bas pour augmenter ses stocks stratégiques mais on n’a pas de demande drivée par l’augmentation de la consommation et de la croissance. »

D’un autre côté, une guerre est lancée au niveau de l’OPEP : au mois de mars la production de barils à augmenter de 1 million par jour.

Enfin, si l’on pense que la baisse des prix du pétrole est bien enterrée : « ça n’est pas aussi simple que ça » car « il y a une législation aux Etats-Unis sur les concessions que vous obtenez pour faire vos forages qui exigent […] que vous devez mettre en production votre pétrole dans l’année qui suit l’obtention de cette concession. » Or ce qu’on a vu ces dernières années, et derniers mois, des suites des problématiques de stockage liées à des coûts importants, c’est que beaucoup de compagnies ont commencé à forer des puits sans les mettre en activité pour être prêtes en cas de remontée des prix.

Par conséquent, des compagnies ont relancé des productions de pétrole au niveau du baril actuel pour ne pas perdre leurs concessions vu que les prix ont déjà ré-augmenté. Mais cela va imposer une stagnation des prix suite à l’augmentation de l’offre, voir même réorienter les prix vers la baisse.

Au final, on peut imaginer une nouvelle baisse des prix du pétrole à venir, bien que moindre que ce qu’on a pu connaitre.

Rédigé par Raphaël Becanne

1 réponse
  1. emmanuel
    emmanuel says:

    L’alignement des planètes n’était donc qu’un concept foireux de plus.
    Le désarroi est tel que les élites digerentes en sont revenues à la vieille lune de la stagnation séculaire.
    A suivre…

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *