,

La fameuse indépendance énergétique américaine…

Un peu (beaucoup) lassé que l’on nous rabâche à longueur de journée la fameuse indépendance énergétique américaine grâce à la révolution du pétrole de schiste, et donc son éloignement de sa station essence historique, l’Arabie Saoudite, rétablissons la réalité des faits en 2 images, qui valent 2000 mots.

 

Commençons par remettre l’église au centre du village. On oublie un peu trop vite que les Etats-Unis sont le premier importateur mondial de pétrole brut et ce depuis plus de 40 ans, même si ils ont été rejoints temporairement par le Japon entre 1980 et 1985.

Avec 7 millions de barils de pétrole brut importés tous les jours pour satisfaire plus de 40% de leur consommation journalière de 16 millions de barils, on ne peut pas encore exactement parler d’indépendance énergétique, d’autant plus que les importations de pétrole brut augmentent en ce début 2016 pour la première fois depuis 2005!

 

Importations nettes de pétrole brut des 5 plus grands pays importateurs de pétrole de 1986 à 2015 en millions de barils par jour

Oil imports

Source: EIA, BP

Quant à leur soi-disante indépendance énergétique vis-à-vis de l’Arabie Saoudite, ce n’est pas encore pour tout de suite. En 2015, 1.1 million de barils par jour, soit 15% des importations de pétrole brut américaines, provenaient encore de leur station service historique, devenu second pays exportateur de pétrole vers les USA derrière le Canada. Avant la révolution du pétrole de schiste débutée en 2011, les importations de pétrole brut en provenance de l’Arabie Saoudite s’élevaient à …. 1.1 million de barils par jour , ce qui représentait alors 12% des importations de pétrole brut. Toujours pas ce que l’on pourrait qualifier d’une quelconque indépendance à mes yeux!

Importations nettes de pétrole brut aux Etats-Unis de 1973 à 2015 par pays d’origine en millions de barils par jour

Imports by country

Source: EIA

En bref, les américains vont devoir continuer encore un certain nombre d’années leur schizophrénie qui consiste à condamner très fermement les têtes coupées par l’Etat Islamique tout en fermant les yeux sur celles coupées par l’Etat Saoudien. Et nous aussi d’ailleurs avec les 8 milliards d’Euros d’armes que nous avons vendues ces 5 dernières années à notre principale station service, à qui nous achetons 20% de nos importations de pétrole pour la modique somme de 10 milliards d’Euro tous les ans!

Exportations d’armement de la France entre 2010 et 2014, en millions d’Euros

exportations d'armes france

Sources: Ministère de la Défense, Sipri

Nicolas Meilhan

Les jolis dessins sont extrait de la présentation « L’économie et la géopolitique revues et corrigées au travers du prisme de l’énergie » publiée sur Slideshare

6 réponses
  1. Julien
    Julien says:

    ok, à noter que les US produisent quand même plus de cinquante pour cent de leur pétrole. La baisse de leurs importations à long terme pourrait renforcer leur indépendance sur la scène internationale, ce qui ferait certainement le jeu des républicains qui essaient de rallier Mexico et le Canada dans un bloc énergétique nord américain.
    http://julientrom.blogspot.ch/

  2. emmanuel
    emmanuel says:

    En fait c’est a priori un problème de capacité de raffinage de leur pétrole de schiste qui contraint les USA à importer du pétrole conventionnel.
    A présent que les pétroliers Américains ont le droit d’exporter, ils vont remédier à ce problème.

    L’offre me semble effectivement pléthorique si l’on s’en tient a l’évolution des cours depuis que l’on s’est rapproché un peu plus d’une conflagration ultime entre Sunnites, et Chiites.
    Dans la configuration d’avant 2008 le scénario aurait été différent pour la haute spéculation sur les futurs.
    Le potentiel de production de deux Arabis Saoudite, et un affaissement continu de la demande Chinoise sur le long terme, c’est ce scenario que semble jouer la spéculation…

    Et le pétrole se rapproche petit a petit des cours d’avant la montée en puissance de la demande Chinoise qui a connu un cout d’arrêt en 2008.
    Les prix entre 2009 et juillet 2014 ont été tiré par la haute spéculation.
    Haute spéculation abreuvée de liquidité déversée par tout cet expérimental monétaire.

    Pour faire remonter les cours on stock le pétrole à présent dans un monde sans croissance absolue pour laquelle il n’existe plus de levier.
    Et les pics de croissance que l’on connait depuis 2008 ne correspondent qu’à des phases de reconstitution des stocks
    Et les entreprises sont confrontées à des surcapacités de leurs outils de production pour lesquels elles n’ont aucune raison d’investir.

    Pour le pétrole le peak oïl a effectivement été dépassé en 2008. Tout ce qui était rentable à exploiter en dessous de 30$ appartient à un ancien monde.
    Et les cours sont malgré tout tirés vers le bas par un gigantesque trou noir déflationniste dont nous avons peut être dépassé l’horizon. Et qu’importe la quantité de monnaie de singe imprimée.

    C’est la fin de l’ancien monde dans lequel la croissance absolue était tirée par de l’hyper dette; cet huile de vidange qui a fait tourné le moteur a croissance pendant si longtemps, que le moteur s’est définitivement arrêté.
    Le « encore plus de dettes à présent », c’est la mort des monnaies in fine, et une crise financière terminale.

    C’est la fin d’un monde. Et nous devons nous mettre en quête d’un nouveau modèle pour une croissance qui tout au plus ne peut qu’être relative.
    Quand nos digérant s’attendent à un retour des 30 glorieuses tiree par un effet richesse via le pétrole…
    Nos digérants sont toujours figées dans le paradigme des 30 glorieuses achevées il y a 46 ans.
    Et s’il n’y avait que nos digérant.
    Et c’est le principal problème.

  3. Tom
    Tom says:

    Cela veut peut être simplement dire qu’ils achètent en masse comme les chinois non pas par besoin comme vous semblez le croire mais pour le stocker vu que c’est pas cher, une façon d’amplifier les réserves stratégiques …

  4. Nicolas Meilhan
    Nicolas Meilhan says:

    Ou bien cela veut dire que

    1. Leur consommation augmente – nouveau record de 20 millions de barils par jour de produits pétroliers consommés la semaine dernière
    http://www.eia.gov/dnav/pet/pet_cons_wpsup_k_4.htm

    2. Leur production baisse
    http://marketrealist.com/2016/05/us-crude-oil-production-sees-significant-fall-whats-next/

    Concernant les réserves stratégiques de pétrole, la tendance aux Etats-Unis est plutôt à la vente qu’à l’achat
    http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-10-27/u-s-plans-to-sell-down-strategic-oil-reserve-to-raise-cash

  5. sassy2
    sassy2 says:

    « républicains qui essaient de rallier Mexico »

    le Mexique disposerait de grosses reserves de shale
    on ne peut pas dire que trump n’a pas deja commencé la negociation

  6. Bouddha Vert
    Bouddha Vert says:

    La gifle qu’aura administré l’Arabie Saoudite à l’économie pétrolière américaine ne semble pour l’instant pas provoquer de réponse, peut être pour garder le shale-oil pour plus tard quand il sera plus cher.
    Cependant j’imagine que les EU vont rappeler que « leur mode de vie n’est pas négociable », dixit G BUSH!
    Et si le monde ne peut plus augmenter autant qu’auparavant sa production d’or noir mais que les EUA en veulent toujours autant voir plus (1,5 millions d’étasuniens en plus en 2015 ) alors la guerre des volumes va vraiment se mettre en branle et l’avenir prendre un tout autre habit.
    Cette « indépendance », toute relative, merci pour votre travail d’éclaireur, va devoir certainement passer une fois de plus par des moyens exotiques.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *