,

Dopage Financier Américain : Dernière ligne droite

Depuis l’élection présidentielle américaine, les marchés ont terminé 10 fois en hausse sur 14 séances et le S&P500 est en hausse de 3.4% depuis que l’Amérique est « great again ». Pendant ce temps, le Russell 2000 a aligné 15 séances de hausse consécutives. La semaine passée était également la troisième semaine de hausse consécutive pour les marchés financiers. Ça va donc plutôt pas mal. Il faut néanmoins noter que si l’on est monté de 3.4% en dix séances, 0.34% de hausse par séance, c’est tout de même moyennement excitant.

Mais peu importe, ça monte et même si personne n’y croit et personne n’est vraiment satisfait de la hausse, c’est comme ça.

Après la semaine raccourcie de Thanksgiving, nous allons donc nous concentrer à nouveau sur les chiffres économiques, pour avoir des nouvelles intéressantes, il faudra attendre vendredi, pour la publication des Non-Farm Payrolls, chiffres de l’emploi américains qui seront le dernier barrage possible avant la hausse des taux annoncées du mois de décembre. Le but du mois qui vient sera de conserver les gains accumulés patiemment durant l’année et espérer que l’on parviendra à conserver notre avance et battre de nouveaux records d’altitude, comme nous l’avons fait encore vendredi à New York, alors que la moitié des traders étaient restés à la maison pour profiter du Black Friday. À noter au passage, bien que l’on ait passé notre année à gémir de la performance « injustifiée » des marchés boursiers, que le S&P500 est en hausse de 8.29% depuis le premier janvier. C’est plus dur en Europe où le Dax est toujours en terrain négatif, de peu, mais en négatif quand même et c’est pire en Suisse où le SMI est en baisse de 10% sur l’année.

Nous voici donc dans un no man’s land jusqu’aux chiffres économiques et au meeting de la FED, la semaine passée, les Minutes du FOMC Meeting de novembre ont été publiée et pour ceux qui avaient encore un doute, il semble que la majorité des membres de la FED se sont déjà fait à l’idée de monter les taux en décembre. La question que l’on se pose, c’est QUID de l’année prochaine, sommes-nous dans un nouveau cycle de hausse des taux qui pourrait s’accélérer ? La croissance et l’inflation sont-elles aussi ingérables que cela ? Trump va-t-il vraiment accélérer l’économie US aussi rapidement que cela ? Et l’Europe ? Est-ce que l’on sait ce que le que mot croissance veut encore dire ?

Tant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans les mois à venir alors que nous entrons dans la phase « roue libre » du mois de décembre.

La bonne nouvelle du jour c’est que l’or a arrêté de baisser, ce matin il est à 1196$ et semble refuser de chuter plus violemment, malgré la rupture des supports psychologiques des 1200$ depuis quelques jours. Côté pétrole, c’est à nouveau la soupe à la grimace et l’absence d’accord officiel de la part de l’OPEP continue de stresser tout le monde. Ce matin le baril est à 45.90$ et techniquement, tout cela semble ressembler fortement à une figure de « tête-épaules » et ce n’est pas de très bonne augure pour le baril à court terme. En revanche, ça n’a pas grand-chose à voir, mais le rendement du 10 ans US est au plus haut depuis près de 18 mois, pendant que le dollar relâche un peu sa pression sur le reste du monde.

Ce matin l’Asie est en hausse, Hong Kong avance de 0.87%, pendant que la Chine progresse de 0.67% et que le Japon marque le pas en reculant de 0.25%, mais il faut dire que le Japon a pleinement profité de la hausse ces dernières deux semaines.

Dans les nouvelles du jour, on retiendra donc la victoire de François Fillon aux primaires de la droite en France, l’homme aux gros sourcils pourrait donc bien devenir le futur-président français et barrer la route à Madame LePen, puisque la gauche semble d’ors et déjà exclue de la fête, à moins que Macron surprenne tout le monde ou que Hollande apprenne à marcher sur l’eau d’ici le mois de mai. Ce n’est pas non plus ce qui devrait changer la destinée des marchés financiers en Europe.

Autrement on notera que les investisseurs étrangers sont en train de retirer leurs billes à l’aube du référendum italien, on ne sait jamais ce qui pourrait passer. Surtout que selon le FT, si Renzi perd le référendum, c’est jusqu’à huit banques italiennes qui pourraient mettre la clé sous la porte. On constate donc pas mal de vendeurs du côté de Milan. Il faut également retenir qu’aux USA, durant le week-end de Thanksgiving, il y a eu plus de shopping sur le net que dans les vrais magasins. Les dépenses on-line étaient en hausse de 18% alors que les in-stores étaient en baisse de 10%. Et cela représente 109 millions de personnes qui faisaient du shopping sur le net contre 99 millions sur le terrain. Le reste mangeaient la dinde et regardaient les Vikings contre Détroit.

trump

Et puis selon un article du Seoul Economic Daily, Samsung est en train de se tâter pour « spliter » la compagnie en deux. Il y a un investisseur activiste qui pousse derrière pour que le fabricant du Galaxy se mette au clair dans ses multiples opérations.

Le Barron’s revient sur les promesses de Trump de baisser les impôts des sociétés de 15%. Cela devrait effectivement avoir un impact sur l’économie, mais selon le journal, 15% ne sera pas suffisant, il faut aller jusqu’à 22% pour avoir un résultat valable. Autrement ils aiment bien Baker Hughes et pensent que sa nouvelle structure pourrait faire de la société un « winner » potentiel.

Côté chiffres économiques, nous aurons la confiance du business en Italie, ainsi que la confiance du consommateur. En Europe nous aurons le M3 Money Supply, le Business Climate, le Consumer confidence et Draghi qui parlera. Aux USA, on se remet gentiment de la dinde et nous n’aurons que le Dallas Fed Manufacturing Index.

Pour le moment, les futurs sont en baisse de 0.16%, l’Euro/Dollar est à 1.0648, le Yen vaut 112.12, la Livre se traite à 1.2492 et le Dollar/Suisse s’échange à parité. L’Euro/Suisse est à 1.0751. Le Bitcoin vaut 733$ et le rendement du 10 ans US est de 2.33%.

2 réponses
  1. Lincoln
    Lincoln says:

    Si M Trump veut vraiment la baisse de l’IS à 15-20 %, il n’y aura pas de hausse de taux. A mon avis les deux sont contradictoires.
    A l’OPEC je doute que l’Arabie des Saud (donc dynamique propre), et Iran (qui est en « Révolution Permanant ») parviennent a une règlement.
    Ils sont en guerre en Syrie et au Yémen. Et les Sauds sont vaincus partout. On parle d’installation future de base navale Russes
    et Iranien permanent au Yemen !
    Et le propagande d’état, AFP nous abreuve de « nouvelle guerre froid » entre US et Russie…
    Bravo

    Dormez,dormez mes bon dindes, on veille sur Vous.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *