,

FAANGSHIT

Il y a un nouveau terme dans le monde de la finance, FAANGSHIT. Il n’y a pas besoin de chercher très loin, c’est l’acronyme de Facebook-Apple-Amazon-Netflix-Google et de… SHIT. Bref, vous voyez quoi. Vendredi passé, un chroniqueur a débarqué avec ce nouveau terme après ce qui s’est passé sur les technos durant la séance.

Globalement, si l’on regarde rapidement les indices en clôture vendredi soir, on peut se dire que la journée aura été comme les 312 dernières ; pas forcément très « fun » et pas très intéressante et on pourrait même se dire que l’on a bien fait d’ouvrir une maison d’hôte dans le sud de la Provence, plutôt que de rester travailler dans une banque.

Pourtant, en y regardant de plus près, il s’est quand même passé quelque chose. L’Europe a terminé en hausse, parce que soudainement on s’attendait à un BREXIT qui se passerait pas trop mal, malgré la danse que s’est prise Theresa May lors du dernier scrutin britannique. Allez savoir pourquoi les gens pensent cela, mais ça fait longtemps que j’ai renoncé à comprendre quoi que ce soit aux analyses politico-économiques.

Et puis vendredi soir, le Dow Jones a terminé en hausse, pendant que le Nasdaq se faisait démolir et plongeait de 1.8%, voir même 2.5% sur la version Nasdaq 100. Pas de nouvelle spéciale, mais des volumes titanesques sur les 5 stars de ces derniers mois. Comme si tout le monde voulait finalement prendre les profits avant le week-end. Les mouvements sont spectaculaires. Au-delà du Nasdaq 100 qui se prend 2.5% dans les dents, le tarif est plus ou moins similaire pour tout le monde : Facebook FB, -3.30% Amazon AMZN, -3.16% Apple AAPL, -3.88% Netflix NFLX, -4.73% et Google GOOG, -3.41% . La sanction était unanime et personne n’a fait le malin. Et puis surtout les volumes étaient impressionnants, si l’on prend l’exemple d’Apple, le volume de la journée était 2.5 fois supérieur à la moyenne de ces 8 derniers mois. Et c’est pareil sur le reste.

Ce qui est le plus étonnant, c’est que ce matin, presque personne n’en parle. Alors soit, le marché n’est pas en baisse de 22% sur le week-end, mais le « reversal », le retournement de tendance AVEC du volume est tout de même significatif. Le club des 5, les FAANGS, ont perdu 100 milliards de capitalisation boursière en 1 jour. C’est un peu comme si Bill Gates était ruiné en 24 heures.

Sans compter que le bain de sang ne se concentre pas uniquement sur ces 5 là, toute la techno, toutes les stars de ces derniers mois ce sont faites flinguer.

Mais personne n’en parle. Personne n’ose aborder les volumes monstrueux qui ont été échangés vendredi et qui ont dessinné un des retournements les plus spectaculaires de ces derniers mois. J’ai même été sur le site de CNBC et du Barron’s ; pas un seul éditorialiste pour nous dire : je vous l’avais dit !

Alors avant de tirer des plans sur la comète, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, mais il faut tout de même reconnaître qu’il s’est passé un truc, sans qu’une seule vraie nouvelle ait été communiquée vendredi. Un peu comme si tout le monde voulait sortir du stade du Camp Nou par une porte de 40 centimètres de large. Ça ne passe pas. Oui, vendredi soir, ça bouchonnait sérieusement sur le Nasdaq.

En plus du retournement groupé offert par les FAANGSHIT, il faut aussi signaler qu’à l’intérieur de tout cela, il s’est passé des « mini-flash-crash » sur tout le groupe. En effet, à 14h45, heure de Wall Street, les 5 stars de la finance se sont toutes prise des volées de bois vert, et à 14h46, Amazon, par exemple, perdait 6% à une heure de la clôture. De la à penser que les géniaux algorithmes de la finance qui gagnent de l’argent à tous les coups se sont emballés, il n’y a qu’un pas.

Pas que j’adorerais franchir, tellement je suis persuadé qu’un de ces jours, ces fabuleuses machines à pognon vont s’emballer et nous coûter un des krachs les plus mémorables de l’histoire.

Bref, un REVERSAL magistral vendredi, des volumes que l’on n’a plus vu depuis des mois, la volatilité qui remonte à peine et personne qui parle de la chose dans les médias, moi je dirais qu’il se passe quelque chose. Pas qu’il faille paniquer et stocker des boîtes de conserves, de la farine et du riz dans vos caves à la place de vos VTT’s, non, mais qu’il faut tout de même garder un œil sur ce qui est en train de se passer.

Ce week-end un broker japonais a déjà pris les devants et il a downgradé Apple. Autant essayer d’être un des premiers. Vous vous rendez compte ? Ils ont fait bosser un analyste pendant le week-end pour arriver à nous sortir un downgrade dimanche soir alors que tout le monde séchait encore ses larmes sur la défaite de Wavrinka, mais que font les syndicats !!!

En gros, vendredi, il s’est quand même passé un truc. Pendant ce temps, l’or qui était censé faire son coming-out à 1280$ est finalement encore une fois revenu à la niche à 1268$. Le pétrole est à 46$ et toujours pas un mot de Goldman Sachs ou de l’OPEP, on se regarde en chiens de faïence et c’est le premier qui va dégainer qui risque de remporter le premier prix ; une semaine de vacances à l’ombre d’un derrick, tous frais payés.

Dans les nouvelles du jour, Macron a encore fait un carton aux législatives et son mouvement « en marche » devrait ramasser la majorité des sièges à l’Assemblée. C’est un succès sans précédent, sauf que plus de la moitié des français s’en foutent comme de leur première baguette, puisque le taux de participation est au plus bas depuis l’après-guerre. La politique semble être devenu le dernier de leurs soucis, maintenant ils ont un Président « cool » qui fait des blagues à la télé et on se fout totalement de savoir qui fera les lois pendant 5 ans. Au pire on ira faire la grève dans la rue en septembre.

Autrement, il y a un gars qui a payé 2’679’000 $ pour manger avec Warren Buffet. On espère qu’il pourra au moins choisir le vin et qu’ils ne serviront pas du « Cherry Coke ». Chez Uber c’est la grosse crise de confiance, il semblerait que le premier lieutenant de Travis Kalanick, le CEO, serait sur le départ. Dans la foulée, les bruits de couloir disent que Kalanick pourrait prendre « quelques vacances forcés », je n’aimerais pas être le mec qui gère l’IPO à venir, ça va pas être simple à vendre.

Le Barron’s pense que LAM Research peut monter de 20% sur les prochains 12 mois. Ils proposent 3 banques locales américaines qui sont attrayantes à acheter, il s’agit de : SVB Financial Group, Comerica, et Zions Bancorporation. Le journal pense également que le secteur pétrolier pourrait être en phase de décollage et ils reviennent (légèrement) sur le bain de sang de la tech de vendredi, mais c’est timide.

Ce matin les futures sont en baisse de 0.15%. Il n’y aura aucun chiffre économique valable ce lundi, mais on peut se demander si les gens vont prendre le temps d’analyser ce qui s’est passé sur la tech et s’il va y avoir des conséquences à moyen terme là-dessus. Ou alors c’est juste une opportunité d’achat qui s’offre à ceux qui ne sont « pas dedans », va savoir.

Encore un truc à surveiller.

2 réponses
  1. Bilbo
    Bilbo says:

    Depuis quelques semaines, l’actualité est saturée d’évènements géopolitiques mondiaux : élections au RU + impact Brexit, crise qatari, attentats, Trump (bientôt une crise par jour avec lui)… A cela on peut ajouter des évènements régionaux ou nationaux (élections françaises…). Ces éléments sont des aimants éditoriaux de premier ordre et tout le reste est occulté, permettant effectivement des actions en douce.
    Mais ce n’est pas une première. Un exemple édifiant : le cours de l’argent a entamé sa chute vertigineuse (depuis son record historique à près de 50$ l’once, -30% en moins de 2 semaines) le 2 mai 2011, jour de la mort d’Oussama… Jusqu’à ce jour-là, l’or battait également records sur records et faisait régulièrement les titres. Une chute pareille sur ces marchés sensibles en pleine crise économique aurait dû faire réagir, surtout que les deux évènements n’avaient aucun lien entre eux. Le silence fut pourtant assourdissant.

  2. emmanuel
    emmanuel says:

    Oui et alors mon cher Thomas.
    Nous savons tous comment l’histoire va se terminer.
    A ce moment la bien heureux celui qui aura un carre de jardin pour faire pousser des patates.
    La vieille economie carefour remixe en Amazon cela vaut il 1000$. Bien entendu que non.
    Mais que fait le legislateur pour reguler le trading hf: RIEN.
    Non seulement parce qu’il ne comprend rien
    Mais qui plus est parce qu’il en est l’architecte.
    Au fait que devient Olivier.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *