,

France : faire monter en gamme la population active pour stopper le décrochage !

La période estivale n’aura pas permis de redonner couleurs et vigueur à l’économie française : la rentrée est marquée par la confirmation d’une croissance atone et l’échec des objectifs de réduction du déficit public. Rien d’étonnant pour nous. Comme nous l’écrivions dans notre billet du mois « France : les origines du déclin, les solutions envisageables » de notre revue Décryptage de février, ce décrochage récent n’est pourtant que la conséquence d’une situation s’étant lentement dégradée depuis désormais une quinzaine d’années, la résilience française n’ayant été portée que par une résistance forte de la consommation des ménages… qui pâtit aujourd’hui du choix croissant des ménages de se constituer une épargne de précaution plutôt que de consommer au regard d’un avenir incertain.

L’origine du décrochage

Le déclin français provient d’un refus d’adaptation d’un modèle de développement à un nouvel environnement économique (déflationniste) et démographique (vieillissement) (cf. notre article « Nouveau monde, nouvel avenir »). Pour beaucoup, la France est avant tout victime de coûts de production trop élevés par rapport à ses concurrents. C’est une vision incomplète de la question de la compétitivité des entreprises françaises : en réalité, le coût n’est jamais un problème en soi, c’est le rapport entre prix payé et qualité proposée qui l’est. Le coût du travail est trop élevé par rapport au niveau général des compétences de la population active française. C’est ce qui saute aux yeux en comparant le salaire horaire dans l’industrie (charges sociales comprises), secteur le plus soumis à la concurrence internationale, au résultat de l’enquête de l’OCDE sur les compétences des adultes qui place la France au 18e rang des 20 pays comparés (enquête PIAAC 2013).

Score PIAAC 2012

L’euro nous prive de notre solution historique

Pendant longtemps la France a rétabli l’équilibre entre les coûts de production et les compétences associées en procédant à des dévaluations monétaires, notamment vis-à-vis du Deutsch Mark, l’Allemagne affichant un niveau général de compétences plus élevé. Privée de cette solution, les conséquences ont été particulièrement sévères pour la France : baisse de la profitabilité (salaires excessifs par rapport à la productivité) et pertes de parts de marchés à l’export.

Il ne reste que deux solutions pour sauver la France

Deux solutions restent envisageables dans l’hypothèse où l’euro subsiste à moyen terme : soit baisser le coût du travail de manière nominale, soit augmenter le niveau général des compétences de la population active.

Aujourd’hui l’Europe semble convaincue que le rééquilibrage de la compétitivité ne peut passer que par une baisse du coût du travail… Dans cette optique, la France dispose de marges de manœuvre sur le front des charges sociales (5% à 6%), sans dégrader la qualité de l’appareil de production public. Mais nous ne devons pas aller au-delà, l’idée d’une baisse du coût du travail horaire nominal hors charges sociales étant même dangereuse car susceptible de pousser les ménages à moins consommer et à exacerber les tensions déflationnistes dans le pays. L’avantage de cette solution est évidemment qu’elle est simple (voire simpliste) à comprendre, à mettre en œuvre et à relayer par les médias.

Pourtant, notre avenir repose surtout sur la rénovation et l’amélioration de toute la chaîne de transmission de savoirs au sein de la société afin que les compétences (techniques, managériales, de leadership) accroissent l’efficacité des agents (Etat, entreprises, ménages). Il faudra dans ce cadre dépasser la seule acquisition de compétences techniques et développer chez les managers l’aptitude à prendre une décision adaptée à un environnement en perpétuel mouvement et toujours plus complexe (crises économiques et géopolitiques, concurrence exacerbée, bouleversements sociologiques, chocs d’innovation…).

Si cette solution « par le haut » de rééquilibrage du couple « coût du travail – compétences associées » paraît bien plus complexe et difficile à mettre en place, ce n’est pourtant qu’à ce prix que la France pourra stopper son décrochage et surtout retrouver le rôle moteur qu’elle a su jouer en Europe jusque dans les années 70.

 

Pierre Sabatier, PrimeView

24 réponses
  1. Remi Placier
    Remi Placier says:

    Le « fameux » think tank n’aura pas mis longtemps à dévoiler sa vraie nature.. Dire (sans rire) que le décrochage économique français est dû au manque de formation de la population active et au coût du travail, est une vieille rengaine dont les profiteurs de tout poil ont fait depuis longtemps leur politique. Bravo pour cette analyse qui nous renvoie à la genèse de la crise économique européenne.

  2. Dek
    Dek says:

    Transmettre le savoir ça commence par ne plus licencier les personnes qui ont le plus d’expérience mais trop vieux (45 ans et +) et trop cher pour délocaliser ensuite la production

    « Développer l’aptitude des managers à prendre des décisions dans un environnement complexe blablabla… » c’est la phrase type qu’on a entendu des milliers de fois un peu partout…. mais c’est du vent, il faudrait plutôt corriger les mauvaises pratiques de ces managers dans les entreprises qui pour la plupart du temps sont à l’origine de biens des problèmes… qui par leur incompétence, opportunisme, ambition, lâcheté (choisir 2 options) prennent de mauvaises décisions, sauf pour sauvegarder leurs intérêts. (vous pouvez aussi remplacer le mot « manager » par « responsable politique » ça fonctionne aussi)

  3. Remi Placier
    Remi Placier says:

    « Parce que nous sommes convaincus qu’une société qui se construit
    sans donner les moyens à ses citoyens de contribuer à la définition de ses fondations
    ne peut que provoquer des ruptures de plus en plus violentes,
    des relations humaines plus chaotiques et une ruine certaine. »

    Je vous renvoie à votre credo suite à votre censure de « modération » hein ?

  4. Tom
    Tom says:

    Très bon article comme d’habitude.
    Il faut aussi noter une dégradation constante de la productivité française compte tenu aussi d’une baisse de compétence (qui à mon avis s’ accélère) et pas seulement de l’euro fort et du vieillissement de la population.
    En effet la France subit depuis de nombreuses années une immigration massive peu qualifiée souvent sans emploi (contrairement à l’Allemagne qui importe des cerveaux ) et un départ de gens très qualifiés (porteurs d’avenir) compte tenu des politiques décadentes menées.

  5. Tom
    Tom says:

    Le décrochage économique pour faire simple est surtout lié à une immigration de masse non qualifiée qui nous est imposée (via UE par les USA) depuis des années et aussi à l’importation de la tendance cool / racaille / fesse book ( USA …) frappant les jeunes et les transformant au passage en pur incompétents et en sale gamins. En bref en faisant venir des personnes qui ne servent à rien en terme de compétence haut niveau, en lobotomisant la jeunesse pour qu’elle ne serve non plus à rien voir pire à emmerder et en faisant bien sûr fuir les gens compétents.

    Mais ces raisons sont politiquement incorrect alors shuuuuuuuut il ne faut surtout pas en parler …

    La faiblesse de la France est clairement là et cela concerne et impacte son économie, c’est la raison pour laquelle le Japon par exemple malgré sa dette colossale n’a pas trop de souci à se faire contrairement à la France car le jour où il y aura un reset des dettes et il y en aura un et sera mondial, au Japon ils leur resteront des gens très compétent et disciplinés (je viens de passer 3 mois au japon récemment) alors qu’en France on aura pour la plupart que des inutiles indisciplinés qui nous renverront au moyen age. (on le voit déjà, le compte à rebours est démarré …)

    Malheureusement je pense qu’il est trop tard, mon départ de France ne saurait tarder.

  6. Marc
    Marc says:

    Au vu des deux intervenants qui ont commenté l’article, je pense que cet article n’a p. Cet article est une étude comparative, pas un jugement de valeur, comprenez par là que le salarié Français se voit « abandonné » à son sort à contrario d’autres pays qui réagissent sitôt la perte d’emploi actée, je citerai par exemple le réseau « Forem » belge qui accompagne le travailleur dans le trimestre qui suit sa perte d’emploi, un bilan des compétences est immédiatement réalisé et si le candidat ne retrouve pas du travail, dans un premier temps il passe par un système de certification de ses compétences puis par une formation éventuelle afin qu’il soit apte à l’embauche.

    Toujours en Belgique par exemple, dans certains secteurs, les travailleurs plus âgés sont accompagnés de plans visant à minimiser leur coût, des mesures sont à l’étude pour favoriser la transmission des entreprises entre générations,

  7. Les Econoclastes
    Les Econoclastes says:

    Avec toutes nos excuses pour le délai de validation de votre commentaire. Il n’était en aucun cas question de censurer votre propos, nous manquons seulement de personnel en cette période estivale pour assurer la mise en ligne des contributions de nos lecteurs dans la minute (régulation toutefois nécessaire pour supprimer les messages marchands). Nous sommes persuadés que c’est dans le débat contradictoire et le pluralisme des points de vue que naissent le progrès et l’innovation. Bons échanges et lectures sur le site des Econoclastes.

  8. JC
    JC says:

    Donc diminuer de 5 à 6% notre coût du travail serait suffisant pour nous aligner sur les finlandais, allemands, chinois…?
    Je vous pensais plus sérieux que ça.
    Je renvoie ceux qui disent que la productivité française baisse au livre d’Olivier Berruyer « Les faits sont têtus ».
    Je me demande aussi ce que viennent faire les  » racailles » et « l’immigration » dans cette histoire…

  9. totor
    totor says:

    … et comme cela ne se produira pas, il faut retrouver notre « solution historique »: retour à une monnaie nationale et dévaluation par rapport au Mark. Evidemment, ça veut dire contrôle (au moins temporaire) des capitaux, haircut sur la dette et donc pertes sèches pour les épargnants, dévaluation de l’épargne pour ceux qui la dépensent hors de nos frontières, etc… Bref, ça veut dire affronter les rentiers. Coucou, revoilà la lutte des classes!

  10. BA
    BA says:

    Avec Najat Vallaud-Belkacem et Emmanuel Macron, la population active monte en gamme !

    Un vassal des Etats-Unis peut être recruté dans les partis politiques de droite, mais il peut aussi être recruté à gauche.

    Par exemple, Najat Vallaud-Belkacem est une « Young Leader ».

    Young Leaders français recrutés à gauche : Frédérique Bredin, François Hollande, Anne Lauvergeon, Bruno Le Roux, Arnaud Montebourg, Aquilino Morelle, Pierre Moscovici, Alain Richard, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, …

    Young Leaders français recrutés à droite : Nicolas Bazire, Jérôme Chartier, Yves Censi, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Léotard, Emmanuelle Mignon, Eric Raoult, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, …

    Young Leaders dans les médias : Alexandre Bompard, Hedwige Chevrillon, Jérôme Clément, Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Emmanuel Chain, Matthieu Croissandeau, Louis Dreyfus, David Fontaine, François Dufour, Stéphane Fouks, Bernard Guetta, Sylvie Kauffmann, Yves de Kerdrel, David Kessler, Laurent Joffrin, Philippe Manière, Dominique Nora, Olivier Nora, Christine Ockrent, Denis Olivennes, Pascal Riché, Thierry Pfister, Mathieu Pigasse, …

    Young Leaders économistes : Philippe Askenazy, Guy Sorman, …

    Young Leaders dans la finance : Bertrand Badré, Henri de Castries, Hakim El Karoui, Pierre Mariani, Alain Minc, Mathieu Pigasse, …

    Young Leaders dans l’université : Eric Fassin, Jean-Noël Jeanneney, Yves Lichtenberger, …

    http://fr.scribd.com/doc/92211778/Fondation-franco-americaine-liste-des-Young-Leaders-francais-depuis-1981-French-american-foundation

    Emmanuel Macron est le nouveau ministre de l’Economie.

    Emmanuel Macron est un banquier d’affaires, qui travaillait à la banque Rothschild.

    « Début 2012, il est nommé gérant et pilote l’une des plus grosses négociations de l’année (le rachat par Nestlé d’une filiale de Pfizer). Cette transaction évaluée à plus de 9 milliards d’euros lui permet de devenir millionnaire. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Emmanuel_Macron

  11. Tom
    Tom says:

    @ JC

    Le niveau intellectuel de la France baisse et fortement, il suffit de sortir un peu pour s’en apercevoir et par conséquent cela ne peut qu’avoir un impact négatif sur la productivité. Il suffit aussi de faire un tour sur facebook …

    Quant aux facteurs « racailles » et « immigration » qui vous étonne tant pas de problème, si vous ne vous en êtes pas aperçu tant mieux pour vous, mais à mon avis cela ne saurais tarder, vous pouvez aussi un peu voyager et comparer (en allant ailleurs qu’au club med et autre faux environnement factice de voyage bien sûr) et il ne s’agit pas uniquement de pays riches comme le japon, allez au Sénégal il n’y a pas de comportement racaille et la jeunesse est assez éduquée.

  12. Tom
    Tom says:

    J’ajoute pour les bien pensants qui feraient un mauvais parallèle, que je ne fais pas de lien entre immigration et racaille, une racaille pour moi est quelqu’un qui a un mauvais comportement (en général virulent), peu de morale et un niveau de compétences assez bas, ceci est ma vision de ce que j’appelle racaille, libre à d’autres d’avoir la leur, par conséquent on peut très bien être un immigré et ne pas être une racaille ce qui est le cas sans doute pour la très grande majorité d’immigrés, l’inverse est aussi vrai (il y a des racailles non immigrés).

  13. Zzef
    Zzef says:

    Pour moi deux solutions :
    – Ou la transition et la reforme se passe dans un cadre pacifique avec de vrais décision politique pour que tout le monde, et surtout les plus riches, joue le jeux. Cela voudrais dire politique clair avec assainissement des dépenses publiques (Assainissement et non réduction aveugle, je pense que la il y a du boulot) et maintien de l’emploi et des niveaux de rémunération a tout prix.
    – Ou malheureusement, la deuxième est la machine économique mondial qui par sa prochaine crise majeure devra sacrifier quelques pays et je doute que notre France y échappe. Et la les scénarios sont multiple mais je pense la casse sera violentes dans tout les sens du termes.
    Conclusion : nous ne sommes plus qu’une illusion de la grande France. Et malheureusement le système est tellement verrouillé et sclérosé de toutes parts par les lobbies, l’union européenne dégénérée, le capitalisme fou et les politiques opportunistes.

  14. Baboul55
    Baboul55 says:

    Avec le nouveau gouvernement Valls-II on va vite avoir un hybride de TVA sociale (+3% de TVA et la moitié en baisse de charges, le reste ira bien sur dans les caisses de l’état), et ça ne suffira pas … Le ton a été donné au début du mandat Hollande avec la suppression de la seule journée de carence maladie des fonctionnaires … tant qu’on n’attaquera pas les vraies réformes pour une vraie justice sociale (sur la maladie, la retraite..)… on peut toujours rêver! Ce changement de gouvernement n’est qu’un « enfumage » de + destiné à gagner du temps pour aller doucement vers la présidentielle et arriver second derrière le FN, sachant que celui qui sera second gagnera. Le reste: les classes moyennes qui « crèvent » la bouche ouverte, les petits patrons, les silencieux, les courageux … ceux-là on du soucis a se faire, parce qu’ils vont être massacrés.

  15. BA
    BA says:

    Record historique battu.

    Chômage en juillet 2014 : catégories A, B, C, D, E :

    France métropolitaine :

    5 747 300 inscrits à Pôle Emploi.

    France entière (y compris l’outre-mer) :

    6 080 200 inscrits à Pôle Emploi.

    C’est un record historique.

    Variation sur un mois : + 0,5 %.

    Variation sur un an : + 5,2 %.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-PPBVN18.pdf

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

    – « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

    – « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)

  16. BA
    BA says:

    La France est devenue le 17ème Land de l’Allemagne.

    Wolfgang Schäuble en a marre que les salaires français soient aussi élevés.

    Wolfgang Schäuble est donc venu dans le 17ème Land pour donner ses instructions.

    Jeudi 28 août 2014, Wolfgang Schäuble est venu dans le Land de Frankreich pour demander la baisse des salaires français.

    Pour le moment, les dirigeants du Land de Frankreich ne lui ont pas répondu.

    Lisez cet article :

    Schäuble appelle le gouvernement français à appliquer ses promesses.

    Le ministre allemand des Finances, invité à l’université d’été du Medef, a plaidé pour « des réformes ambitieuses qui ne soient pas seulement des annonces ».

    « Il faut impérativement produire des réformes structurelles visant le marché du travail », a-t-il ajouté. Il a plaidé pour « plus de souplesse dans la formation des salaires qui prennent en compte aussi la productivité », alors que depuis la crise de 2008, un écart se creuse en France entre la productivité du travail, qui tend à stagner, et les salaires, qui continuent de progresser pendant que le chômage augmente.

    http://www.lepoint.fr/economie/schauble-appelle-le-gouvernement-francais-a-appliquer-ses-promesses-28-08-2014-1858150_28.php

  17. balt
    balt says:

    bonjour,je ne pense pas que le cout du travail soit le problème,les couts du travail suisse sont bien supérieurs aux notres.Le clientélisme est le pire problème.Il aboutit a surpayer les jobs et les entreprises favorisés par le pouvoir.Le résultat,c’est de plus en plus de jobs plus ou moins fictifs surpayés par ce qui reste d’actifs productifs.Cela explique la baisse de la production industrielle au détriment des autres secteurs.Il n’est pas question d’éradiquer le clientélisme mais de le limiter.

  18. Laurent K
    Laurent K says:

    Je vis a l’etranger et vois plutot les salaries francais comme plus efficaces que les autres. Une experience personnelle n’est pas une statistique mais vu le nombre de trucages de donnees statistiques auquel on assiste, je me mefie beaucoup de ce qui contredit ce que je vois.

  19. BA
    BA says:

    La France est devenue le 17ème Land de l’Allemagne.

    Lundi 1er septembre 2014 :

    Un libéral polonais proche de Merkel pilotera le Conseil européen.

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203737116938-un-liberal-polonais-proche-de-merkel-pilotera-le-conseil-europeen-1037567.php

    L’Allemagne avait choisi comme candidat Donald Tusk.

    ET DONC le candidat de l’Allemagne a été choisi à l’unanimité.

    Lisez l’article Wikipedia de Donald Tusk :

    « Dans ses positions politiques, Tusk se dit libéral en économie et partisan de l’orthodoxie budgétaire ; son programme est conservateur en matière sociétale : s’il est contre la peine de mort, il n’est favorable ni à l’avortement, ni à l’euthanasie, ni au mariage homosexuel. Par ailleurs, il est europhile et affiche volontiers ses sympathies pro-allemandes. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Tusk

    Comment fonctionne l’Union Européenne ?

    Réponse :

    L’Allemagne décide, les autres exécutent.

  20. BA
    BA says:

    Au sujet de l’Allemagne :

    Charles de Gaulle rêvait de construire une Europe des Etats indépendants, une Europe des Etats souverains. En revanche, l’Allemagne rêvait de construire une Europe allemande !

    Entre 1965 et 1969, Charles de Gaulle est de plus en plus violent lorsqu’il parle de l’Allemagne.

    Je recopie un passage de l’historien Eric Roussel, dans son livre « De Gaulle », édition Tempus, tome 2, page 575 :

    A mesure que le temps passe, de Gaulle semble de plus en plus enclin à faire cavalier seul sur le plan international, à aller jusqu’au bout de la logique exposée dans Le Fil de l’épée. Henry Kissinger en a eu la preuve lors d’un dîner à l’Elysée. Ayant demandé au général comment il pensait éviter que l’Allemagne ne domine l’Europe dont il rêvait, il s’est entendu répondre, très calmement : « Par la guerre. » « Il faudra leur rentrer dans la gueule », dira le général peu après à l’amiral Flohic, soucieux d’avoir son avis sur le même sujet.

  21. Rémi Laffitte
    Rémi Laffitte says:

    Inutile de créer un mouvement pour déballer des âneries pareilles. On nous rabâche déjà ce catéchisme néolibéral depuis des lustres. Baisser encore « le coût du travail » à quoi cela sert il quand 30% du prix d’un produit fini est du aux intérêt perçus par les différents prêteurs de capitaux qui sont en général des oisifs eux ? A quoi cela sert il quand les actionnaires se gavent et perçoivent eux aussi un pourcentage toujours croissant des marges réalisées grâce aux travailleurs ? Et le marketing qui peut atteindre jusqu’à 20% du prix d’un produit ? On a le droit d’en parler de tout ça ou bien les salariés sont ils la seule et éternelle variable d’ajustement de tout votre merdier ?

  22. Laporte
    Laporte says:

    Vrai ! Entrons un peu dans les détails. L’enseignement public est catastrophique ! Chaque année, on peut évaluer les personnes qui quittent l’éducation nationale sans posséder les fondamentaux de la lecture et du calcul à plus de 150 000.
    Le système n’est pas réformable à cause de la consanguinité des enseignants avec le PS.
    Concernant la formation continue pour les adultes, c’est pire ! Il s’agit d’une trappe à planqués bien décidés à conserver leurs privilèges de nantis.
    En conséquence, bien que vous ayez raison en théorie, une réussite en pratique nécessiterait la remise en cause des élites qui règnent en France, et dupliquent sans cesse leurs schémas de perdants, perdants, perdants, … Fonction de boucle !
    Enfoncez une cheville de bois dans le trou d’un arbre, laissez l’humidité faire son oeuvre, la seule manière de l’oter de son trou sera de frapper avec un coin en acier exactement au milieu de la cheville.
    Voici l’état de notre beau pays, honte aux politiques qui nous ont réduit à l’esclavage !

  23. galand
    galand says:

    Il est certain que nous sommes mal barrés par de hommes politiques incompétents
    Déjà cette dette que nous trainons va nous plomber pour des décennies rien que les remboursement des intérêts de la dette et équivalent au budget de la défense
    La responsabilité incombe aux différents présidents en passant de Mitterrand à aujourd’hui car si nous avions eu des des chefs responsables la France serait dans un état budgetaire bien différent
    Quand à la compétivité elle passe par une baisse des salaires nous ne pouvons pas y echapper mais aussi par un aménagement dirigiste des charges je veux dire baisse drastique des loyers pour compenser cette perte de pouvoir d achat et éviter ainsi une baisse de la consommation

  24. Batman2015
    Batman2015 says:

    Et la camelote chinoise à prix défiant toute concurrence qui tue nos entreprises françaises, et qui élimine la concurrence pour ne laisser que du MADE IN CHINA ou ASIA au final
    Et les prix à la consommation multiplies par au moins un facteur 2,5 depuis 2002 ,
    masquant ainsi de fait une vraie dévaluation de la monnaie et un effondrement du pouvoir d´achat des citoyens dont la paie ne vaut plus que la moitié de ce qu´elle leur permettait d´acheter lorsque nous étions en monnaie FRANCS ,
    Et la Dette Exponentielle pour laquelle 95% du PBI français sert uniquement à rembourser les intérêts colossaux illimités,
    car en empruntant aux banques privées et aux groupuscules financiers internationaux mafieux , la France s´est passé une corde au cou alors que lorsqu´elle empruntait à la BAMNQUE DE FRANCE tout allait pour le mieux.
    Ce ne sont pas là des causes de population vieillissante ou d´incompétence mais bien des causes de politiciens corrompus avec les groupes bancaires et financiers Mafieux et des causes du au DUMPING généralisé des pays asiatiques et à la disparition des frontières et des droits de Douane . Si les dirigeants Européens avaient été sincères ils auraient commencé par uniformiser les TAXES et la TVA dans tous les pays de l´Europe et imposé un salaire minimum généralisé à toute l´Europe et ils auraient taxés les produits importés à bas coûts vendus Ä des prix de DUMPING
    Ils auraient Séparé les banques de spéculation finassière et ils les auraient scindés des banques où les citoyens ordinaires déposent leur argent afin de pas renflouer les dettes de jeu de la spéculation boursière avec l´argent des citoyens ordinaires.
    TOUT CELA TOUT LE CHAOS ACTUEL EST MANIFESTEMENT ET INTENTIONNELLEMENT VOULU

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *