BFM du 26 août 2015 – Baisse des prix du pétrole

Benjamin_Louvet_BFM

Les cours du pétrole sont très bas en cette fin août et ne rebondissent pas : WTI (39.10$ le 25 août) et BRENT (43.59$ le 25 août).

L’origine de la baisse des prix du pétrole remonte à novembre avec la décision de l’Arabie Saoudite d’augmenter sa production sans stabiliser les prix du pétrole. Les inquiétudes étaient alors liées à un surplus d’offre.

« On est vraiment dans une logique de conquête des parts de marché de la part des pays de l’OPEP. »

Maintenant, même si le surplus d’offre est toujours là, ce sont des inquiétudes vis-à-vis d’une faiblesse de la demande qui apparaissent. Ces dernières sont liées à un ralentissement de la croissance à l’échelle mondiale mais aussi à la fin de la driving season qui a lieu tous les étés (consommation forte de pétrole pour les véhicules et la climatisation).

« On risque de voir le pétrole continuer à baisser et peut-être atteindre les 35$. »

Des spéculations concernant une réunion extraordinaire des pays de l’OPEP sont en train de poindre devant cette baisse des prix. Notre expert considère que la probabilité d’une réunion est très faible puisque l’Arabie Saoudite ne veut pas de cette réunion pour une raison simple : aucun pays producteur ne souhaite baisser sa production, donc l’Arabie Saoudite considère que ce n’est pas à elle, premier producteur mondial, de baisser sa production pour faire plaisir à tout le monde.

Le résultat de cette politique menée par le premier producteur mondial de pétrole est simple : ceux qui produisent du pétrole à des coûts élevés vont être frappés de plein fouet. Et c’est déjà le cas au niveau des producteurs américains de pétrole de schistes. « Il y a un certain nombre de sociétés pétrolières qui ont commencé à annoncer la suspension du paiement des dividendes. […] Les compagnies pétrolières ne peuvent plus avoir recours au crédit pour se financer, elles se tournent maintenant vers le private equity. »

« On sait que ça va mal tourner et que l’Arabie Saoudite va probablement gagner son pari. »

En conclusion, les petits producteurs américains ne pourront plus se refinancer en septembre si les prix se maintiennent et personne ne les rachètera. La production de pétrole baissera alors mécaniquement et donc les cours du pétrole devraient remonter en 2016.

« On a annulé 200 milliards d’investissements dans le secteur pétrolier. »

Le mot de la fin de notre Econoclaste est clair : les réserves de pétrole mondiale diminuant de 5% par an, sur une échéance long terme, les prix du pétrole remonteront.

Rédigé par Raphaël Becanne

1 réponse
  1. emmanuel
    emmanuel says:

    L’Arabie Saoudite remportera le match si c’est de cela dont il s’agit, à moins que la FED nous sorte un QE 4 juste histoire de faire de la dette fédérale pour soutenir le secteur.
    Les enjeux sont tellement colossaux, que c’est un scenario qui me semble de plus en plus probable.
    Quant aux pays du golf ils jouent gros également.
    Plus le pétrole s’écroule, plus la paix civile via la paix sociale va être difficile à financer.
    L’EI compte les points autant et peut être plus que les commerçants Saoudiens.
    Déjà l’Algérie a sonne le tocsin, et pour cause.
    Le terreaux de l’EI est avant tout la misere sociale du reste bien au dela de ses frontieres.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *