BFM du 22 septembre 2015 – Fed, Catalogne et dégradation

Jacques Sapir

Fed, Catalogne et dégradation : Jacques Sapir VS Pierre Barral

« Qu’on fasse [la hausse des taux américains] au plus vite. » Voilà ce qu’attend les marchés, selon Pierre Barral, qui sont pour l’instant très volatils.

Une amélioration, qui semble peu probable selon les Econoclastes, des chiffres de l’économie chinoise irait dans le sens d’une remontée des taux américains pour Jacques Sapir, bien que selon lui, ce n’est « pas cela que la FED regarde. Il ne faut jamais oublier que la FED regarde d’abord et avant tous les statistiques des Etats-Unis. » Au final, la FED aurait les vrais chiffres, mais elle se cacherait derrière l’excuse chinoise.

« S’ils ne bougent pas, cela veut dire que la situation pourrait être plus tendue, plus dangereuse. »

Toujours selon notre éconoclaste, une hausse des taux en novembre ne ferait qu’ajouter « de la confusion sur la confusion » et pénaliserait énormément les Etats-Unis et la FED.

A l’approche des élections espagnoles, la question de l’indépendance catalane fait rage et, selon les résultats, une renégociation des accords avec la Catalogne pourrait être envisagée et non pas une indépendance totale, d’après Jacques Sapir. « Mais s’il y a justement un durcissement de la part du pouvoir de Madrid », et que ces derniers utilisent « l’argument monétaire » contre la Catalogne, cela voudrait dire que la Banque d’Espagne pourrait parler à la place de Francfort regardant l’euro, montrant, là encore, un problème au sein de cette Union Monétaire : « Où est-ce que sont prises les décisions monétaires ? A Francfort ou a Madrid ? »

« Si on va à un affrontement, tout le monde a à y perdre. »

Pour Pierre Barral, « le potentiel économique européen n’est pas dégradé », puisque les agences de notation augmentent la note de certains pays du Sud. Même si la note française a été dégradée, ce n’est pas grave pour l’opinion, comme le note justement Jacques Sapir. L’explication est la suivante : « quand on n’a pas de croissance, quand on n’a pas d’inflation, on a un problème de ressources fiscales nominales. » En conclusion, « la dette et le déficit ne vont pas être réellement réduits ». Il y a donc un véritable problème stratégique de la part du gouvernement français.

Comme l’explique notre éconoclaste, la dette française peut grossir malgré les piètres performances du pays parce que, sur le marché obligataire, il n’y a pas assez de dette allemande pour tout le monde. Les investisseurs doivent donc se contenter de la dette de la France et de l’Italie, sachant que pour eux, la dette française est un risque moindre que la dette italienne. Nous devrions donc bénéficier de taux favorables pendant encore un certain temps.

Concernant le pétrole américain, « il y aura du sang » pour Jacques Sapir. Ce secteur est, comme nos Econoclastes l’ont montré il y a déjà un bout de temps, face à d’énormes difficultés et les plus faibles sont morts, rachetés, ou en train de mourir. Des pertes d’emplois se poursuivent, et « c’est aussi ça que la FED est en train de regarder ».

« Une des bases de l’économie américaine, ce secteur pétrolier, est très malade. »

« Est-ce que les montants d’endettement sont suffisants pour déclencher une nouvelle crise ? » Non, selon Jacques Sapir, car le secteur bancaire possède aujourd’hui des ressources pour l’absorber, notamment grâce à la politique toujours favorable de la FED.

Rédigé par Raphaël Becanne

1 réponse
  1. Christian
    Christian says:

    Concernant la volonté d’indépendance de la catalogne celle ci est poussée par Washington qui souhaite l’éclatement des états nations au profit d’une Europe fédérale à l’image des états américain.
    Mr Valls n’a ‘il pas reçu la carte des régions de France sur une directive de Goldman Sacs?
    Sous prétexte de mettre en avant les différences culturelles et linguistiques au sein d’une nation (Breton, basque,Catalan,Alsacien…..), le projet de Mr Hollande sur la reconnaissances des langues régionales au prochaines élections régionales va dans ce sens là ; l’éclatement à terme de la nation France.
    Rappelez vous les manifestations en Catalogne où les indépendantistes en appelaient à Obama, les slogans en « amerloch »….
    Avec la tête de ses organisations des personnes de nationalité américaine…Le rapprochement du département des Pyrénées Orientales avec les institutions de la Catalogne espagnole en sont les prémisses

    Toute cette stratégie est très bien expliquée dans la conférence de François Asselineau.
    https://www.youtube.com/watch?v=bYZ-hsF3CSs&list=PLKVgrNogVYWIAOTPmQjs2IKTeadJ3C8uT&feature=player_embedded

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *