,

Platinoïdes : de l’ombre à la lumière

Avec le retour sur le devant de la scène de l’or et de l’argent qui réalisent un parcours exceptionnel depuis le début de l’année (+27,55% et +46,09% respectivement, au 11/07/2016), les autres métaux précieux ont du mal à exister… Le platine et le palladium réalisent malgré tout un bon début d’année (+23,71% et +10,96% respectivement). Portés tant par des facteurs structurels que conjoncturels, ceux que l’on regroupe sous l’acronyme PGM (Platinum Group Metals) pourraient même dépasser le métal jaune dans les semaines à venir.

Avec une production annuelle confidentielle inférieure à 200 tonnes pour chacun d’eux et des usages toujours plus nombreux, ces deux métaux vont connaître une cinquième année de déficit, selon Johnson Matthey, l’un des plus gros consommateurs. Principalement utilisé en joaillerie (34%) et pour la fabrication des pots catalytiques (40%), le platine dépend aujourd’hui essentiellement de l’Afrique du Sud pour sa production, le pays assurant plus de 70% de l’offre minière mondiale. Le palladium est lui quasi exclusivement utilisé pour la fabrication de pots catalytiques (78%), principalement pour les moteurs essence, et dépend de la Russie et de l’Afrique du Sud pour son approvisionnement (40% environ chacun).

consommation palladium 2016 prevision consommation platine 2016 prevision

C’est cette étroitesse de l’offre aussi bien que de la demande qui donne aujourd’hui à ces deux métaux leur potentiel d’appréciation. La production est en effet menacée aujourd’hui, du fait des négociations salariales qui commencent en Afrique du Sud et qui s’annoncent compliquées (lire ici). Les deux principales organisations syndicales, l’AMCU (Association of Mineworkers and Construction Union) et le NUM (National Union of Mineworkers) demandent en effet des augmentations de salaires de 56% et 20%, afin d’obtenir un « salaire vital ». Les compagnies minières ont pour l’instant proposé des hausses liées au taux d’inflation actuel (6,1%), ce qui rend très probable un appel à la grève des leaders syndicaux dans les jours qui viennent. Rappelons qu’en 2014, lors de la dernière phase de discussions sur les salaires, l’incapacité à trouver un accord avait débouché sur une grève quasi-totale de près de 5 mois et une perte du tiers de la production annuelle.

Toutefois, les discussions démarrent aujourd’hui sous d’autres auspices. Au terme de ce mouvement social, les trois principaux producteurs, Amplats, Implats et Lonmin s’étaient vus contraints de réduire leur activité et de licencier plus de 70 000 personnes ! Mais la remontée récente des prix des PGM pourrait pousser les salariés à être gourmands, d’autant que la difficulté technique à arrêter l’activité des mines de platinoïdes laisse assez peu de marge de manœuvre aux producteurs.

Il faudra aussi surveiller les relations entre les deux corps représentatifs. En effet, en 2012, la lutte entre les deux organismes pour la première place en termes de représentativité lors des renégociations salariales avait débouché sur les incidents dramatiques de Marikana, qui avaient fait plus de 40 morts (lire ici).

Côté demande, le marché automobile étant en progression dans toutes les zones géographiques, la demande de PGM devrait continuer à augmenter. On utilise aujourd’hui 2 à 3 grammes de PGM dans un moteur essence à la norme EURO 5, et 7 à 8 grammes dans un véhicule diesel (lire ici). Les évolutions technologiques devraient avoir assez peu d’influence sur la consommation de platinoïdes. En effet, le développement des motorisations électriques, c’est-à-dire n’émettant aucune pollution lors de leur fonctionnement (voir la note de conjoncture du mois dernier sur ce point : ici) rend en théorie le pot catalytique, nécessaire au traitement des fumées d’échappement, inutile.

Croissance des ventes de véhicules électriques

Source : Navigant Research, Sept. 2013

croissance des ventes de véhicules electriques

BEV= Battery Electric Vehicle, véhicule ne possédant qu’un moteur électrique.

PHEV= Plug-in Hybrid Electric Vehicle, qui ont des batteries rechargeables sur secteur, mais ont également un moteur conventionnel.

HEV= Hybrid Electric Vehicle, qui ont une batterie qui se recharge en roulant et un moteur conventionnel

En réalité, comme le montre le graphique ci-dessus, si les véhicules à moteur électrique ont un bel avenir, ce sont malgré tout essentiellement des véhicules hybrides (PHEV et HEV) qui seront commercialisés. Or, selon les chiffres publiés par Johnson Matthey (lire ici, page 23), le nombre fréquent de démarrage à froid du moteur thermique sur les véhicules hybrides rend nécessaire l’utilisation de davantage de platinoïdes, la faible température diminuant l’efficacité de la réaction chimique nécessaire à la réduction des particules toxiques.

Qui plus est, les nouvelles technologies de moteurs thermiques, que l’on parle de moteurs à mélange pauvre (hausse de la teneur en oxygène dans la combustion, d’où une baisse de la consommation d’essence, mais une hausse des émissions polluantes d’oxydes d’azote, les NOx) ou des moteurs à essence turbo à injection directe (amélioration de la consommation d’essence, mais davantage d’émissions à traiter là aussi) entraînent eux aussi une plus grande consommation de platinoïdes.

Enfin, restent les véhicules à hydrogène (fuel cell vehicle). Si eux aussi ne produisent aucune émission, l’utilisation de PGM est indispensable à la fabrication de leur batterie, et ce en grande quantité : 30 à 80 grammes de platine par véhicule.

A cela s’ajoute que les normes environnementales ne cessent de se durcir partout dans le monde afin de respecter les objectifs fixés par la COP21. L’Europe va ainsi se doter dès l’année prochaine d’une nouvelle réglementation EURO 6c, basée sur les émissions en condition réelle de circulation. Cela nécessitera sans doute là aussi d’augmenter les teneurs en platinoïdes de nos pots d’échappement.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *